Les derniers articles

Qui craint le grand méchant Caslou ? C’est p’têt’ vous, c’est pas nous !

L’ancien patron de La Semaine a traîné Bisque, Bisque, Basque ! devant le TGI de Paris pour « cyber harcèlement ». Verdict ? Débouté et condamné à verser 3 000 euros.

Cet homme, décidément, ne doute de rien. Ancien officier de marine à la retraite, il s’est convaincu qu’il suffisait d’avoir épousé une descendante d’une grande famille de la presse pour être capable de diriger un journal : on se souvient du désastre qui s’ensuivit avec La Semaine du Pays Basque. Le même Caslou a tenté cette année de faire mordre la poussière à Bisque, Bisque, Basque ! en réclamant 13 000 euros… LIRE LA SUITE

À Ondres aussi, le maire agite la matraque judiciaire

Encore une nouvelle tentative d’intimidation de Bisque, Bisque, Basque !

Ancien élu d’opposition à Ondres, démissionnaire depuis, Dominique Lapierre, membre d’Anticor a fait parvenir la semaine dernière une lettre à Bisque, Bisque, Basque ! Suite à une audience au Tribunal administratif de Pau, le 28 juin dernier, il racontait sa surprise d’avoir été débouté, alors qu’un membre de la majorité municipale a participé à un débat concernant le Plan Local d’Urbanisme (PLU), ce qui est interdit par la loi… LIRE LA SUITE

Sophie Bussière : « Macron, c’est l’illusion du renouveau »

Secrétaire départementale, la candidate malheureuse des Vert aux législatives 2017 croit dur comme fer au renouveau de son parti.

Avocate et membre du barreau de Bayonne, spécialiste du droit du travail et du droit de l’environnement, Sophie Bussière est réputée pour son franc-parler, une qualité bien agréable à l’heure de la langue de bois généralisée, pratiquée par les politiques. Convaincue et convaincante, la jeune quadragénaire qui a fait ses études de droit à Pau avant d’ouvrir son cabinet à Anglet en 2004, vit avec sérénité la déroute électorale LIRE LA SUITE

Hôtel du Palais : Saint-Cricq a les idées claires

Dans un communiqué de presse limpide et sans langue de bois, l’avocat explique les risques encourus par les Biarrots avec l’Hôtel du Palais.

Bisque, Bisque, Basque ! ne remerciera jamais assez ce lecteur sagace qui est allé dénicher sur la page Facebook du meilleur opposant à la politique suicidaire de Michel Veunac ce communiqué de presse daté du 11 juillet qui nous avait totalement échappé. Une fois de plus, Jean-Benoît Saint-Cricq démontre son bon sens et ses aptitudes face à une nouvelle « aventure municipale » LIRE LA SUITE

Pour Brisson, le mensonge d’un maire n’a rien de grave

Les administrateurs de l’Hôtel du Palais sont-ils des plantes vertes qui doivent se taire au nom de la raison municipale ? Le premier opposant semble le penser.

Si par un hasard improbable Nadine Morano avait été élue Présidente de la République, pensez-vous qu’Emmanuel Macron aurait accepté de devenir son Premier Ministre ? Probablement non. Dire de Max Brisson qu’il aurait fait un tout autre maire pour Biarritz que Michel Veunac frise l’insulte, tant les capacités de l’un mettent en évidence les cruelles limites de l’autre. De la même façon, dire que Max Brisson fera un bon sénateur… LIRE LA SUITE

Les évidentes contradictions de Macron

Diminuer d’un tiers les effectifs de l’Assemblée et du Sénat, pourquoi pas ? Mais si on introduit « une dose de proportionnelle », on en revient à la politique à papa.

500 000 euros dépensés pour transporter les parlementaires en autocar à Versailles et les transformer en plantes vertes, contraintes d’écouter la bonne parole jupitérienne pendant une heure et demie, c’est sans doute un peu cher, mais c’est bien connu, les économies sont toujours pour les autres. Sans la moindre illusion sur le nouveau président – qui en dehors du Medef réclame une réforme du Code du travail ? -, je n’en reste pas moins fasciné par la façon dont le trublion de la politique française… LIRE LA SUITE

 

Biarrots, vous êtes jugés trop cons pour savoir

Aguilera et Le Palais, deux dossiers où la Ville joue son avenir, ont soigneusement été évités dans ce conseil municipal insipide où tout le monde a fait un gros dodo.

Tempête à l’extérieur des murs de la mairie mais doux zéphyr à l’intérieur ! Si le système de désenfumage est tombé en panne, hier, pendant le conseil municipal, l’enfumage des citoyens, lui, continue de plus belle. Les contribuables biarrots savent depuis plusieurs semaines que la Ville s’apprête à doubler sa dette et emprunter l’équivalent de son budget annuel pour l’Hôtel du Palais, ils découvrent par Sud Ouest que cinq figures de la majorité municipale, et non des moindres, sont en désaccord profond avec la stratégie… LIRE LA SUITE

En finir avec l’Hôtel du Palais

Il n’y a pas cinquante solutions quand on n’a pas les moyens. La Ville doit vendre le fonds et les murs du palace biarrot. Récit d’une gabegie qui dure depuis des décennies.

« Les Biarrots ne semblent pas se rendre compte qu’avec l’Hôtel du Palais, la mairie est en train de nous préparer une catastrophe industrielle qui va être bien pire que celle de la Cité de l’Océan », rapporte ce fin connaisseur de la vie municipale. Si Sud Ouest a informé avec beaucoup de précision ses lecteurs sur ce dossier brûlant, nul doute qu’un petit décodage façon Bisque, Bisque, Basque !  vous aidera à y voir plus clair… LIRE LA SUITE

Le désœuvré magnifique

Jacques de Bascher n’a rien fait de sa vie, mais a durablement bouleversé celles de Karl Lagerfeld et Yves Saint-Laurent.

Un miroir n’est pas a priori un objet très passionnant. Mais si ce miroir vous permet d’observer à la dérobée un univers qui vous est totalement inconnu, alors la perspective change du tout au tout. Fils de bonne famille, à l’évidence très beau et plutôt cultivé, Jacques de Bascher, en arbitre des élégances qui se respecte, passe un temps considérable devant sa glace et ne fait strictement rien de sa vie, si ce n’est un modeste court-métrage en 1977 pour annoncer la première collection de prêt-à-porter… LIRE LA SUITE

Peio Etcheverry-Ainchart : « Hélette a été fait pour nous emmerder »

Les maisons qui brûlent, le droit au logement, le malus social… Interview sans concession d’un candidat d’une autre tenue intellectuelle que le diaphane Vincent Bru.

À quoi tient un destin. Après de solides études d’histoire, Peio Etcheverry-Ainchart se destine naturellement au métier de professeur d’histoire qu’il n’exercera que quinze jours. Ni son employeur de l’époque ni lui n’ont réalisé que sa condamnation à quatre mois de prison avec sursis pour une action de désobéissance civile, un titre de gloire à un moment où la police d’état régentait le Pays basque, lui interdit la fonction. Peio Etcheverry-Ainchart rentre donc chez Elkar en 2002… LIRE LA SUITE

Une girouette à L’Assemblée… Quel intérêt ?

Interview surréaliste dans Sud Ouest de notre nouveau député. Décidé à vendre ses charmes au plus offrant, Vincent Bru ne sait pas encore quelle casaque il va porter.

Visiblement les brumes de la fête de la veille n’étaient pas tout à fait dissipées, lorsque le très peu charismatique Vincent Bru s’en est allé à la rencontre de Sud Ouest (20/6). Voilà donc un homme qui est le premier surpris de se retrouver élu, mais qui n’a rien prévu, rien anticipé et qui, à l’en croire, ne sait même pas sous quelle casaque il va concourir en arrivant à l’Assemblée nationale… LIRE LA SUITE

Le soleil, seul responsable de l’abstention?

Vent de fraîcheur sur l’Assemblée nationale. Mais Emmanuel Macron ne doit pas oublier que le premier parti de France reste l’abstention.

Il se murmure que la rupture avec les partis traditionnels, voulue par Emmanuel Macron, donne des sueurs froides au Premier ministre Édouard Philippe. Ce dernier, qui avait onze ans à l’époque, a sans doute entendu parler de la joyeuse anarchie qui s’était emparée de l’Assemblée nationale en 1981, quand des enseignants barbus et fraîchement socialos, s’étaient retrouvés avec la mallette de députés. Même les boys de Chez Michou… LIRE LA SUITE

Il faut sauver Roger-Viollet

Anne Hidalgo profite de la période électorale pour tenter un mauvais coup sur un fonds historique de 12 millions d’images. Mobilisation exigée !

« Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle », affirme le proverbe.  Alors que dire quand une agence photo de renommée mondiale comme Roger-Viollet est en danger ? La ville de Paris actionnaire principal, aurait décidé après 79 années d’existence de fermer LIRE LA SUITE

Le Front national en pince pour Arosteguy

Candidat du Front national aux élections municipales de 2014, Frank Perrin appelle à voter dimanche pour Arosteguy. Comme cela, au moins, c’est clair.

C’est un renvoi d’ascenseur qui nous rappelle l’ancienne politique, du temps où Emmanuel Macron suçait son pouce et n’avait pas encore enclenché la marche avant. Entre les deux tours de la présidentielle, la candidate LR Maïder Arosteguy, avait sidéré tout le monde par son silence, ménageant toutes les susceptibilités politiques et se gardant bien de trancher entre Macron et Marine Le Pen. Le programme très droitier de la dame, son soutien inconditionnel à Fillon et cette main tendue LIRE LA SUITE

Bru-Arosteguy, le choix désolant

Duplicité, reniements, absence de convictions, les deux candidats qualifiés pour le second tour, incarnent tout ce que les Français ne veulent plus en politique.

Ce premier tour des législatives le démontre : si un pottok revêtu d’une casaque EN Marche s’était présenté, il se serait retrouvé à coup sûr en tête pour le second tour. Mais les élites pensantes qui entourent le nouveau Président de la République ont tort de plastronner. Voter Macron à la présidentielle pour faire barrage au Front national était une chose, voter pour Macron LIRE LA SUITE

Cinquante nuances de moralisation

La gauche a massivement répondu à notre questionnaire sur le renouveau de la vie publique. La droite moins. Mais que de différences d’un candidat à l’autre !

Les électeurs reprochent souvent aux candidats aux législatives de venir sur les marchés quelques semaines avant l’échéance électorale et de disparaître ensuite, ce qui est parfois vrai. Même si la renommée du Blog politique de Jacques-André Schneck et celle de Bisque, Bisque, Basque !  Ne dépasse guère les frontières du Pays basque, nous avons trouvé amusant, en ces temps de demande de moralisation de la vie publique, d’adresser LIRE LA SUITE

Vincent Bru, signataire à l’insu de son plein gré

Le capitaine de pédalo de Cambo rame consciencieusement sur sa page Facebook pour expliquer qu’il n’est pas contre le mariage pour tous.

Défense de rire ! Vincent Bru n’est pas, n’a jamais été contre le mariage pour tous. Et seuls les esprits chagrins verront un lien entre le tollé qu’il suscite sur Twitter et sa laborieuse rétractation sur Facebook. C’est une simple « distinction terminologique » qui l’a amené à signer en 2013 la pétition contre le mariage pour tous du collectif des « Maires pour l’enfance ». Notre Richard Virenque de la politique voulait simplement que la loi utilise le terme « union civile » à la place de « Mariage pour tous ». Mais, comme c’est bête, notre grand timide LIRE LA SUITE

L’art d’être où il ne faut pas

Remarquable photojournaliste, Daniel Velez, 79 ans, raconte dans un livre édité par son fils ses plus emblématiques clichés.

C’était une réflexion immanquable, lorsque, jeunes journalistes de L’Équipe, nous nous retrouvions dans une ville de province peu connue et que, le temps d’interviewer les sportifs et d’envoyer les articles, il était plus de minuit. « On a un photographe avec nous ? Pas de problème LIRE LA SUITE

Pour rester crédible, Macron doit virer Ferrand

Montrer ses muscles aux présidents étrangers, c’est très bien. Mais la cohérence impose aussi de savoir écarter ses proches quand ils sont en tort.

La droite a beau s’égosiller pour faire oublier ses turpitudes passées, l’affaire Ferrand ne sera jamais l’affaire Fillon, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy ayant battu une sorte de record national de la cupidité et continuant à faire des siennes puisqu’il refuse de rendre à son parti les trois millions d’€ récoltés par son mouvement pendant la campagne. Richard Ferrand LIRE LA SUITE

Macron n’y va pas de main morte

Impressionnant face à Donald Trump, le président Macron a remporté son duel… haut la main.

Pour avoir fréquenté des boxeurs dans ma jeunesse, j’ai toujours été frappé de la douceur avec laquelle ces sportifs vous serrent la main. Seuls les matamores de vestiaire, ceux qui cherchent à faire oublier leur médiocrité sur le ring, s’obligent à vous broyer les phalanges LIRE LA SUITE

Mille raisons de ne pas voter Arosteguy

Soutien inconditionnel de Fillon, la descendante de la prestigieuse épicerie biarrotte a déjà adopté tous les travers des politiques les plus roués.

Surtout ne vous amusez pas à jouer à la marelle avec Maïder Arostéguy, car vous êtes certain de perdre ! Même si le Pays basque, en matière de figures politiques, compte des spécialistes réputés de la haute-voltige, on n’a jamais vu une candidate démontrer une aussi incroyable agilité pour passer d’une case à l’autre. Notre Nadia Comaneci locale fait ses débuts en politique à Biarritz en 2008 sur la liste d’un de ses amis personnels, Jean-Benoît Saint-Cricq. Ce qui ne l’empêchera pas de planter là LIRE LA SUITE

La mutuelle des arbres

Solidaires et adeptes de la vie en communauté, les arbres, quand l’homme ne s’en mêle pas, s’entraident et se protègent.

Pour une fois la publicité dit vrai et vous ne regarderez plus jamais la forêt de la même manière après avoir lu « La Vie secrète des arbres, ce qu’ils ressentent, comment ils communiquent ». Peter Wohlleben, l’auteur de ce livre qui a déjà été vendu à plus de 650 000 exemplaires, est un forestier allemand qui a commencé son métier en pratiquant comme les anciens : éclaircissement des parcelles pour que les arbres sauvegardés aient plus de place pour grandir, coupes régulières et méconnaissance absolue du fonctionnement d’un arbre LIRE LA SUITE

Faut reconnaître, c’est du Bru…tal

Vincent Bru pique l’investiture En Marche à François Amigorena. Un mauvais polar dans lequel Michel Veunac a trempé. Récit des coulisses.

Les deux seuls points communs entre Michel Veunac, le maire de Biarritz et son premier adjoint Guy Lafite ? Le mépris mutuel qu’ils éprouvent l’un pour l’autre et leur  détestation cordiale et partagée du septième adjoint François Amigorena. Il faut dire aussi que ce petit garnement, accessoirement membre de la brinquebalante majorité municipale, s’est permis de contredire les incantations du premier en plein conseil municipal et de ridiculiser l’autre en démontrant qu’il ne comprend rien de rien… LIRE LA SUITE

Valls, Mélenchon, Bayrou, la farce tranquille

Campant sur leurs marécages, les vieux crocodiles de la politique n’ont visiblement rien compris au signal envoyé par les électeurs.

Montrez la porte à la vieille politique et elle reviendra par la fenêtre ! Voilà un ancien Premier ministre socialiste, qui paraissait incontournable il y a peu encore. À l’Assemblée nationale, il n’hésitait pas à qualifier son ministre des Finances Emmanuel Macron de « microbe » et à l’admonester en public. Candidat malheureux aux primaires de la gauche, Manuel Valls, s’est parjuré, appelle à voter Macron alors qu’il s’est engagé ... LIRE LA SUITE

Il apprend vite, le gamin…

Après s’être raté au premier tour, Emmanuel Macron a réussi une communication au millimètre à l’occasion de sa victoire face à Marine Le Pen.

La lune de miel comme l’état de grâce présidentiel constituant souvent de très courtes parenthèses de l’existence, les lecteurs de Bisque, Bisque, Basque ! devront donc patienter quelque peu pour retrouver l’habituelle impertinence de ce blog. D’abord parce que l’amour du pays aidant, je ne peux que souhaiter une totale réussite au nouveau président, même si mon Macronscepticisme naturel ne m’incite guère à l’optimisme… LIRE LA SUITE

Face à la haine et la bêtise, nul doute possible

Pas de quoi sauter au plafond avec Macron… Mais voter blanc ou s’abstenir, c’est renforcer le Front national.

« On ne débat pas avec le Front national, on le combat » avait dit Jacques Chirac en 2002. Face à la dédiabolisation du Front national, Emmanuel Macron, quinze ans plus tard, a pourtant bien fait d’accepter la confrontation avec Marine Le Pen, permettant à tout Français doté d’un peu de bon sens de percevoir, lors du débat d’hier, la nullité abyssale de celle qui postule sans complexe à la présidence de la République, sans être seulement… LIRE LA SUITE

L’assourdissant silence de Maïder Arosteguy

Soutien inconditionnel de Fillon au premier tour, la candidate aux législatives ne parle plus politique depuis le 23 avril. La tentation vote blanc ou Marine Le Pen ?

Voilà une future candidate aux élections législatives qui ne doit pas savoir qu’une présidentielle est en train de se dérouler ! Alors que Max Brisson et Claude Olive, tout en ne cachant pas que cette décision ne leur fait guère plaisir, se sont prononcés clairement en faveur de Macron, Maïder Arosteguy amuse la galerie sur sa page Facebook mais se garde bien de donner la moindre consigne de vote à ceux qui la suivent. Soudainement passionnée par un spectacle salle Larreko de Saint-Pée-sur-Nivelle… LIRE LA SUITE

Boudjellal le tout bon de Toulon

Boudjellal et Guazzini ont de l’estime l’un pour l’autre, ce qui n’a rien d’étonnant. Le premier justifie sa réputation de président le plus intelligent du Top 14, le deuxième raconte un management par le sexe au Stade Français.

« Je suis le plus grand escroc du rugby. Je ne l’ai jamais pratiqué de mon existence. Sauf une fois à l’école pendant dix minutes ». Que c’est bon le rugby quand il ne s’habille pas de langue de bois ! Avec « Un président ne devrait pas dire ça », malicieux clin d’œil à un autre président qui n’aura pas tout à fait réussi son quinquennat, le président du RC Toulon… LIRE LA SUITE

Interdiction de laisser Mariner…

Entre une raciste incompétente et un illuminé ultralibéral, le choix est vite fait. Ce sera Macron… sans illusions.

Biarritz a toujours manifesté beaucoup d’indulgence pour les élus un peu désinvoltes avec l’argent public, mais à ce point ! Alors que François Fillon ne récoltait que 28% de votes en sa faveur dans son département, les Biarrots, visiblement peu sensibles à la morale en politique, se sont tristement illustrés avec un tiers des votes accordés au mis en examen Fillon. Heureusement, et c’est là un des grandes consolations de cette bien triste élection… LIRE LA SUITE

Une pathétique nombriloscopie

Brillant orateur mais piètre écrivain, Didier Borotra, ego démesuré et absence totale de remise en cause, se rate complètement dans ses mémoires.

Qu’attendre en vérité de quelqu’un qui, à la barre du tribunal correctionnel de Bayonne, a affirmé avoir appris « par hasard » l’engagement de sa fille Sophie par la directrice de La Cité de l’Océan qui travaillait sous ses ordres ? Des approximations et de grandes gesticulations autosatisfaites. La réalité Borotra, connue de tous les Biarrots, est toute autre que celle racontée dans le livre au titre ampoulé « La renaissance de Biarritz, ses vrais acteurs ». Didier Borotra… LIRE LA SUITE

Enthousiasmant Laird Hamilton

Champion d’exception qui s’est frotté aux plus grosses vagues de la planète, Laird Hamilton est aussi un homme d’une modestie et d’une disponibilité incroyables. Parrain de la Maïder Arsotéguy Cup, venu à Biarritz par amitié pour l’organisateur Robert Rabagny, Laird Hamilton, après avoir longuement distribué des autographes à tous ses admirateurs, a sidéré aussi bien les surfeurs que les promeneurs… LIRE LA SUITE

Les sondeurs, ces parasites de la République

Ils faussent régulièrement l’opinion et se trompent presque à chaque fois. À quand une interdiction des sondages lors des échéances électorales ?

Ils ont annoncé Juppé pour la primaire de la droite, Valls pour celle de la gauche, et bien évidemment Hillary Clinton à la présidence des États-Unis, mais, toute honte bue ils continuent à avoir leurs sièges réservés sur toutes les chaînes de télés où ils nous expliquent doctement l’évolution des tendances électorales, alors que près de 40% des Français avouent ne pas avoir encore pris leur décision… LIRE LA SUITE

Taubira sans forcer son talent

Parfois, la politique donne envie d’applaudir : Colette Capdevielle avait invité sa copine, l’ancienne ministre de la Justice, à débattre à Bayonne.

Être scandalisé par les comportements d’un Fillon, d’un Le Roux ou d’un Cahuzac, ne signifie pas pour autant être dégoûté de la politique. La députée socialiste Colette Capdevielle qui souhaite « faire de la politique autrement », l’a bien compris en mettant en place les 23 et 30 mars derniers, un conseil citoyen sur la transition démocratique, avant de faire un compte-rendu public le 10 avril dernier… LIRE LA SUITE

Saint-Cricq et Brisson fessent le garçonnet Veunac

Le dernier conseil municipal ? Un bras de fer entre deux brillants élèves de terminale et un petit sixième vêtu d’une écharpe tricolore…

L’article 68 de la loi « Égalité et Citoyenneté » interdit depuis le 30 décembre 2016 la fessée et les châtiments corporels à l’encontre des enfants, mais, fort heureusement, pas des politiques ! Même si il y a souvent du garçonnet en Veunac, avec ses incantations, ses phrases creuses et ses moulinets verbaux… LIRE LA SUITE

Pourquoi je suis candidat aux législatives

Sylviane Alaux et Maïder Arostéguy ont du souci à se faire. Je vais les défier le 11 juin prochain dans la VIe circonscription.

Avec, en tête de ce blog, un bandeau intitulé «  Dans mon parti, y a qu’moi et c’est déjà l’merdier », je pensais être totalement à l’abri de ce genre de mésaventure. Mais il faut croire que le métier de député est tellement difficile et mal payé qu’il suscite peu de vocations. Trois partis, et non des moindres, m’ont rendu visite ces dernières semaines pour me convaincre de devenir un futur parlementaire… LIRE LA SUITE

Attention, crayon à suivre

Il manifeste la timidité des modestes, surtout quand on le réveille en pleine sieste, et peine à croire qu’on puisse s’intéresser à ses dessins. Difficile pourtant de ne pas remarquer ce caricaturiste de talent qui sévit depuis quelques semaines à La Semaine du Pays basque en remplacement du dessinateur Pierre George. Personnages immédiatement reconnaissables, belle utilisation de la couleur… LIRE LA SUITE

Valls presque aussi indigne que la droite

Au mépris de la morale la plus élémentaire, la droite a décidé de la jouer comme Michel Blanc dans Les Bronzés, en se disant que sur un malentendu, et tant pis pour les principes, le mis en examen pour escroquerie aggravée Fillon peut se retrouver président de la République. Et maintenant c’est Manuel Valls qui apporte sa solide contribution à la pire élection présidentielle… LIRE LA SUITE

Cette médecine de plus en plus virtuelle…

Médecin qui ne salue pas son patient, inutiles analyses de laboratoire, « seringueur » fou… Témoignage vécu, clinique Aguiléra.

Ancien gibier d’hôpital, me portant beaucoup mieux depuis que je fréquente nettement moins les médecins, j’ai une certaine connaissance des rituels des blouses blanches. C’est donc sans la moindre appréhension, même si je sais par expérience vécue que mon existence peut basculer sur un simple examen radiologique, que je me rends clinique d’Aguiléra pour… LIRE LA SUITE

Une superbe haie du déshonneur

À Biarritz, plus d’une centaine d’agitateurs de casseroles ont réservé à François Fillon l’accueil qu’il mérite.

Finalement, ils ne sont pas si difficiles à reconnaître que cela, les Fillonistes ! Il y a les honteux qui regardent le bout de leurs chaussures en pénétrant dans la halle d’Iraty, un peu comme si on les surprenait à l’entrée d’un bordel espagnol, les farauds et faraudes, manteaux de fourrure et tristes figures qui la jouent « Même pas honte ! », et puis cette litanie d’handicapés, qui souffrent d’une malformation congénitale du majeur et qui passent le doigt pointé vers le ciel devant … LIRE LA SUITE

Tous à vos casseroles !

Malgré sa mise en examen et ses mensonges à répétition, il continue ! Fillon doit donc être accueilli comme il convient, vendredi à Biarritz.

Fillon fait de nous la risée de l’Europe, mais persiste et signe, alors que l’enquête concernant les emplois de son épouse et de ses enfants vient d’être élargie à des faits de « faux et usage de faux » et « d’escroquerie aggravée ». Notre pays est actuellement classé en vingt-troisième position au niveau de la corruption, derrière l’Estonie ou l’Uruguay et juste devant le Qatar. Rien d’étonnant donc à ce que nos confrères européens ne comprennent pas comment ce « Donal Trump à la Française », peut continuer… LIRE LA SUITE

Petits arrangements avec la démocratie

Nicolas Dupont-Aignan a parfaitement raison : le débat organisé par TF1, avec… cinq candidats seulement, est inacceptable.

Quand on voit la constance avec laquelle les sondeurs se trompent, que ce soit en France ou aux États-Unis, on se demande pourquoi TF1, pour son débat de lundi soir, n’a pas préféré baser sa sélection sur les candidats aux yeux bleus ou ceux qui sont gauchers, plutôt que sur les cinq candidats qui seraient en tête des intentions de vote… selon ces spécialistes de la désinformation qui n’avaient vu venir ni Fillon ni Hamon, lors des primairesLIRE LA SUITE

Ce rugby gangréné par le fric

Antoine Burban n’a rien d’un tendre sur le terrain mais il est au bord des larmes lorsqu’on lui parle d’une fusion possible entre le Stade Français et le Métro Racing (L’Équipe, 14/3) : « Le plaisir que j’aurais pu avoir à faire mon dernier match ici, devant mes enfants, ils me l’enlèvent. Le rêve d’être fidèle à un seul club, je ne pourrai pas l’avoir. Ça fait onze ans que j’abîme mon corpsLIRE LA SUITE

Simple comme un café avec sa députée

Transparence, démocratie participative et rencontre avec les électeurs, une évidence pour Colette Capdevielle…

Colette Capdevielle n’est décidément pas tendance : elle s’achète elle-même sa garde-robe alors qu’elle a de nombreux amis, ses assistants parlementaires ne sont pas de sa famille et n’ont aucune peine à montrer les nombreuses traces de leur activité et ses casseroles ne lui servent que pour faire la cuisine avec ses proches. Plus remarquable encore, la députée des Pyrénées-Atlantiques ne rate quasiment jamais une séanceLIRE LA SUITE

La France des partis vermoulus

Le mensonge et le non-respect de la parole donnée deviennent la règle dans tous les partis. Triste spectacle !

Le Comité politique des Républicains, pour des questions de gros sous, a décidé lundi soir de ne pas débrancher le candidat Fillon, ce qui n’est guère à son honneur. Mais, avant de le laisser repartir en campagne, il serait peut-être sage de l’envoyer consulter un neurologue, car qui peut raisonnablement envisager d’élire à la tête de l’État un président qui oublie tout ? Le donneur de leçons de morale de la primaire de droite ne se souvenait plus que son épouse avait collaboré avec lui avant 1997. Il pensait ses enfants avocats, alors qu’ils n’étaient qu’étudiantsLIRE LA SUITE

Arostéguy fait de l’accrobranche

Ils sont nombreux à avoir beaucoup à perdre en cas de défection de Fillon.

maider-arosteguyMercredi, François Fillon est décidé à renoncer avant sa conférence de presse où il annonce… qu’il continue ! C’est la conjuration de médiocres qui l’entoure, déterminée à se partager le futur gâteau même s’il est un peu faisandé, qui le pousse à se ridiculiser encore un peu plus et à discréditer notre vie politique. Baroin se verrait bien Premier ministre, et les Morano ou Pecresse ne dédaigneraient pas un petit maroquin. Et pendant ce temps, JuppéLIRE LA SUITE

Plan B, comme barre-toi !

Fillon ne respecte même pas sa parole. Et vous voudriez qu’il devienne chef de l’État ? Réveillez-vous la droite, car vous conduisez le pays au désastre !

fillonSi vous pensez encore qu’un candidat à l’élection présidentielle se doit d’avoir une morale supérieure à celle d’un citoyen ordinaire, si vous estimez qu’un mis en examen ne peut briguer aux plus hautes fonctions, si vous jugez qu’un parjure qui n’a cessé d’accumuler les mensonges ne peut être soutenu par un grand parti, alors vous ne vivez sans doute pas en FranceLIRE LA SUITE

Ivrogne, borgne et en rogne…

jean-edern-hallier-l-idiot-insaisissableAu temps de sa splendeur, si l’on peut qualifier ainsi le fait d’être l’objet d’une attention toute particulière du président de la République, ce ne sont pas moins de quatre-vingt policiers qui étaient attachés aux basques de Jean-Edern Hallier pour rapporter à François Mitterrand le moindre de ses faits et gestes. Car celui qui se surnommait lui-même « Le dandy de grand chemin » et qui aimait affirmer : « Je ne parlerai qu’en présence de ma vodka » est avant tout un enfant perdu de la littérature, qui a laissé…. LIRE LA SUITE

Un fieffé menteur

Pour Michel Veunac, un nageur est un être décérébré qui laisse son cerveau au vestiaire quand il enfile son maillot de bain.

sud-ouest-piscine-olympique-02La construction d’un bassin olympique faisait partie de ses engagements électoraux. Et comme notre maire n’a pas peur de se mouiller, le 9 septembre 2015, lorsque l’équipe de France de natation était venue rendre visite aux jeunes nageurs de la Ville à la piscine municipale, Michel Veunac n’avait pas hésité à faire un selfie avec Florent Manaudou et à réitérer devant les enfants sa promesse d’un bassin olympique à hauteur de leurs rêves…. LIRE LA SUITE

« Palace, Palace ! »

hotel-du-palaisHomme ? Femme ? J’ignore absolument qui est « Biarritz observateur », mais ce qui est sûr, c’est que l’auteur du texte qui suit, adressé ce jour à « Bisque, Bisque, Basque ! », connait parfaitement Biarritz. Pas un mot à changer sur cette analyse du naufrage inévitable qui nous attend avec le capitaine Veunac à la barreLIRE LA SUITE

Bidart : un « fléau », les résidences secondaires?

Emmanuel Alzuri, maire de la ville, s’est livré devant les caméras de France 3 à un excès verbal qu’il regrette quelque peu.

residences-secondairesSi un acquéreur potentiel d’un appartement sur la Côte basque, s’est trouvé devant l’édition France 3 Pays basque du 10 mars, il a dû tomber de sa chaise en découvrant à quel point il n’est pas le bienvenu. Le sujet évoque la possibilité désormais offerte aux maires de surtaxer les propriétaires de résidences secondaires jusqu’à + 60%, ce qu’Anne Hidalgo, qui n’en rate décidément jamais une, vient de s’empresser de faire. Interrogé par la télévision locale, Emmanuel Alzuri, maire de Bidart mais aussi directeur de l’Office de Tourisme d’Anglet, semble sur la même longueur d’ondes, malgréLIRE LA SUITE

Le désorienté budgétaire

Catalogue d’incantations non chiffrées, le document d’orientation budgétaire fourni par Veunac a suscité l’ironie mordante de l’opposition.

veunac-02Un vieux cheval de retour comme Michel Veunac devrait savoir que l’homme politique, c’est celui qui voit et décide avant tout le monde, anticipant sur l’opinion publique, comme a pu le faire en son temps François Mitterrand au sujet de la peine de mort. Mais notre roi de la phrase creuse, adepte des énoncés ronflants, adore jouer à l’homme simple qui se réfugieLIRE LA SUITE

Fillon nous vole… la campagne

Mettez fin à ses souffrances, débranchez-le, qu’on puisse enfin parler programmes et combattre une droite digne de ce nom !

fillon-tartiuffe-lobsLa vraie Pénélope, celle qui, il y a quelques siècles, éprouvait un durable béguin pour Ulysse, prête à attendre une bonne vingtaine d’années qu’il termine ses péripéties méditerranéennes, était déjà une adepte du double emploi. Pour faire lanterner ses prétendants, elle défaisait la nuit la tapisserie qu’elle exécutait le jour, histoire qu’elle ne finisse jamais. Mais elle le faisait bénévolement. Notre modeste Pénélope Fillon à nousLIRE LA SUITE

Se faire tirer dessus et fermer sa gueule…

charlie-hebdoCe ne sont pas François Fillon ou Jérôme Cahuzac qui vous diront le contraire, l’argent rend dingue. Dans notre angélisme, on pensait juste qu’un journal de copains, qui vivotait péniblement jusqu’en 2014, avant de connaître une renommée mondiale suite aux assassinats commis par les frères Kouachi, pouvait échapper à cet engrenage fatal. Par l’intermédiaire de vieux copains, on savait que c’était tendu à Charlie hebdo, mais on mettait cela sur le compte du traumatisme vécu. Et puis Marie Bordet et Laurent TeloLIRE LA SUITE

C’est le trambus ou le tram motus ?

L’association Biarritz 2.0 s’étonne du silence de la mairie biarrote sur le sujet.

tram-bus-biarritz-trC’est un joli bébé de dix-huit mètres de long, soit trois de plus que les bus actuels, qui devrait, à partir d’août 2017, contribuer à saturer encore un peu plus Biarritz. Un trambus, c’est un tramway avec des pneus. La majorité du temps, il circule dans des couloirs réservés, mais peut aussi s’insérer dans le trafic. Mais, alors que les Bayonnais ont pu participer à plusieurs réunions publiques pour qu’on leur explique le projet, alors que les Angloys disposent d’une maquette et d’un plan d’aménagementLIRE LA SUITE

Cassez-vous et cachez-vous, Monsieur Fillon !

Quand on entend la défense de son entourage sur les « bonnes familles », on est fier de faire partie des mauvaises familles…

fillon-02chateau-assiegeChaque soir, au moment de s’endormir, cette question récurrente : est-ce qu’au début de l’année 1789, la noblesse française, face au tiers état, faisait preuve de la même morgue, de la même arrogance, de la même inconsciente désinvolture qu’une partie de cette classe politique française, qui campe sur les plateaux de la télévision pour justifier l’injustifiableLIRE LA SUITE

Contrat de Sophie Borotra : Veunac savait

Le maire de Biarritz nous a tous enfumés. C’est Françoise Pautrizel qui l’affirme au tribunal.

ecran-de-fumee-01Notre amuseur public, roi de la phrase creuse et ronflante, s’est surpassé depuis son avènement à chaque fois qu’il a évoqué la Cité de l’Océan. C’est entendu, Michel Veunac va « nous faire aimer La Cité de l’Océan », il a un « plan de relance » (qui a consisté surtout à taper les Biarrots, les instances départementales et régionales), et à l’en croire, au hit-parade des Cités naufragées, le bâtiment voulu par Didier Borotra se porte comme un charmeLIRE LA SUITE

On ne réveille pas une opposition qui dort

Fidèle à son habitude, l’opposition s’est montrée particulièrement prudente dans l’affaire Sophie Borotra.

opposition-qui-dortHeureusement que Michel Veunac compte quelques sympathiques trublions dans sa propre majorité, car sans eux son actuel mandat finirait par ressembler à un séjour en camp de vacances. En dehors de Jean-Benoît Saint-Cricq, qui à chaque conseil se montre mordant et incisif, c’est peu dire qu’entre les absences réitérées des uns, la détestation visible du job d’opposant des autresLIRE LA SUITE

Les Borotra, ces grands pudiques

Une directrice de la Cité de l’Océan qui rendait compte toutes les semaines, mais qui n’a pas jugé bon d’informer son patron, Didier Borotra, d’un contrat passé avec sa fille. Une jeune femme au chômage qui n’annonce pas à sa famille qu’elle a trouvé un travail. Un ancien maire qui, selon ses dires, apprend plusieurs semaines après, l’engagement de sa fille et en estLIRE LA SUITE

Didier Borotra, l’abonné du tribunal

Compte tenu de son calendrier judiciaire, il est sûr que le retraité Didier Borotra doit avoir du mal à terminer ses grilles de mots fléchés actuellement. Condamné par la cour d’appel de Pau, mercredi 25 janvier, à 30 000 euros d’amende dans l’affaire des procès-verbaux annulés, l’ancien maire de Biarritz va rendre visite, mardi prochain 31 janvier à 13h45, au tribunal correctionnel de Bayonne, en compagnie de sa fille SophieLIRE LA SUITE

Pénélope a trouvé le bon Filon

fillon-le-bon-filon600 000 euros, c’est à peu près ce que gagne un ouvrier en une existence entière de travail. C’est aussi ce qu’a touché en huit ans, selon Le Canard enchaîné l’attachée parlementaire fantôme Pénélope Fillon, en plus des non négligeables émoluments de son mari. Tandis que la presse aux ordres insiste sur la légalité de l’opération (Fillon, malheureusement n’est pas le seul dans ce cas !) et que le candidat républicain s’efforce de créer un rideau de fumée en insistant sur la prétendue misogynie dont fait preuveLIRE LA SUITE

Alexandre de La Cerda bien plus fort que Jésus !

la-cerda-02-et-les-royalistesPetit rappel pour ceux qui ont redoublé leur première année de catéchisme : il y a quelques décennies, Jésus, un grand échalas maigre et barbu toujours flanqué de ses douze copains, adorait, de loin en loin, réaliser un petit tour de magie comme multiplier les pains ou marcher sur l’eau, histoire de faire marrer les filles et d’entretenir sa légende. Mais, selon la Bible, l’enfant de Marie, qui était un peu lymphatique, s’estLIRE LA SUITE

Antoine Descotte : « Ma boîte à Job, ça fonctionne ! »

ma-boite-a-jobComme si, en matière d’aide aux demandeurs d’emploi, il pouvait y avoir matière à rivalité, comme si toutes les idées nouvelles n’étaient pas bonnes à prendre ! Lorsqu’ils décident de monter une association 1901, en mars 2015, les membres du conseil d’administration de « Ma boîte à Job » Antoine Descotte, Yannick Broussé, Marie-Claire Sallaberry, Marie-Claude Albanesi, Cathy Biscay, n’imaginent pas une seconde qu’ils s’entendront dire un jourLIRE LA SUITE

Collomb fait l’oeuf

gerard_collombEt le pire, c’est qu’ils n’ont même pas conscience des énormités qu’ils profèrent, tous ces élus qui se plaignent avec la cuillère d’argent dans la bouche ! Depuis que les ensoutanés ont quitté le navire, La Semaine du Pays basque est redevenu un hebdomadaire tout à fait lisible où chaque semaine un ou plusieurs articles nous font rire ou réfléchir ce qui est l’essence même du journalisme. Et comme, je faisais semblant de m’indigner contre la chronique de Jean-Philippe Ségot... LIRE LA SUITE

Merci TVPI

Alors que la biographie de Robert Rabagny « Monsieur Biarritz Bonheur » poursuit une belle carrière au Pays basque et qu’il ne se passe pas de jour sans que l’ancienne mascotte ne soit arrêtée en ville par des lecteurs, de nombreux internautes ont regretté de ne pas avoir vu sur TVPI, le reportage qui nous a été consacré., car ils étaient absents pendant les fêtes de Noël. Grâce à la gentillesse... LIRE LA SUITE

Aussi gauches que primaires

primaire-de-gaucheParler en quatre-vingt-dix secondes maximum de la lutte contre le terrorisme ou de son programme économique est à peu près aussi simple que vider l’océan à la petite cuillère. Mais, pour ceux qui auront survécu à l’interminable échange de banalités qu’a été ce premier débat de la primaire...  LIRE LA SUITE

La CGT est bonne pour la santé

robert-marchandÀ 67 ans, à l’âge où la plupart signent un PACS durable avec leurs charentaises, Robert Marchand s’est remis au vélo, qu’il avait dû abandonner fort jeune. Voilà maintenant trente-huit ans qu’il sillonne les routes de France, et, même si vous ne suivez que rarement l’actualité, vous savez sans doute que ce flamboyant jeune homme de 105 ans vient de réussir à accomplir plus de 22 kilomètres dans l’heure sur la piste du vélodrome...  LIRE LA SUITE

Et maintenant, la censure pure et simple!

censure-pc-300-300x193En progrès ! Michel Veunac a tout de même réussi à attendre le deuxième jour de l’année pour se tirer une nouvelle balle dans le pied. « Je suis Charlie » s’égosillait début 2015 notre calamistré à écharpe tricolore… Oui mais, uniquement avec la presse aux ordres ! Lundi 2 janvier, réunion de crise à la mairie de Biarritz avec Super Mimi, son directeur de cabinet, et...  LIRE LA SUITE

Tous mes meilleurs veaux…

carte-de-voeux-201735 000 journalistes et presque autant de façons de pratiquer le métier. En général, les confrères de mon ancienne vie parisienne se rappellent à mon bon souvenir deux fois par an : l’été, quand ils sont en panne de piste d’atterrissage et se souviennent que Biarritz n’est pas une destination trop désagréable ; au début de l’année, au moment du traditionnel échange de vœux. Comme l’autodérision n’a jamais fait de mal, fort de l’expérience...  LIRE LA SUITE

Un micro indiscret trahit Veunac :

« Destizon, je vais le casser ! »

20161228_114051Les lecteurs de Bisque, Bisque, Basque ! sont formidables. Un de nos lecteurs, qui souhaite sans doute qu’on le prenne en stage, a eu le bon réflexe de tendre l’oreille lors de l’interruption de séance provoquée par le vote pour désigner les quatre représentants de Biarritz pour l’EPCI. Si tout n’est malheureusement pas audible, malgré le travail d’un technicien ami qui a essayé de gommer les bruits parasites, on en entend suffisamment pour comprendre qu’entre le discours officiel...  LIRE LA SUITE

Au bain, l’an neuf !

bain-angloys-01Dans un premier temps, en bons Français que nous sommes, on râle : « Mais il est con, ce Rabagny, de nous faire lever un 1er janvier à 11 heures du matin ». Dans un deuxième temps, une fois sur place, on s’extasie sur le décor mis en place, sur cette magie du nouvel an qui donne à chacun envie de parler – et mieux encore, de trinquer ! – avec l’autre, sur ce soin du détail que met Robert Rabagny dans toutes les organisations...  LIRE LA SUITE

Une embrouille signée Super Mimi

embrouille-01Nul ne sait si Michel Veunac relève de Lourdes, ville des miracles, ou simplement des soins en urgence du docteur Barucq, mais on peut se demander combien de temps le bon maire qui ne nous dirige pas va continuer à se tirer des balles de pied, avec une maladresse qui finit par forcer le respect. Pas la moindre nostalgie dans ce propos du monarque Borotra, qui aurait réglé en deux froncements de sourcil cette histoires d’élection de quatre délégués supplémentaires à l’EPCI – et gare à celui qui ne vote pas...  LIRE LA SUITE

Père Noël et mère Michèle

(Conte de Noël)

3981-sapin-cadeaux-noel-wallfizzOccupant depuis des décennies ce bel appartement de Ciboure avec une vue magnifique sur l’océan et le fort de Socoa, Michèle reste pourtant indifférente au superbe paysage qui se trouve devant ses yeux, tout comme elle ignore les parures de Noël qui scintillent sous ses fenêtres. Il faut dire aussi qu’elle a tant à faire ! Patrick, son compagnon, inquiet pour la santé d’un de ses proches, a décidé de prolonger son séjour en Dordogne...  LIRE LA SUITE

L’homme qui hésite plus vite que son ombre

veunac-vanille-fraiseTous ceux qui considèrent que l’actuelle majorité municipale n’est qu’un agrégat de petits intérêts personnels et contradictoires, en ont eu l’éclatante démonstration, à l’occasion de ce qui aurait dû être le dernier conseil municipal de l’année, avec, pour cerise sur le gâteau, l’élection des quatre derniers représentants de Biarritz à l’EPCI. Michel Veunac, le maire qui préfère toujours remettre au lendemain les décisions à prendre le jour même, a sidéré...  LIRE LA SUITE

Charlot dispute la primaire

peillon-04Ah le respectable candidat que voilà ! L’homme qui fait passer ses convictions et son appartenance au parti avant ses intérêts personnels ! Celui que l’on souhaite comme Président de la République, tant il est évident qu’il portera haut les couleurs de la vertu, de la morale et de l’intégrité sans faille. Résumons les faits pour ceux qui auraient raté quelques épisodes sur la désinvolture mode d’emploi...  LIRE LA SUITE

Cacocolis de Noël

gls-02Les Français sont toujours persuadés d’être les plus malins du monde. « Les courses dans les magasins ? Les attentes interminables ? Fini tout ça. Désormais, je commande tout par Internet. Je choisis tranquillement chez moi et suis livré à domicile » Raconté comme cela, on serait presque séduit. Malheureusement, entre temps, des sociétés ont vu la mine d’or à exploiter...  LIRE LA SUITE

C’était le restau du cœur et des copains

« Au rendez-vous des bons copains de Rabagny, y’a pas souvent de lapins » aurait dit l’ami Brassens. Toutes les espérances ont été dépassées vendredi 9 décembre et le Txik Txak de l’adorable Soso Puleoto était plein à craquer pour l’occasion. Pour venir rendre hommage à Robert Rabagny, des Biarrots, mais aussi des Bayonnais, des Luziens et même des Toulousains, des Parisiens et un couple de Niçois présents dans la région. Côté rugby Pascal Ondarts, Philippe Bidabé ou Philippe Guillard. Côté politique...  LIRE LA SUITE

 

Revenir à l’essentiel et faire Vallser Fillon

Même si elles m’ont valu quelques profondes satisfactions, comme ce coup de pied aux fesses infligé au petit Nicolas, les primaires, qu’elles soient de droite ou de gauche, continuent à susciter en moi un profond malaise. Pour les médias comme pour les politiques, une somme de quatre euros, si l’on vote aux deux tours, est totalement négligeable et ne mérite pas la moindre réflexion. Nous connaissons pourtant tous autour de nous des gens pour qui une telle somme est vitale...  LIRE LA SUITE

Voyage, quand tu nous tiens…

un-parfum-de-mousson« Je suis parti sur les routes sans vraiment trop savoir pourquoi, simplement convaincu par le fait que ce voyage n’était pas une fuite, mais une première réponse ». Matthieu Delaunay n’est pas du genre voyageur d’opérette qui redoute le dépaysement et hésite à deux fois avant de se rendre à pied à la boulangerie du coin. Quand la soif de découverte s’empare de lui, il prend son vélo et part avec un copain à… Vladivostok, en passant par le Maghreb, l’Égypte, la Syrie, puis le désert de Gobi et Oulan-Bator. Un périple de...  LIRE LA SUITE

Rabagny et compagnie le 9 décembre

Soirée hommage pour l’homme qui a enchanté Biarritz pendant plus de 35 ans…

Huit cent euros nets par mois, voilà ce que touche actuellement l’homme qui a tant fait pour Biarritz ! Chiffrera-t-on un jour l’argent que Robert Rabagny a fait gagner à Biarritz avec les événements qu’il a organisés pendant plus de trente-cinq ans ? Les grandes gueules sont souvent les plus pudiques quand il s’agit d’eux-mêmes, et il est clair...  LIRE LA SUITE

Les sourires en coin d’une Filloniste historique

fillon-martineauSon téléphone n’arrête pas de sonner, les messages de félicitations de pleuvoir, et, depuis une dizaine de jours, ses amis ne se comptent plus. Corine Martineau n’est pas dupe de cette soudaine agitation de tous ceux qui jouent placés. Alors que nous sommes politiquement aux antipodes, ce qui n’empêche pas le respect et la sympathie, il était intéressant d’entendre pourquoi, en 2015, cette militante fervente des Républicains, a choisi le camp de celui qu’on qualifiait alors de « Mister Nobody », avant de devenir le...  LIRE LA SUITE

Drame de la pauvreté : Sarko n’a même plus 2 euros pour voter

sarko-penaudOn ne mesure pas ce que peuvent représenter deux euros en temps de crise économique. Dans Le journal du Dimanche (27/11) un homme raconte qu’il souhaitait voter au premier et deuxième tour de la primaire de droite mais que cela représente deux repas pour la cantine de sa fille et qu’il ne peut pas se permettre ce luxe. Autre pauvre nécessiteux, depuis que Kadhafi...  LIRE LA SUITE

Avis de tempête sur le Royal

royal-01Un site qui allie compétence et impertinence et offre des papiers bien écrits, c’est rare ! Ramuntxo Garbisu, directeur d’Eklektica, a accepté d’offrir aux lecteurs de Bisque, Bisque, Basque ! cet article concernant l’éviction de la directrice du cinéma Le Royal, Stéphanie Jaunay, alors qu’une manifestation citoyenne est prévue devant le cinéma, le 28 novembre à 11 heures.( http://www.eklektika.fr/) ...  LIRE LA SUITE

Monsieur BO a désormais sa bio

geronimo-001Si vous souhaitez écrire la biographie de Robert Rabagny, surtout ne vous encombrez pas d’un quelconque enregistreur ! Passées les deux premières minutes où votre homme va sagement rester assis face à vous, toutes les conventions d’un entretien classique, telles qu’on vous les a enseignées dans les écoles de journalisme, vont voler en éclats. Hyper actif qui ne peut se maîtriser, Robert va se lever, partir faire un tour dans son jardin, tout en continuant sa discussion, revenir, embrayer sur une histoire qui n’a strictement rien à voir avec le sujet évoqué, mimer la scène, fouiller dans ses armoires pour vous sortir une vielle photo ...  LIRE LA SUITE

Au théâtre, ce soir…

cm-21-nov-03-claverieMais pourquoi diable aller payer plus de trente euros son billet à la Gare du Midi pour aller voir un comique de deuxième zone, quand on peut s’en offrir gratuitement toute une brochette, lors d’un conseil municipal et même se permettre une séance de replay sur le site de la mairie, si l’on n’a pas compris toutes les blagues échangées ? On savait cet assemblage hétéroclite d’humoristes qui compose l’actuelle majorité municipale coupé de toute réalité et, lundi soir, on en a eu une saisissante illustration...  LIRE LA SUITE

Un journal, c’est du brutal !

brutal-01-lancelinGrand ménage d’automne dans les rédactions de la presse nationale. Comme en 2001, 2006 ou 2011, le pouvoir politique, qui affirme la main sur le cœur ne jamais intervenir dans la vie des médias, s’assure avant les élections présidentielles que des fidèles sont en place à la tête des rubriques politiques et font pression sur les directeurs de journaux pour écarter sans ménagement ceux qui ne sont pas strictement dans la ligne. Aude Lancelin était il y a peu encore directrice adjointe de la rédaction du Nouvel Observateur. Personne ne vous dira que ce n’est pas...  LIRE LA SUITE

Une pauvre Motsch qui ne doute de rien

motsch-02Décidément, ce n’est pas par hasard que Nahalie Motsch, en son temps, avait trahi son parti pour se jeter dans les bras de Michel Veunac : même goût pour la phrase creuse et ronflante et même incompétence politique ! Radiée des Républicains, puis réintégrée, l’adjointe à l’urbanisme annonce désormais sur tous les toits qu’elle veut obtenir l’investiture de son parti aux prochaines législatives et offre à Sud Ouest (15/11) une interview qui vaut son pesant de parpaings. Comme les commerçants qui estiment que leur métier pourrait être le plus beau du monde s’il n’y avait pas les clients, la trépidante Nathalie semble penser que Biarritz...  LIRE LA SUITE

Ce grand constant qui nous dirige…

grand-cnstant-00Si vous savez que vous allez devoir parler pour ne rien dire à un moment ou l’autre de ce week-end et que votre stock de platitudes et de phrases toutes faites s’épuise, si vous en avez marre de compter les gouttes de pluie qui tombent actuellement sur le Pays basque, si vous ne vous lassez pas de la comédie humaine que peuvent offrir des élus qui nous prennent pour des imbéciles, alors offrez-vous la lecture vidéo des trois compte rendus de mandat que ce bon Michel Veunac vient d’effectuer...  LIRE LA SUITE

Une imparité de plus en plus dérangeante

impariteLa parité Canada Dry, c’est la parité qui, comme cette boisson sans alcool, a le goût de la parité, la couleur de la parité, mais qui n’est pas de la parité. C’est-à-dire exactement ce qui se pratique en France. Et si pour une fois, tous les mecs que nous sommes, on utilisait les grandes gueules dont la nature...  LIRE LA SUITE

Les absolus primaires de la droite

primaires-absolusAh, le bon médicament que voilà pour tous ceux qui ont mal à leur gauche ou qui frisent la dépression pour cause de quinquennat décevant au possible ! Le deuxième débat de la droite se déroulait le 3 novembre, jour annoncé de la gentillesse, dans la salle Wagram, l’ancien temple de la boxe. Les sept candidats de la primaire de droite, en politiques roués, ont su à merveille alterner les vacheries fielleuses, l’autodérision teintée de pain au chocolat et les amabilités mielleuses, tout en retenant leurs coups...  LIRE LA SUITE

Laisse-béton, Michel!

compte-rendu-03Il enfile les platitudes et les lieux communs à la vitesse à laquelle un commis-charcutier débite son andouille, tandis que le troisième âge, omniprésent salle Bellevue à l’occasion de ce troisième compte-rendu de mandat, se pâme. Michel Veunac n’a pas le moindre souci à se faire sur son avenir professionnel le jour où il ne sera plus maire. Une belle carrière de Pascal Sevran des maisons de retraite basques l’attend et, entre le thé de cinq heures et la soupe de six, il saura faire chavirer de bonheur...  LIRE LA SUITE

Le château mille leurres La Cerda

Un vin ou une vaste blague?

bouteille-russeAlexandre est un homme simple. De son vrai nom Von Miller de Roberty La Cerda Castro Cabrera Y Leuse (Sud Ouest, 5/4/2010), il se contente d’un prosaïque Alexandre de La Cerda. Et le vin qu’il produit, le Château Miller La Cerda, est à son image : non pas un grand cru classé et arrogant, mais un Bordeaux Supérieur franc et généreux qu’il s’empresse d’emmener avec lui à chaque apparition publique, histoire de vendre quelques caisses.  Séduit par cet auteur engagé qui, entre deux envolées lyriques...  LIRE LA SUITE

Delambre, le surdoué tranquille

delambre-01Si de mes seize années passées au Canard enchaîné, je ne devais retenir qu’un trio, ce serait trois dessinateurs. Cabu, l’irremplaçable, pour sa gentillesse, son humanisme et son pacifisme ; Wozniak pour sa façon déjantée d’aller son chemin sans s’occuper des modes du moment ; Jean-Michel Delambre, enfin, l’homme aux talents multiples. Un journaliste qui écrit bien, ce n’est pas si courant. Un illustrateur qui vous entraîne immédiatement dans son univers...  LIRE LA SUITE

Un BO aussi gris que son maillot

dax-boGris, c’est gris ! La consternation était telle en ce lundi, que ce soit aux Halles ou au « Txik Txak » de Soso Puleoto, que l’on n’a guère envie d’en rajouter. Le BO nous avait promis monts et merveilles pour son déplacement à Dax. Et au final un score de 41 à 16, avec cinq essais marqués par les diables rouges contre...  LIRE LA SUITE

L’éviction méritée de Cécile Duflop

duflotC’est l’histoire d’un naufrage personnel et collectif, l’histoire d’un réel talent qui a troqué ses convictions politiques contre un plat de lentilles, même pas bios. À 41 ans, Cécile Duflot, qui avait passé son tour en 2012, en laissant sa place à Eva Joly, avait toujours dit qu’elle serait de la partie présidentielle en 2017. Les maigres électeurs ayant participé à la primaire des Verts (à peine 12 000, soit 0,02% de la population française !) l’ont renvoyée...  LIRE LA SUITE

Discrétion de rigueur

borotracasLes lecteurs de Bisque, Bisque, Basque ! sont loin d’être idiots. Ils comprendront sans doute très vite pour quelle raison ce blog ne fera pas le moindre commentaire sur le renvoi devant le tribunal correctionnel de Didier Borotra, le 31 janvier prochain, pour prise illégale d’intérêts. Françoise Pautrizel, l’ex directrice de la Cité de l’Océan est convoquée pour complicité et Sophie Borotra pour recel de prise illégale d’intérêts (sudouest.fr, 18/10)...  LIRE LA SUITE

Primaires : Tout faire pour pas que Sarkommence ? (3/3)

sarko-01Rencontre inopinée avec un maire de la Côte basque pour qui j’éprouve beaucoup d’estime : « Il faut absolument aller voter à la primaire de la droite pour nous aider à nous débarrasser de Sarkozy ». Même raisonnement chez un couple d’amis de gauche : « Aucun doute possible pour nous, on participera à la primaire de droite. Parce que l’idée d’avoir un deuxième tour Nicolas Sarkozy-Marine Le Pen est insupportable »...  LIRE LA SUITE

Primaire de gauche : Si Hollande avait un peu de dignité… (2/3)

hollande-dignite-02Au temps où François Hollande régnait en maître rue de Solférino et où ses amis socialistes rivalisaient de surnoms aimables à son égard, « La fraise des bois », « Le culbuto », « Monsieur petites blagues », il ne serait venu à personne l’idée de contester au Premier secrétaire du parti socialiste un réel talent dans ses relations avec les journalistes, et pas uniquement avec Valérie Trierweiler. Il faut croire que l’atmosphère de L’Élysée...  LIRE LA SUITE

Primaire de droite : le bal des ringards (1/3)

primaire-de-droiteOn ne remerciera jamais assez les sept candidats à la primaire pour le bonheur qu’ils ont apporté à tous les gauchers contrariés qui souffrent depuis 2012 d’avoir mis un bulletin en faveur du François-le-benêt qui nous dirige. « Je m’estime peu quand je m’examine, beaucoup quand je me compare » affirmait Auguste de Villiers de l’Isle-Adam, dans ses bien nommés Contes cruels...  LIRE LA SUITE

Moncla, le preux chevalier de notre enfance

Lorsque il chargeait ballon sous le bras et tête haute, le plus souvent flanqué de son fidèle commensal Michel Crauste, le modeste téléviseur familial nous semblait soudain prendre des couleurs et nos héros habituels, Zorro ou Thierry la fronde, faisaient alors bien pâle figure à côté de cet aristocrate du ballon ovale. C’était l’époque où les joueurs internationaux en tournée obtenaient comme pécule de quoi envoyer une carte postale avec son timbre à leur famille, mais « ce que l’on reçoit à l’âge de vingt ans en termes de rencontres humaines, d’expériences sociales nouvelles, est bien plus précieux que toutes les enveloppes. Partout, aujourd’hui …  LIRE LA SUITE

Grand flou sur l’Hôtel du Palais

hotel-du-palais-04Jean-Benoît Saint-Cricq tient à alerter les Biarrots sur l’inconscience et la légèreté dont fait preuve l’équipe dirigeante à propos de l’Hôtel du Palais : en signant un bail emphytéotique avec la Socomix, la Ville se dépossède de fait de la propriété des murs et du fonds pour une durée qui peut aller jusqu’à 99 ans. Voici le texte complet de son intervention, mardi soir, au conseil municipal LIRE LA SUITE

Une nouvelle soirée tragico-comique

hotel-du-palais-003Un lecteur, sous le pseudo de « Biarritz Observateur » nous a envoyé un commentaire particulièrement intéressant en complément de notre article « Cancres un jour, cancres toujours ». Nous ne résistons pas au plaisir de publier son texte LIRE LA SUITE

Cancres un jour, cancres toujours !

cancres-06Les profs appellent cela le « syndrôme de septembre ». Même les derniers de la classe, au moment de reprendre le chemin de l’école après les vacances d’été, se veulent plein de bonnes résolutions. Malheureusement, l’illusion se dissipe très vite.  Lors du conseil municipal du 28 septembre, l’espoir a duré LIRE LA SUITE

Fâcheuses fatalités familiales

la-succession-par-jean-paul-dubois« Nous étions les petites mains, les petits gants de l’entreprise, la classe ouvrière d’un drôle de monde, qui partait chaque jour au labeur avec son casque de mineur coloré et son étrange outil de travail dont l’âme était gainée de châtaigner coupé à la lune descendante et le corps, d’une armure blonde tressée d’osier ». Diplômé de médecine comme son père, Paul s’offre un supplément d’adolescence en acceptant un poste de pelotari professionnel à Miami, cette ville où il peut « pleuvoir à boire debout »…  LIRE LA SUITE

Une réflexion sur “Les derniers articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s