30 000 façons d’être journaliste…

LA ROMANCE

En France, nous sommes trente mille titulaires de la carte de presse, mais bien évidemment entre un correspondant de guerre, un présentateur de journal télévisé, un reporter ou un correcteur, il n’y a guère de similitudes. Seul trait commun du métier, une passion féroce, sauvage, irrationnelle pour le titre qui nous emploie, très comparable à la passion amoureuse. C’est pour cette raison que le roman « Un délicieux canard laquais » qui sera en vente dans toutes les mauvaises librairies à partir du 16 octobre, est scindé en trois parties,  » La romance « ,  » Les doutes « ,  » La rupture « .

LES DOUTES

La Rupture

LA RUPTURE

Le journalisme est un métier passionnant mais difficile, que j’ai sérieusement envisagé de quitter à certains moments. Mais, s’il est une corporation, fréquentée quarante ans, que j’ai toujours révérée, c’est bien celle des dessinateurs de presse, avec cette capacité extraordinaire qu’ont les artistes du crayon de susciter le rire en une seconde. C’est pour cette raison que j’ai voulu à tout prix dans ce livre des dessins qui résument ma traversée de la presse, avec ses moments merveilleux… et d’autres, beaucoup moins merveilleux. Et quand en plus, la dessinatrice signe Aïtana Design, en référence à sa famille argentine, mais s’appelle en réalité Caroline Viollier – vous avez compris qu’il s’agit de ma fille ! -, ce livre à paraître devient une délicieuse affaire de famille. Pourvu que le père soit à la hauteur de la dessinatrice !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s