Ces aveugles qui veulent nous gouverner

Les 4 adjoints_page_001

Brisson, Veunac, Lafite, Poueyts : tous autant qu’ils sont, ont à un moment ou à un autre râlé, bougonné, maugréé, fulminé, grommelé, pesté, ronchonné contre les décisions du « Vieux », avant de voter comme un seul homme, en bons petits toutous obéissants, ce que le maire a décidé.

Tous, quand vous les rencontrez, prennent l’air grave pour vous affirmer que la politique est un métier de chien, pas de week-end, pas de vie de famille, des sollicitations incessantes. Un bobard qui fait plutôt marrer les Biarrots. Quand le premier adjoint, le deuxième, le troisième et le quatrième frétillent tous d’impatience à l’idée de se lancer  dans la bataille des municipales, c’est que la soupe ne doit pas être si mauvaise que cela.  Soyons sérieux, ce n’est pas la seule passion de la ville qui agite tout ce beau monde. Alors que chaque candidat y va de son café-débat, de son communiqué de presse ou de sa rencontre avec les habitants, difficile pour le moment de s’y retrouver entre la liste d’ouverture façon UMP, celle si Biarrote et  propre sur elle du Modem, celle de la gauche cachemire et celle qui nous la joue « Embrassons-nous Folleville!« , les deux abertzale Michel Poueyrts et Peio Claverie manifestant une volonté commune de s’emparer du manche après s’être cordialement détestés.

Seule constante entre ces quatre listes, où deux larrons en chef, voire trois, ont encore le temps d’unir leurs forces pour en croquer un autre :  » On va rendre la ville aux Biarrots « . C’est donc bien qu’on nous l’avait volée ? C’est donc bien que le maire n’en faisait qu’à sa tête sans se soucier de l’opinion publique? C’est donc bien que tout a été sacrifié au tourisme et au bling-bling au détriment du logement social et de la vie quotidienne des plus défavorisés? Et que faisaient pendant ce temps tous ces adjoints qui ont, pour la plupart, exercé pendant plusieurs mandats et qui se demandent maintenant comment ils vont pouvoir rester crédibles sans rendre de comptes à la population? Ils avaient enfilé leurs lunettes noires pour ne surtout pas voir ce qui se passait. « Tais-toi et profite! » comme on dit au Pays basque.

Biarritz est une toute petite ville où l’on sait toujours tout. Nous avons vu la grande majorité des adjoints traîner des pieds au moment du vote de La Cité de l’Océan et confier à l’opposition en aparté « Le vieux est devenu mégalo ». Nous en avons vu d’autres envisager de faire sécession en 2009 en refusant de voter le budget. A propos du parking de la Côte des Basques, un adjoint a même, il y a peu, exhibé ses petits muscles de surfeur maigrelet en disant que « Cette fois, c’en est trop! »  avant de se faire admonester par Didier et de rentrer dans le rang. Car tous autant qu’ils sont, après avoir râlé, bougonné, maugréé, fulminé, grommelé, pesté, ronchonné, pleurniché, ont voté comme un seul homme, en bons petits toutous obéissants, toutes les décisions du maire pendant la mandature.

Alors, messieurs les futurs candidats, lundi 30 septembre, lors du prochain conseil municipal, vous avez enfin une occasion unique – pardonnez-moi la trivialité!- de montrer que vous avez quelque chose dans le pantalon. Refusez de voter ce projet qui endette la Ville pour 11 ans, qui doit être piloté par celui d’entre vous qui sera amené à diriger Biarritz en 2014 et montrez que vous êtes capable, au moins symboliquement, de tuer le père quand ses décisions deviennent erratiques.

Les Biarrots discutent beaucoup à votre sujet tous les matins aux Halles. Ils s’étonnent de voir que c’est toujours la même entreprise qui remporte tous les marchés. et se posent de légitimes questions. Avant de voter, lors des prochaines municipales, ils sauront se souvenir de ceux qui ont été lâches et de ceux qui, une fois au moins, auront osé manifester un peu de courage politique…

… Cette denrée si rare qui fait la différence entre les leaders et les suiveurs !

Une réflexion sur “Ces aveugles qui veulent nous gouverner

  1. Bien vu, les Aveugles ! Pas un n’osera renverser la table ? Pas un ne suivra l’exemple de Borotra qui. il y a 23 ans, avait osé trahir le maire Bernard Marie, dont il était le premier adjoint, en rejoignant l’opposition au projet de construction d’un palace adossé à la falaise Bellevue .
    Tiens ! C’était déjà une histoire de falaise…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s