Les nouveaux Borotracas de Biarritz

Chantier interdit_page_001

Undernier petit appel d’offres pour la route…
Et, au hasard, c’est Vinci qui remporte ce chantier !

Si les pères de famille géraient leur patrimoine comme les maires de certaines communes leur budget, nul doute que les banquiers figureraient au hit-parade des crises cardiaques. Imaginez la scène :

Monsieur le banquier, je viens de trouver la maison de mes rêves, une petite broutille à plusieurs millions d’euros!

– J’en suis heureux pour vous. Vous avez un apport personnel?

– Pas le moindre, mais vous allez me prêter l’intégralité de la somme et c’est mes enfants qui vous rembourseront pendant trente ans.

Très mal élu pour la première fois de sa carrière en 2008, Didier Borotra, malgré l’hostilité de la population, a imposé en pleine crise économique une Cité de l’Océan dont personne ne voulait. Et pour ne pas avoir à dépenser l’argent qu’il n’avait pas, il a signé avec la très présente société Vinci un PPP (Partenariat Public Privé), la ville se trouvant amenée à payer pendant des décennies un loyer au bétonneur… que la Cité de l’Océan marche ou ne marche pas.

Et la catastrophe annoncée fut! Des attractions « ludo-scientifiques », niveau game boy première année, des documentaires comme ceux que l’on utilise dans les maisons de retraite pour faire dormir les pensionnaires et une fréquentation totalement désastreuse que le maire reconnait du bout du dentier.

Après un tel coup de maître, qui va obérer les finances de la Ville pendant des années et laisser fort peu de marges de manœuvre à ceux qui vont lui succéder, on pouvait penser que l’élu en chef allait raser les murs et chercher à se faire oublier jusqu’à la fin de son dernier mandat (Les mauvaises langues disent même qu’il a repeint les murs de sa mairie en gris pour être moins visible quand il doit s’y rendre!), mais c’est mal connaître cet insatiable passionné de béton… tant qu’il ne s’agit pas de logement social.

Comme les joueurs de poker invétérés qui sortent en slip du casino en brandissant leur carte de crédit et en prétendant qu’ils vont se refaire, le maire annonce qu’un double parking va voir le jour près des Halles et Côte des Basques. Et un dernier petit appel d’offres pour la route, qui -vous l’aviez deviné!- va échoir encore et toujours au mieux-disant Vinci.

Borotra et V1nci

Sur facebook, les opposants au parking s’en donnent à cœur joie avec Borotra imperator.

Admirable manœuvre en deux temps d’un homme politique dont on ne peut contester l’habileté. Au printemps, on annonce aux riverains du quartier d’Espagne, inquiets, que le stationnement de surface restera gratuit. Et puis, à six jours du prochain conseil municipal où doit être avalisée cette décision, les Biarrots découvrent que le bétonneur impécunieux Vinci, qui va sûrement élever une statue de Didier Borotra dorée à l’or fin dans la cour de son siège social, va bénéficier d’une subvention de 850 000 euros pendant 11 ans, soit un petit coup de pouce de 9 millions 350 000 euros et une dette de plus, encore une, pour la Ville.

Franck Borotra, l’ancien ministre de l’Industrie, et frère jumeau du maire, avait stupéfié Chirac, en lui annonçant en 2002 qu’il renonçait de son plein gré à tous ses mandats politiques. Didier Borotra, maire de Biarritz depuis 1991, après d’incontestables réussites comme la médiathèque de la ville, aurait été bien inspiré de prendre la même décision que son jumeau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s