Le bon temps de Neuilly-sur-fric

french-corruption_4109032C’est une dupe qui parle, un obscur porteur de valises et d’enveloppes bourrées d’argent liquide, un inconnu qui a vu toutes les magouilles, les corruptions à son poste de directeur de l’office des HLM des Hauts-de-Seine, mais qui a mis près de vingt ans à comprendre, à quel point il avait été le jouet de ses anciens amis. Par chance Didier Schuller est vaniteux, intelligent et revanchard et les talent des deux grands reporters du Monde, auteurs de ce décoiffant « French corruption » est d’avoir senti qu’un peu de prison avait attendri la bête et délié la langue de celui qui est resté muet devant les juges.

On commence très fort. C’est l’histoire d’un bon petit soldat du RPR, qui va très vite devenir ami avec tout ce qui compte dans les Hauts-de-Seine, le parrain Pasqua, l’ambitieux Sarkozy, les mégalomanes époux Balkany. Pas question, en 1981, de voter Giscard. Pasqua a fait la leçon à ses troupes :  » Notre seule chance, c’est de voter Mitterrand. Si le candidat socialiste gagne, on peut survivre ; si l’autre est réélu, c’est foutu « . Ensuite le gamin Schuller apprend la vie, hume les gâteaux qu’il voit passer sous son nez, avant d’en croquer gaillardement :  » Quand j’étais candidat à Clichy, pourquoi Bouygues ou la SAE m’ont donné de la thune? Parce qu’ils espéraient, si j’étais maire, qu’il y aurait un retour sur investissement, c’est évident « .

 Rencontre avec les Balkany puis, en 1986, avec Nicolas Sarkozy, qui lui annonce tout de go qu’il veut être Président de la République. Schuller fait allégeance et s’en portera bien pendant des années.

Et puis c’est la tuile quand éclate en 1994, l’affaire Schuller-Maréchal où le beau-père du juge Halphen se fait coincer avec une valise de billets donné par le directeur des HLM. Croyant qu’il a des amis au sein du RPR, Schuller fuit aux Bahamas puis à Saint-Domingue. On lui remet un faux passeport et de l’argent, mais il ne réalise pas que tous les barons du RPR veulent surtout le tenir éloigné de la France, car il est un danger pour tous. « Aux Bahamas, puis à Saint-Domingue, j’avais des nouvelles de Sarko par l’intermédiaire de certains de nos amis communs. Par affection? Moi, l’affection, chez tous ces braves gens, je n’y crois pas beaucoup! Particulièrement avec Sarko. J’étais surtout une bombe volante. « 

Car c’est Sarko qui a présenté à Schuller un certain Jacques Heyer, un banquier suisse qui s’est occupé de planquer l’argent du fuyard et qui s’est toujours vanté d’avoir Sarko comme client.

Schuller, malgré la prison à son retour en France, malgré tous ce qu’il a vécu en politique, a décidé de se représenter aux municipales à Clichy, en 2014, mais cette-fois, jure-t-il, sans argent occulte.

En attendant, à la fin de ce livre que tout citoyen républicain devrait lire, il tire un bilan sans concession de sa singulière aventure :  » Comme la Justice n’a rien trouvé, elle n’a pas condamné les principaux organisateurs, ni les vrais bénéficiaires. elle a condamné le connard qui s’est barré! Comment j’ai pu être aussi con? « 

On ne lui fait pas dire.

◊ « French corruption », Gérard Davet et Fabrice Lhomme, éditions Stock, – 310 pages, 19 euros.

2 réflexions sur “Le bon temps de Neuilly-sur-fric

  1. Mais j’ai cru entendre, qu il se présentait à Clichy la Garenne étiquette UMP ? Bonne journée et merci pour cet article si animé –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s