Clic-clac, c’est pour les Blacks !

Kayser charge

L’équipe de France occupe le terrain, monopolise le ballon, mais subit deux contres fulgurants. Les Blacks, même vêtus de blanc, restent toujours les Blacks…(Photo sud ouest.fr)

Pêché de suffisance ? Décalage horaire mal digéré ? De mémoire de néo-zélandais, rarement on n’avait assisté à un haka aussi mollasson, assez proche par son rythme endiablé d’un thé dansant du dimanche après-midi chez les pensionnaires de la maison de retraite de Saint-Pée-sur-Nivelle.

Point de kamate, où l’on mime l’égorgement symbolique de l’adversaire, mais un kapa o pango languissant, pour des Blacks inhabituellement vêtus de blanc et visiblement décidés à cuisiner les Bleus à l’étouffé. Et comme le coq n’a pas l’intention de se laisser accommoder à la sauce maorie sans lutter, entourant sa basse-cour de barbelés et laissant les chiens de garde Fritz et Fofana plaquer férocement tout ce qui passe à portée, le cochon de payant du Stade de France doit se contenter d’un concours de tirs au but où Carter se montre légèrement supérieur à Morgan Parra, qui rate deux pénalités dans ses cordes.

9-9 à la mi-temps,  avec presque 4 minutes passées pour les Tricolores dans les 22 mètres adverses, puis 12-12 à la 45e et le public qui commence à se féliciter dans les travées, en espérant le miracle possible. Car la dernière victoire des Français à Paris face aux Blacks, remonte à 1973 avec une équipe emmenée par Walter Spanghero et Max Barrau.

La France, comme d’habitude sous l’ère Saint-André, se montre incapable de concrétiser, mais ne semble pas dans le rouge physiquement et affiche une solidarité des grands jours. Le remarquable arbitre sud-africain Jaco Peyper contribue aussi à la clarté du débat, avec une conduite du jeu  à montrer dans toutes les écoles d’arbitrage, ne se laissant nullement abuser par les défis permanents aux lois de la gravité de Richie Mc Caw, spécialiste es-plongeons dans le camp adverse sur les plaquages.

Le match commence à 22 heures

Et puis survient l’explication à l’étrange apathie néo-zélandaise. Les visiteurs de l’hémisphère sud n’avaient pas intégré le passage à l’heure d’hiver et croyaient que le match commençait à 22 heures. Deux fulgurances de l’ailier Piutau, qui passe en revue Huget puis de Read, d’une aisance gestuelle sidérante pour un troisième ligne centre, rappellent à la planète ovale que cette équipe, toujours invaincue cette année, est de très loin la plus rapide et la plus adroite du monde.

Le mérite des Bleus est d’autant plus grand de ne pas s’écrouler mentalement, alors que la marque est de 12 à 26. Dulin, quatre minutes plus tard, réplique magnifiquement.

Alors que le match nul devient possible, alors que la mêlée française bénéficie des rentrées de Debaty et de Slimani -un futur client celui-là !- et fait couiner son adversaire, les Blacks, inhabituellement nerveux provoquent plusieurs échauffourées, signe d’une étonnante fébrilité. Mais un talonnage à la main de Chouly et le coup de sifflet de l’arbitre mettent fin aux espoirs tricolores.

Comme le résumait, vendredi soir sur RMC, avec son délicieux accent franco-anglais mâtiné d’expressions toulousaines, l’inoubliable Byron Kelleher, « les matches entre la France et la Nouvelle-Zélande sont toujours un peu essespécial, car les deux nations aiment faire chanter le cuir »…

… Sauf qu’à la fin, c’est toujours la France qui déchante et qui se fait tanner le cuir!

Une réflexion sur “Clic-clac, c’est pour les Blacks !

  1. Même observation sur cette version light du haka. Je n’ai retrouvé les Blacks habituels…peut être parce qu’ils jouaient en blanc ? J’attends avec impatience leur choc contre les anglais qui jouent habituellement en blanc…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s