Fabrice Arfi : « Le scoop, je m’en fous totalement ! « 

???????????????????????????????

Fabrice Arfi, à propos du journalisme d’investigation :  » Ce sont les faits qui font les opinions. Ce que pense un journaliste n’a pas plus de valeur que ce pense n’importe qui. « 

Solide Lyonnais, Fabrice Arfi a des épaules de déménageur et, en le voyant, on comprend comment ce journaliste de 32 ans a su résister pendant des mois aux quolibets de ses confrères qui se gaussaient de lui, quand il s’efforçait de prouver que le ministre délégué au Budget Jérôme Cahuzac était un fraudeur fiscal de grande envergure.

En ce jeudi 14 novembre, l’observatoire des Médias, Acrimed (Action-critique-Médias) frappe un grand coup, pour sa nouvelle saison de conférences animées par Henri Maler, avec ce débat sur le journalisme d’investigation.

Conforme à son personnage, Fabrice Arfi ne manie pas la langue de bois.  «  Pour moi, le journalisme d’investigation ça n’existe pas. À partir du moment où vous allez chercher une information, où vous respectez le contradictoire, ou vous assumez votre information y compris devant le tribunal, vous faites du journalisme d’investigation « .

L’enquêteur de Médiapart déplore tout de même «  ce milieu très masculin où l’on passe son temps à se comparer les biceps! »

Fabrice Arfi est persuadé que sa force vient de son parcours très atypique : « J’ai eu la chance de ne pas avoir fait d’études après le baccalauréat et je ne suis donc pas menacé par l’académisme. »

Fils d’un policier ayant travaillé à la brigade financière, le tombeur de Cahuzac a débuté à l’Agence France-Presse puis au Figaro-Lyon avant d’être recruté par Mediapart. Il se fait remarquer sur l’affaire Karachi ainsi que sur l’affaire Liliane Bettencourt. « Je suis passé de la Justice, au travail de la police, puis aux enquêtes financières, mais j’aime l’idée que le journaliste soit autonome intellectuellement. Je n’ai pas de problème avec le journalisme de commentaire, mais ce sont les faits qui font les opinions. Ce que pense un journaliste n’a pas plus de valeur que ce pense n’importe qui. Le journaliste est juste un artisan habitué à aller chercher des informations souvent cachées. Ensuite, on publie des informations et si elles ont des conséquences judiciaires ou politiques, ce n’est pas mon problème.« 

Quand la gauche protège la gauche

L’artisan consciencieux, l’homme qui a été capable de démêler des circuits financiers particulièrement complexes, se fait pédagogue quand la salle le relance sur Jérôme Cahuzac : « Ce n’est ni l’histoire d’un homme, ni l’histoire d’un mensonge. C’est l’histoire de l’argent. Il faut bien comprendre que l’enrichissement de quelques-uns provoque l’appauvrissement de tous ».

Grand dénonciateur de l’évasion fiscale, Fabrice Arfi n’entretient guère d’illusions sur la volonté des politiques de s’attaquer réellement au problème : « Avant, on essayait de fracturer un coffre-fort avec un plumeau ; disons que maintenant on a pris un tournevis… » Il déplore le travail de la commission d’enquête,  » un spectacle déprimant où la gauche protège la gauche… « 

Interrogé sur sa facilité à publier des scoops, il interrompt son interlocuteur : « le scoop, je m’en fous complètement! Je fais une différence totale entre le scoop et la révélation« . Et en profite pour dénoncer « les journalistes marchands de certitudes » qui se nourrissent du travail des enquêteurs et passent leur temps à aboyer en meute. « On a un devoir de faire. Il faut une révolution culturelle par rapport à cela« .

Bien conscient de l’évolution d’une profession qui semble avoir parfois appris le métier dans une école hôtelière, il conclut fort judicieusement : « On n’est pas là pour être les passe-plats, même talentueux, de tel ou tel ». Les détenteurs de cartes de presse, qui enfilent un costume de maître d’hôtel pour aller travailler, apprécieront.

 

Sur le site gratuit  http://www.acrimed.org/, vous retrouverez nombre d’articles très bien informés sur les médias et parfois leurs dérives.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s