Les charmes de Paris

???????????????????????????????

Décor et ambiance d’un autre temps pour cette conférence du cercle Léon Trostsky sur le printemps arabe. C’est à Paris et nulle part ailleurs, et c’est bien vivifiant pour les neurones…

Bien sûr, il est assez difficile d’aller contempler l’océan au pied de son immeuble, quand on séjourne à Paris, même si, en 1946, un candidat un peu excentrique, Ferdinand Lop, avait inscrit dans son programme la prolongation du Boulevard Saint-Michel jusqu’à la mer. Et l’on regrettera qu’un maire aussi visionnaire et précurseur que Bertrand Delanoë n’ait pas repris à son compte cette idée qui aurait si bien complétée sa trouvaille de  » Paris-plage  » sur les quais de la Seine.

L’odeur du gas-oil est plus présente que celle des embruns dans la capitale, mais, en ce mois de novembre, où il fait gris et triste, la ville lumière recèle dans ses petits coins sombres des superbes pépites, qui nous rendraient presque heureux d’être si loin de Biarritz.

Le semaine dernière, c’était la possibilité d’écouter Fabrice Arfi et l’équipe d’Acrimed évoquer le journalisme d’investigation à la Bourse du travail.

Ensuite, le 20 novembre et les jours suivants, le festival d’Attac  » Pouvoir ô (dés)espoir! « , au cinéma La Clef, passait au lance-flammes aussi bien le capitalisme que le machisme ou les rapports du pouvoir avec les médias.

Et hier, dans cette salle superbe et riche de souvenirs de La Mutualité, une salle prévue pour 1789 personnes et ce n’est pas un hasard quand on rêve du grand soir, le cercle Léon Trotsky, proposait à tous ceux qui n’ont pas le sentiment de se nourrir suffisamment avec TF1  ou BFM-TV, une conférence fort documentée sur le printemps arabe, tel qu’il a été vécu en Égypte.

Messieurs des renseignements généraux, si prompts à mettre en fiches vos semblables, je suis désolé pour vous mais je ne suis pas trotskiste et je ne crois pas au grand soir. Comme l’annonce ce blog,  » dans mon parti, y’a qu’moi et c’est déjà l’ merdier « , expression piquée au chanteur Henri Tachan. Mais, alors que les socialistes, ne sont présents qu’au moment des réunions d’investiture ou pour voter aux primaires, je dois avouer une admiration sans bornes pour tous ces militants d’extrême-gauche, altruistes et généreux, qui, tout comme les militants communistes, sont présents sur le terrain, toujours prêts à  consacrer leur existence à la défense des plus démunis, et dévorés par une véritable envie de savoir et de comprendre.

Très belle ambiance donc, hier soir, pour écouter l’orateur expliquer comment l’armée égyptienne, consciente que Moubarak était devenue imprésentable, a fait semblant de se rapprocher du peuple, puis, une fois rassurée sur son avenir et son maintien au pouvoir, s’est momentanément acoquinée  avec les frères musulmans et la grande bourgeoisie pour que la classe ouvrière ferme sa gueule et continue d’être exploitée en silence.

L’histoire est décidément un perpétuel recommencement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s