Son Rachidada, c’est le toupet!

RachidadaC’est une amie parfaite, présente et attentionnée… du moins tant qu’elle a besoin de vous. Albin Chalandon, qui l’a aidée à faire ses premiers pas dans le grand monde, ou Simone Weil, qui lui a confiée sa robe d’avocate  le jour où elle a prêté serment, peuvent en témoigner. Si l’expression toupet d’airain ne vous est pas totalement familière, alors lisez Rachida ne meurt jamais d’Élisabeth Chavelet, rédactrice en chef de Paris Match et vous comprendrez.

Brice Hortefeux, qui ne l’aime guère et qui est un spécialiste des dérapages racistes, la résume ainsi : « Cette fille aurait dû voler des mobylettes dans la banlieue de Chalon. elle termine Garde des Sceaux de la cinquième puissance mondiale. Quand on voit le chemin qu’elle a fait, on est fasciné. Quand on voit comme elle l’a fait, on est atterré. » Il faut aussi préciser que l’ami Brice, dont le courage n’est pas la vertu première, s’est fait alpaguer à la sortie de l’Élysée par Rachida Dati qui lui a lancé, devant les photographes de presse médusés, « Tu veux que je te casse les tibias ? ».

Car cette crevette médiatique, qui pratique la boxe assidûment, n’a peur de rien, ce qui lui vaut autant d’inconditionnels que d’ennemis. Jean-Pierre Raffarin, Christian Jacob et Dominique Bussereau ne jurent que par elle, estimant que c’est la seule véritable star à l’UMP. François Fillon et une liste interminable d’UMP bon teint la détestent.

Fidèle à sa famille, sur laquelle elle veille farouchement pour qu’ils ne manquent de rien, Rachida sait jouer comme personne de ses origines populaires pour se gagner le cœur du petit personnel, indispensable à sa réussite. À partir de 2007, elle multiplie les petits cadeaux destinés à Nathalie, l’assistante dévouée de Claude Guéant et peut ainsi connaître tous les rendez-vous de … Nicolas Sarkozy. Quand le couple Cécilia-Nicolas tangue, elle comprend tout de suite qu’elle doit devenir l’alliée de Cécilia partie vivre ses amours à New-York, pour avoir un accès privilégié à Nicolas en devenant l’intermédiaire indispensable du couple en plein naufrage. Et quand Sarkozy tombe raide dingue de Carla, qui prend tout de suite la mesure de l’intrigante, elle joue les petits oiseaux apeurés en Conseil des ministres, tout en sortant l’artillerie lourde auprès de la presse, au moment où Pierre Charon l’accuse de colporter des rumeurs sur les infidélités réciproques du couple avec Benjamin Biolay et Chantal Jouanno.

Démonstration que l’artillerie lourde est efficace, c’est Carla qui devra s’y coller au micro d’Europe 1, en rappelant que la garde des Sceaux est une amie, avant que Rachida n’annule tous les rendez-vous prévus avec les journalistes.

Rachida est ainsi faite que tout ce qui brille l’attire : Jamel Debbouze, Patrick Bruel et Jean-Claude Darmon l’adorent. Dany Boon, Gad Elmaleh et Johnny Halliday sont ses potes… et même Alain Delon, au compliment rarissime : « C’est une femme extraordinaire, explosive. Elle a un tempérament de hyène. Elle se bat comme un fauve, toujours sur ses gardes. » Un compliment vraiment ?

Multipliant les aventures amoureuses avec le grand patronat (… l’argent, il n’y a que ça de vrai!), Rachida vit son élection européenne comme une punition absolue. jusqu’au jour où elle oublie de fermer son micro devant les caméras de M6 : « Je n’en peux plus! Je n’en peux plus! Je pense qu’il va y avoir un drame avant la fin de mon mandat! ». Classée pour la présence 73e sur les 74 députés français et  727 e sur 736 député européen, Dati n’apparait que lorsque les caméras sont présentes et fuit comme la peste tout travail de fond… Ce qui  ne l’empêche pas de gagner au Parlement européen 3209 euros par journée de travail, de cumuler son mandat avec une lucrative activité d’avocate d’affaires et de chercher à obtenir du père putatif de sa fille une plus que conséquente pension alimentaire.

Rachida sera toujours Rachida. Et si, par malheur, Nicolas Sarkozy devait revenir dans le jeu en 2017, la petite beurette revisitée par Dior sera sur le porte-bagages de la mobylette présidentielle. Car ces deux-là en savent visiblement beaucoup trop l’un sur l’autre pour pouvoir se lâcher.

 « Rachida ne meurt jamais », Élisabeth Chavelet, éditions du Moment, – 190 pages, 16,5 euros.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s