II.- VEUNAC :  » UN SOUVENIR FORMIDABLE ! « 

Permanences Brisson Veunac 003

Permanence politique ou future maison de retraite?

Surprise. Michel Veunac, qui m’a fixé rendez-vous à l’agglomération, arrive accompagné d’un inconnu. il s’agit de Pierre Coupiat, le patron de la Peris, ce qui est une excellente idée. L’heure est aux amabilités et au regret pour les excès verbaux. « Vous voulez un café? Il n’est pas empoisonné ».

Michel Veunac est visiblement touché que je mette en cause la qualité de son travail et veut me convaincre de la réalité de celui-ci. il va parler pendant quarante minutes d’affilée pour m’expliquer la difficulté du métier de sociologue, ce dont je ne doute nullement. « Les deux cabinets, Peris et Michel Veunac consultant, étaient en concurrence lors de l’appel d’offres et j’ai proposé que nous fassions équipe. Je fais des études depuis trente ans et c’est un des travails les plus intéressants que j’ai pu faire. Pierre Coupiat est l’un des hommes les plus qualifiés en France en ce qui concerne les rassemblement festifs »  Une vérification sommaire sur Internet le prouve effectivement.

Michel Veunac détaille ensuite sa méthode de travail : « Les quatre premières parties (page 1 à 28) représentent ce qu’on appelle dans notre jargon le cadrage documentaire. il faut lire tout ce qui concerne le sujet et bien choisir les citations ». L’élu perçoit mon léger sourire. «  C’est une affaire prenante… et passionnante évidemment »

Michel Veunac reconnait ensuite qu’il a abandonné le terrain au cabinet Peris, même s’il précise « j’ai un peu participé et fait trois ou quatre soirées, puisque je m’occupais surtout du comité de pilotage avec les élus ».  le candidat à la mairie de Biarritz revendique en revanche les entretiens non-directifs qui représentent « 70 heures d’entretiens analysés« .

Me voyant à nouveau sourire, lorsqu’il évoque les préconisations qui devraient constituer le morceau de bravoure de cette enquête sociologique, il devance par avance toute critique : « Parfois, elles peuvent paraître simplettes (on ne lui fait pas dire!), mais elles sont la substantifique moelle de notre travail. les pratiques festives, c’est quand même un sujet très sensible. Il y a tout un travail qui n’apparait pas. Les riverains ont, par exemple, très mal pris que les cafetiers se mettent en collectif. Nous avons discuté avec les parents, les grands absents, avec la police municipale qui nous a fait rire en disant « Faut mettre du bleu! », c’est à dire des uniformes. On a très bien partagé les rôles et, je pense, accompli un travail formidable ».

Arrive alors de la part de l’élu, au bout de presque une heure d’entretien, la question qui lui brûle les lèvres : « Êtes-vous, cette fois, convaincu ? «  Je lui livre mes réticences. Si le travail de terrain de Peris me semble incontestable, le travail « d’assemblage » du cabinet Michel Veunac consultant me semble léger… et fort bien payé.

Michel Veunac veut être transparent et ne refuse pas le débat.   » Peris a touché 41% du prix de l’étude, soit 12300€ hors taxes (15 000€ TTC)  et mon cabinet 17700€  pour 59% de l’étude (soit 21 000€ TTC) «  Reste le suivi de l’étude et la rédaction d’une charte pour la qualité de la vie nocturne, qui représente tout de même 20 000€. Michel Veunac concède à regret que c’est son cabinet qui a reçu cette somme. Le partage est donc très clair. Sur les 56 175 € versés par la ville de Bayonne pour ce dossier, 15 000 € reviennent à Peris et le reste, soit 41000€ au cabinet Veunac. « Le travail d’accompagnement de cette étude équivaut à trente-deux jours (sic!), soit 553€ par jour de travail. Une fois les frais retirés, il me reste 450€ par jour, ce qui est vraiment le bas du tarif pour un sociologue major comme moi »

Quand je lui raconte les réticences de Colette Capdevielle sur son travail, Michel Veunac bondit: « Comment peut-elle, en tant qu’avocate juger de la qualité de mon travail de sociologue? » Et quand je lui répète qu’à mes yeux un élu de Biarritz à l’agglomération ne doit pas accepter de travailler pour le patron de l’agglomération, Michel Veunac répète comme un mantra : «  Ce n’est pas illégal. Vous le dites vous-même » avant de rajouter : « Je ne vois pas où est le problème avec l’Agglomération. C’est la seule fois que j’ai travaillé sur le département ».

 Et souhaitons le, la dernière tellement ce mélange des genres est insupportable!

A suivre : Colette Capdevielle :  » Ce genre de travail n’est plus possible « 

https://jeanyvesviollier.com/2014/03/08/colette-capdevielle-ce-genre-de-travail-nest-plus-possible/

Une réflexion sur “II.- VEUNAC :  » UN SOUVENIR FORMIDABLE ! « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s