Le salaire de Veunac a-t-il un sale air ?

Tirelire21

Pour ses propres émoluments, Michel Veunac n’a pas hésité à malmener la tirelire municipale

Michel Veunac a incontestablement réussi ses débuts à la tête de la Biarritz, amenant un ton et un style nouveau, fort appréciables après les années de dictature Borotra. Le conseil municipal dialogue désormais au lieu de s’invectiver et surtout, le nouveau maire de la ville semble avoir réussi à canaliser ses troupes et à avoir imposé son autorité, ce qui était loin d’être évident, tant la liste qu’il a présentée au second tour des municipales paraissait hétéroclite. Impeccable sur la forme et respectueux de la démocratie, Michel Veunac ne peut encore être jugé sur le fond, puisqu’il présentera les grandes lignes de son projet municipal le 20 juin prochain, même s’il en a esquissé les contours, dès le 4 juin, en conférence de presse.

Mais ne nous illusionnons pas… Bien souvent le décalage entre les belles déclarations de principe et la pratique constitue le talon d’Achille des hommes politiques. Lors du conseil municipal du 17 avril, avec une belle franchise, l’équipe en place reconnait une situation financière difficile pour la Ville, ce que Didier Borotra avait toujours nié. Michel Veunac annonce aussi des économies sur le personnel municipal… mais n’a pas une seconde d’hésitation pour faire voter une délibération lui accordant une indemnité brute pour ses fonctions de 4499,80€ par mois, très proche du maximum autorisé par la loi. Faites ce que je dis, mais surtout pas ce que je fais!

Une réponse mûrement réfléchie

Dès le 24 avril, Bisque, bisque, basque ! intrigué par ce grand écart intellectuel, fait parvenir au service de presse de la maire une question à Michel Veunac : «   Biarritz, n’est pas actuellement une ville à la santé financière florissante. Quel était le montant de l’indemnité que se versait Didier Borotra en tant que maire de 2008 à 2014 ? Pourquoi le nouveau maire s’est-il accordé le maximum prévu par la loi dans une ville de cette taille et comment se justifie cette augmentation ? »

La réponse devait être difficile à rédiger, puisqu’il n’aura fallu que vingt-neuf jours au maire et trois ou quatre sollicitations au service de presse, pour nous retourner ces cinq lignes :

Réponse Veunac

 

On notera au passage que Michel Veunac ne répond pas sur l’indemnité touchée par Didier Borotra, qui, selon nos informations, s’élevait à 2600 € par mois. Qu’il laisse à la Ville un pourboire mensuel de 290 € par rapport au maximum prévu par la loi. Et que le grand communicant se montre plutôt elliptique sur les raisons de son augmentation.

Indemnité ou salaire, une confusion savamment entretenue

Bien peu d’électeurs le savent. Selon le Code général des collectivités territoriales (CGCT), les fonctions de maire, comme celles d’adjoint ou de conseiller municipal, sont  » gratuites « . Oui, vous avez bien lu! Le CGCT prévoit cependant le versement d’une indemnité de fonction. Selon les termes de la circulaire du 15 avril 1992, relative aux conditions d’exercice des mandats locaux, l’indemnité de fonction allouée aux élus locaux ne présente le caractère ni d’un salaire ni d’un traitement, ni d’une rémunération quelconque.

Et c’est là toute l’ambiguïté de la vie publique! Officiellement, nos élus ne touchent qu’un « défraiement  » pour les tracas qu’ils s’infligent. Ce qui justifie que l’impôt soit prélevé à la source sur ces indemnités et qu’un élu soit beaucoup moins lourdement imposé qu’un salarié ordinaire. Sauf qu’avec le temps, les sommes en jeu sont devenues telles qu’on atteint clairement des salaires de cadres supérieurs ! Pendant la campagne électorale des municipales, l’appétit financier animait tout autant les candidats que l’ambition politique. Devenir maire, désormais, devient un « plan de carrière  » comme un autre! Et quand on peut cumuler avec deux ou trois petites poires pour la soif, comme les conseils généraux ou les communautés d’agglomération, c’est encore mieux, puisque le « plafond » autorisé par la loi est de 8272 €… Pas mal pour un petit défraiement !

Le mythe du plein temps

« Biarritz est une grosse entreprise à diriger et il est normal que le maire soit bien payé «  . Opposant combatif au maire, Jean-Benoît Saint-Cricq, n’a absolument pas envietirelire-cochon-or de ferrailler sur le sujet et ne trouve rien à redire aux émoluments de Michel Veunac. L’argument est recevable, car le travail des maires s’est considérablement complexifié ces dernières années, demande beaucoup d’énergie et devient assez comparable au travail d’un directeur de PME. Il est aussi discutable, car le PDG d’une entreprise ne passe pas une partie de son temps… dans d’autres entreprises. Si l’on croit Sud Ouest, Michel Veunac est présent tous les jours à la mairie de 7 heures à 21 heures.  Quel homme ! Sachant qu’il est aussi conseiller régional d’Aquitaine, premier vice-président de l’agglomération, président de l’aéroport du BAB, de L’Hôtel du palais et de Biarritz Océan et que nous n’avions pas remarqué que les réunions se tenaient à deux heures du matin, la version du travail à temps plein annoncé commence à être sérieusement malmenée.

Les contre-exemples bayonnais et boucalais

Jean-René Etchegaray affirme qu’il n’avait pas prévu de devenir président de la communauté d’agglomération, un poste qui représente pour lui un appréciable supplément de revenus de 4500 € mensuel. Il peut donc se permettre d’être grand seigneur. En ce qui concerne la gestion de sa ville, il n’a pas hésité à tailler dans le gras (Sud Ouest, 12/5). La nouvelle équipe va faire économiser 53 000 € par an à la ville de Bayonne. Jean-René Etchegaray se contentera pour sa part d’un peu plus de 2 000 € brut par mois pour « permettre une forme de péréquation » et maintenir un niveau correct de rémunération pour ses adjoints. Francis Gonzalez, pour sa part, nouveau maire du Boucau et commissaire aux comptes, a décidé de renoncer à son métier et transmet ses dossiers en cours à d’autres professionnels (La Semaine du pays basque, 23/5). Pendant ce temps, à Biarritz, Michel Veunac diminue ses adjoints pour se réserver la part du lion… Garçon, un deuxième dessert !

On le voit, les élus ont trop de latitude pour fixer leur propre enveloppe budgétaire et le législateur devrait sérieusement se pencher sur le problème en fixant une somme unique pour tous les maires d’agglomérations de taille semblable, avec un supplément minime pour ceux qui ont la responsabilité d’une communauté d’agglomération.

Il n’est jamais trop tard pour être transparent

Le 1er juin 2014, Michel Veunac, comme tous les maires des communes de plus de 20 000 habitants, a remis une déclaration de patrimoine à la Haute Autorité de Transparence de la Vie Publique. Le nouveau maire de Biarritz, qui possède toujours une petite structure intitulée Michel Veunac consultant, pourrait s’inspirer de l’exemple de son confrère Francis Gonzalez et annoncer aux électeurs que le temps de son mandat, son activité de sociologue sera mise en sommeil. Il devrait aussi rendre public le chiffre mensuel représenté par l’ensemble de ses activités politiques, pour que les électeurs puissent juger s’ils en ont pour leur argent et, pourquoi pas, faire le point sur sa santé, puisque quelques rumeurs courent la ville.

Ainsi, débarrassés de toutes suspicions, nous pourrions écouter avec beaucoup d’intérêt, le 20 juin prochain, le destin que Michel Veunac imagine pour Biarritz. En espérant qu’il nous prouvera qu’il a du fond et que nous nous sommes totalement trompés sur son compte.

4 réflexions sur “Le salaire de Veunac a-t-il un sale air ?

  1. Finalement comme prévu rien ne change. Ah si: on se parle mieux, on se fait des tapes amicales. Encore 6 ans…

  2. Bonjour(?),

    Même si cela est excessif concernant le maire de Biarritz,il n’en reste pas moins vrai pour autant qu’il convient de relativiser les »défraiements » de JRE par exemple car du fait qu’avec les majorations diverses,comme les 20% pour ville touristique et autres 20% ville chef-lieu etc…le résultat est presque le même.

    Et si l’on tient compte que la masse globale indiciaire des élus est calculée sur le % maxi de l’indice,la répartition des « émoluments » permet quelques arrangements du fait des attributions de chacun et le défraiement de JRE plus de 4000€ par mois à l’ACBA,plus les quelques défraiements(inconnus ?) pour délégations dans divers organismes et autres satellites du mille-feuilles certains élus sont proches voire atteignent le maxi ou sont dans la bonne moyenne.

    Au fait les défraiements avec toutes les fonctions électives du maire d’Anglet sont pas mal non plus,ce qui d’ailleurs lui imposent sur le plan éthique à se mettre en disponibilité de son emploi de cadre territorial,si cela n’est déjà fait.

    Autre exemple,celle de l’ égérie écolo Basco-Bayonnaise surnommée par divers commentateurs le « Martinus Bisautus »qui avec ses fonctions électives à la mairie de Bayonne,à l’ACBA et quelques délégations vient d’être sacrée Reine du développement durable et de l’économie circulaire du Pays Basque et un tantinet du Béarn en devenant à la majorité absolue Présidente du syndicat BIL TA GARBI.Économiste de cœur la présidente mettra n’en doutons pas tout en œuvre pour réformer le mauvais et créer des activités annexes et connexes favorisant l’économie locale,les emplois pérennes et l’intérêt collectif.

    En matière d’emploi d’ailleurs la présidente a décidée d’en pourvoir deux supplémentaires comme ambassadeurs/trices (il y en a déjà 14 ?)avec un bémol tout de même concernant l’emploi sur la communauté de Soule puisque tous candidats(tes) certes parlant le Français mais pas le Basque doivent s’abstenir. C’est sans doute prévu dans la loi territoriale???

    En outre,il est vrai que sur le périmètre de BTG nous sommes des ignorants et des nuls en matière de tris à la source d’où la nécessité de créer des emplois de conseillers(res) en la matière,en plus de tous les documents, prospectus et infos diverses.
    Juste un mot concernant Didier Borotra,si son défraiement de maire était modeste,il ne faut pas oublier qu’il était aussi Sénateur!

  3. De toute façon quand on a été élu comme ils ont été élus, quand on connaît leurs parcours et leurs soumissions sous Borotra, leur maître, ces gens là n’ont aucun crédit ou exemplarité. Opposition pas mieux. Beurk !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s