La France d’en haut et la France d’en bas

France du haut 01

Pendant que les footballeurs tricolores enthousiasment tout le monde…

Pierre Camou est un malin. Il sait que la situation financière de la fédération qu’il dirige s’annonce difficile dans les années à venir avec le projet de grand stade de rugby. En maintenant à la tête de l’équipe de France le trio Saint-Andésastre, Brut de Brut et Lagisquellemisère, le madré président est parfaitement conscient que ce ne sont pas les primes de match, accordées aux joueurs en cas de victoire, qui vont grever le budget de la fédération. Et comme la devise de la maison semble être  » On ne change surtout pas une équipe qui perd avec une telle constance « , on peut d’ores et déjà prendre le pari que les amoureux de l’ovale tricolore n’ont pas fini d’être malheureux pendant la prochaine Coupe du monde.

France d'en bas 03

… Nos rugbymen désespèrent même les plus mordus.

Mais que pouvait-on attendre au juste d’un staff qui se rengorgeait, la semaine dernière, de n’avoir pris « que » six points face à l’Australie, tout en en marquant zéro? Le Coq se contente de peu désormais, et la nouvelle fessée subie samedi, 39 à 13 et cinq essais à un, nous ramène à notre vrai niveau, si proche du zéro.

Heureusement, et même si Hugo Bonneval, genou en vrac, va en prendre pour six mois de pénitence, cette tournée nous aura amené quelques fort belles révélations. Non, je ne parle pas des joueurs, humiliés à trois reprises et visiblement perdus comme jamais sur le terrain, mais du bateleur en chef Éric Bayle, et de son incroyable capacité à nous faire prendre des ballons crevés pour des lanternes..

Coup d’envoi :  » Et c’est parti pour le match de la rébellion ! « 

Mi-temps (20-6 pour l’Australie) :  » Donnez-nous quelques signes d’espérance ! « 

66e minute (34-13 pour l’Australie) :  » Il faudrait bloquer le compteur à ce score ! « 

Mais quelle ambition, et quelle capacité à réduire la voilure en cas de gros temps! Voilà qui devrait lui permettre, au vu de sa verve, de succéder sous peu à Pierre Bellemare dans les émissions de télé-achat…

 Plus sérieusement, depuis 2011 Philippe Saint-André n’a rien montré, hésite, tâtonne tout en pleurnichant sur son infortune. Il n’a toujours pas trouvé son axe 2-8-9-10, à un an de la Coupe du monde. Guirado, Kaiser ou Swarzewski? Chouly ou Picamoles? Parra Doussain ou Machenaud? Et pour le poste de meneur de jeu Talès, Michalak, ou Trinh-Duc? Quelques chiffres donnent l’ampleur du désastre : au bout de trente minutes de jeu, les Wallabies avaient réalisé 39 courses balle en main et les Français deux ! Ces mêmes Bleus qui  » réussiront  » sur ce match 35 plaquages manqués, un chiffre qui vous condamne à la deuxième division internationale. Mais c’est un tel bonheur que de regarder cette équipe, joueuse, imprévisible  et déclinant son rugby à merveille, que ce serait vraiment dommage de ne pas garder Saint-André jusqu’au bout de son contrat!

Je ne suis vraiment pas un inconditionnel du foot et, en gros, je ne m’y intéresse que tous les quatre ans. Mais quel contraste entre l’inventivité et la joie de vivre des Tricolores en villégiature au Brésil, qui ont fait sauter la banque contre la Suisse (5-2) et le triste brouet offert par le XV bleu en Australie. Oui, l’équipe entraînée par Didier Deschamps va sans doute tôt ou tard payer son manque de métier, mais on vibre en les regardant s’amuser sur le terrain! Et l’on salive d’avance de plaisir, en se disant que cette très jeune équipe actuelle va s’aguerrir en Coupe du monde dans la perspective du championnat d’Europe 2016, qui se jouera… en France. Le Bayonnais Didier Deschamps, qui en connait aussi un rayon en matière de rugby, s’est sans doute souvenu, en laissant Nasri à la maison et en n’insistant pas pour que Ribery soit de l’aventure, des propos de Lucien Mias à Amédée Domenech :  » Tu es le meilleur de nous tous. Mais sans toi, nous sommes tous meilleurs. Aussi, tu ne joueras pas. « 

Quel contraste entre ce onze frais, sympathique et joyeux et ce quinze aux semelles de plomb qui vient de nous faire maugréer pendant trois semaines en Australie! Honoré de Balzac – un visionnaire qui avait compris ce qui attendait le XV de France en intitulant son roman  » Les illusions perdues « – avait opposé « la France d’en bas et la France d’en haut. » Rien n’est pire pour un amoureux du rugby, qui a emmagasiné des rêves de gloire pendant des décennies avec une équipe de France redoutée sur tous les terrains, que de découvrir qu’il fait désormais partie, contrairement aux fanatiques de football, de la France d’en bas, … celle qui n’y croit plus et désespère de tout !

Une réflexion sur “La France d’en haut et la France d’en bas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s