Un retour qui fait führer

Le fuhrerUn homme se réveille dans un terrain vague, en se demandant ce qu’il fait là. Il époussette machinalement son uniforme, cherche Martin Bormann, avant de s’aventurer dans Berlin. Il est étonné de ne plus voir de ruines, s’agace du nombre de Turcs qu’il croise dans la capitale allemande, et tombe deux fois à la renverse : la première fois, quand un affable kiosquier lui apprend qu’on est en 2011 et la seconde quand il découvre, à la lecture de ses premiers journaux depuis longtemps, que le pays est désormais dirigé par… une chancelière «  qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Göring   » !

Ne comptez pas sur l’auteur, Timur Wermes, pour vous expliquer la résurrection d’Hitler. Ce qui l’amuse et ce qui justifie le colossal succès de ce roman en Allemagne (1,5 millions d’exemplaires vendus en quelques mois), c’est la juxtaposition entre la vision du monde d’un Hitler, plus que jamais décidé à reprendre le pouvoir, et celle des générations d’après guerre.

Car il apprend vite le bougre ! Un nez dans les livres d’histoire, où il s’agace de ce qu’il lit sur « sa » défaite, une initiation rapide à Internet quand il découvre que les machines à écrire n’existent plus, et le voilà paré. Certes, il ressent encore des agacements et a le sentiment d’une dégénérescence de la race aryenne, quand il voit dans Berlin des femmes, avec à la main une étrange poche en matière translucide, en train de ramasser les crottes de chien, ou quand il apprend que l’objet sur lequel ses contemporains ont les yeux rivés s’appelle… un téléphone portable. «  C’est une dangereuse ineptie et, résultat, notre jeunesse a les yeux constamment fixés sur son téléphone et elle se fait écraser comme des mouches. Ce sera l’une de mes premières mesures : interdire ce genre de téléphone ou du moins ne l’autoriser que pour les éléments de race inférieure qui subsistent encore et peut-être même leur faire obligation d’en avoir un« .

Mais, au-delà de la farce grinçante à souhait, c’est avant tout de politique que Timur Wermes nous entretient. Car un homme qui ressemble autant à Hitler et qui affirme, contre toute évidence, être le chancelier Hitler, est une aubaine pour les médias, et en particulier pour la télévision. Dès sa première apparition devant les caméras, l’ancien chancelier comprend qu’il tient là un formidable outil d’endoctrinement des foules.  »  C’est comme si, après des années de disette passées à l’étranger, je revenais chez moi, dans le Palais des Sports. La lumière des projecteurs me brûlait le visage, je distinguais le public, en majorité des jeunes. Ils étaient plusieurs centaines et ils représentaient des dizaines et des centaines de milliers d’autres assis derrière leurs postes de télévision. C’était là l’avenir du pays, ces gens avec qui j’avais l’intention de mener mon œuvre de reconstruction. « 

Et comme, à chaque passage, les Allemands sont là toujours plus nombreux à vouloir lui serrer la main, en masquant mal leur émotion, comment douter d’un avenir radieux ? Malgré une traduction de Pierre Deshousses, qui aurait mérité quelques appels de note pour les produits ou les situations typiquement allemandes, ce roman est à l’image de sa couverture : d’une sobriété et d’une force incroyables. Avec  » Il est de retour « , vous allez désormais regarder l’extrême-droite d’un autre œil.

« IL EST DE RETOUR », Timur Wermes, éditions Belfond, – 412 pages, 19,33 €.

2 réflexions sur “Un retour qui fait führer

  1. Imaginons un livre fait sur un personnage français qui se serait « endormi » lors du règne de Louis XVI, et qui se réveillerait actuellement. (peut-être est-ce déjà fait)
    Que de déconvenue il aurait ! Des tartes à cinq doigts seraient distribuées avec du rab !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s