Un guide qui lâche la bride

Pays basque, le guide idéalMon foie, momentanément condamné à l’eau plate pour cause de convivialité basque excessive, s’est tenu les côtes de rire entre lisant la description faite par Christophe Berliocchi dans « Pays basque, le guide idéal » d’un apéritif entre voisins. « Vous êtes arrivés dans votre nouvelle maison. Pour les présentations de rigueur, il va falloir passer par la case apéro. Pour ne pas froisser votre voisin, surtout s’il s’appelle Eneko et pèse 100 kilos, acceptez un pastis. Basque, c’est-à-dire servi avec une triple dose d’anisette maison et quelques gouttes d’eau pour accompagner. Demandez des glaçons et surtout buvez-le lentement. Car, dès que le verre sera sec, votre nouvel ami vous servira un nouveau jaune jusqu’à épuisement des stocks. Inutile de refuser, car Eneko le prendrait mal. En général, trois pastis « basques » suffisent pour vous mettre en jambes ».  

Vous l’avez compris, avec ce livre rédigé par un amoureux du Pays basque qui connait comme sa poche la région, on est loin du prévisible guide-carte postale, bâclé par un stagiaire venu enquêter trois jours. L’auteur vous entraîne dans une promenade insolite avec des tests pour mesurer votre niveau d’intégration, des tableaux comparatifs entre Anglet, Bayonne, Biarritz et même des  » éléments de langage  » pour échapper au ridicule quand on se retrouve à discuter avec des  » locaux « .

Et surtout, qualité suprême de ce livre, Berliocchi, dont vous pouvez apprécier les chroniques dans Sud Ouest et dans le blog Côte basque people,  ne s’échappe pas, comme on dit au rugby, sur les sujets qui fâchent et met à l’honneur ce vieux dicton qui dit,  » Journaliste un jour, journaliste toujours ! « 

???????????????????????????????

Gros succès pour Christophe Berliocchi, le 2 août, lors d’une séance de dédicaces, librairie Darrigade à Biarritz.

Car le journalisme, c’est quoi? C’est raconter, avec brio et humour de préférence, des histoires vraies et non les histoires que l’on a imaginées. Berliocchi écrit bien et réussit la performance d’être drôle, précis et informatif, ce qui est plutôt rare dans ce genre d’ouvrage. Il livre avec générosité ses adresses favorites, mais n’a pas une seconde d’hésitation pour parler de la pollution de l’eau les lendemains d’orages, des bordels en Espagne, de la drogue ou des guerres régionales. avec des conseils iconoclastes qui ont dû faire tousser certains édiles municipaux : «  Des idées de sortie en cas de pluie : Réfugiez-vous à la Cité de l’Océan et du vide de Biarritz, il n’y a jamais personne ».

Et à l’évidence, ce « guide idéal à l’usage des estivants et même des autochtones » est à conseiller à tous les vacanciers et les fraîchement enracinés qui aspirent à autre chose qu’à la visite des musées locaux, mais aussi et surtout, compte-tenu de l’humour présent à toutes les pages, à tous les Basques capables d’autodérision…

Si, si, il parait qu’il en existe !

 

« Pays basque, le guide idéal », Christophe Berliocchi, éditions Atlantica, – 232 pages, 17 €.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s