Une conférence de presque

Conf de presse Veunac 147Oui décidément, il y a du François Hollande chez cet homme… Même façon de se montrer affable… Même goût pour les petites phrases et la recherche de la complicité avec la presse… Même manière de jouer à l’homme posé… Même abyssale fragilité, bien mal dissimulée… Même lueur meurtrière dans le regard aussi, si on ose le contredire. Et malheureusement, pour l’un comme pour l’autre, même façon de ne pas savoir quoi faire du pouvoir, après avoir tant lutté pour l’avoir. Alors, on s’agite, on pédale avant de rétropédaler, on brasse de l’air, on teste des idées, sans qu’émerge la moindre vision d’ensemble cohérente. Et pour le journaliste qui observe Michel Veunac, après avoir suivi François Hollande, le sentiment d’avoir affaire à un capitaine de pédalo, quand la ville de Biarritz, comme l’État auraient besoin d’un solide amiral à la barre du vaisseau.

Michel Veunac sera sans doute très surpris d’apprendre que je ressens de la sympathie pour lui ; si nos rapports étaient moins tendus, je lui poserais la question qui me brûle les lèvres depuis six mois : « Mais pourquoi, Michel, as-tu voulu jouer dans la cour des grands, alors que tu n’étais pas fait pour cela ? » Récit d’une conférence de presse presque réussie, presque convaincante… et au final totalement désespérante.

Même pas conscient de se contredire !

L’avantage avec Michel Veunac, qui accueillait le 15 octobre à la mairie une vingtaine de confrères, pour ce qu’il appelle un « arrêt image » au bout de six mois de mandat, c’est que, comme tous les politiques qui ont quelques heures de vol, il n’a même plus conscience de se contredire d’une phrase à l’autre. C’est le nouveau maire en personne qui a annoncé qu’il tracerait la feuille de route de son mandat en juin, puis en octobre, mais il feint d’y voir une critique infondée de ses opposants, s’étonnant que Veunac fasse un bilan sans avoir défini ses ambitions pour la Ville : « Ce que je ferai, tout le monde le sait. C’est le projet que j’ai proposé aux Biarrots ! » dit-il en brandissant son programme des municipales, avant de rajouter : « Vous devriez en faire un livre de chevet. Le lire régulièrement le soir » Michel, l’apostolat a des limites !

D’autant que le même, reconnait en fin de conférence de presse qu’en ce qui concerne l’aménagement d’Aguilera, il a puisé dans le programme de Guy Lafite. Alors, c’est ton programme ou celui de Guy qu’il faut lire ? L’aménagement d’Aguilera, justement, parlons-en ! Mais non, Michel Veunac ne louvoie pas, ni ne biaise sur le sujet. C’est juste qu’il déteste faire de la peine aux amis. Alors, il annonce à ce brave garçon de Richard Tardits, le jour où il reçoit l’opposition, qu’on ne construira rien à Aguilera, avant de vouloir faire plaisir à Guy Lafite et d’affirmer à la presse qu’on construira « un peu » sur ces neuf hectares. De un à trois hectares ? « C’est à l’étude ! »

Même incohérence sur l’écologie. Veunac affirme vouloir diminuer l’empreinte écologique de Biarritz de 15% pendant son mandat, une promesse qui ne mange pas d’ozone, puis annonce dix minutes plus tard,  sans voir la contradiction, qu’il a rétabli l’autorisation pour les autocars de déposer les visiteurs devant le musée de la mer, qui sera désormais appelé « Musée de la mer-aquarium de Biarritz ». Et « Cité de l’Océan, gnan-gnan », ça n’attirerait pas du monde ?

La conférence de presse tourne à la conférence de stress

Et quand Michel Veunac évoque le trait de côte malmené et le risque de submersion, quelques confrères ne peuventConf de presse Veunac 156 s’empêcher d’échanger un sourire entendu, tellement le nouveau maire paraît submergé, même s’il s’efforce de faire bonne figure : « Une fonction de maire, ça se découvre quand on y est… Je m’y emploie avec passion ! ». Un maire qui n’a pas jeté avec l’eau du bain ses vieilles rancunes et qui ne se prive pas d’un petit plaisir : « Cherchez dans le programme de Max Brisson le mot logement social, il n’y est pas. » Se tournant vers Lafite, en prenant l’air admiratif : « Guy, tu me dis que tu as lu trois fois ce programme… Je ne sais pas comment tu as fait ! » Alors que le Veunac dans le texte, c’est évidemment du La Pléiade !

 Le nouveau maire adore les brochures sur papier glacé. Dans le huit pages qu’il a remis à la presse (et qu’il va joindre sous blister à tous les abonnés de Biarritz Magazine !) vous trouverez donc sous peu le catalogue complet des produits disponibles en rayon du Franprix municipal. Le crayon sur l’oreille, le maire nous détaille pendant une heure ses têtes de gondole magnifiques comme « Améliorer la qualité de la vie quotidienne », « Renforcer la cohésion sociale » ou « Favoriser un nouvel élan économique ». Si après cela, vos ne comprenez pas la direction choisie par la majorité municipale, c’est que votre cas est désespéré !

« Je travaille, moi. Je ne vous lis pas ! »

Conf de presse Veunac 148

Les conférences de presse chez Michel, c’est relaxe…

En revanche, quand « Bisque,bisque, Basque ! » souhaite l’interroger sur le fonctionnement parfois surprenant de l’équipe municipale (Samedi prochain sur ce blog, un nouvel épisode, avec les turbulences du conseiller municipal à la mobilité urbaine Éric Bonnamy), ou sur le curieux signal envoyé aux contribuables en s’octroyant une indemnité maximale, alors que les Finances de la Ville sont exsangues, le « gendre idéal », au lieu de répondre, disjoncte : « Je travaille, moi. Je ne vous lis pas ! »  et de poursuivre sur sa lancée : « La majorité des choses que vous dites révèle votre ignorance… Vous êtes un journaliste d’un naturel soupçonneux »… On le serait à moins, Monsieur le maire, après tout ce qui s’est passé à Biarritz lors du dernier mandat de Didier Borotra!

Michel Veunac a tout à fait raison : si on commence à considérer comme un travail, la publication d’un roman, d’une bande dessinée et d’une biographie dans les douze mois à venir, plus quelques cours à l’école de journalisme de Toulouse, la rédaction d’un blog et un très beau projet sur Anglet dont je vous parlerai prochainement, on va finir par prendre pour des condamnés aux travaux forcés les sociologues qui publient sur Bayonne. Mais l’avantage de ce boulot de dilettante que je revendique, c’est qu’il me laisse le temps de lire avec attention la prose de notre maire préféré. Et c’est tellement creux, tellement désespérément vide, que l’évidence d’un contre-emploi absolu s’impose…

… Si Michel Veunac est fait pour diriger la Ville, alors j’autorise tous les lecteurs de Bisque, bisque, Basque !  à m’appeler Monseigneur Aillet !

4 réflexions sur “Une conférence de presque

  1. Aberrant, consternant mais tellement prévisible. The Wrong man at the Wrong place, comme on s’y attendait. En attendant les biarrots s’arrachent déjà les cheveux, au bout de 6 mois. Se promener aux Halles ou à Aguilera donne un bon aperçu de ce que pense Biarritz de sa municipalité. Mais à un moment il faudra rendre des comptes, à tout niveau.
    Encore merci pour ce blog.

  2. Bonjour(?),

    Boudiou….Et pourquoi pas céder l’hôtel du Palais pour remplir les caisses et relancer l’activité,sait-on jamais,par les temps qui courent.Vu la valeur historique et marchande quelques centaines de millions de pétro-dollars sur la table et autant pour la rénovation digne des grands palaces seraient les bienvenus et par la même occasion pour quelques barrils de plus,la ville leurs refile la patate chaude qu’est la cité de l’océan……. après tout??????

  3. A peine six mois et M.Veunac, en devenant la marionnette de certains arrivistes aux dents longues, s’est mis à dos bon nombre de ceux qui lui ont fait confiance… Lorsque les personnes trompées sortiront du bois comme elles pensent le faire, il sera pourtant seul à affronter la tempête… Dommage car cet homme a aussi du bon mais il a eu tort d’oublier qu’ici la parole et le respect étaient maîtres… et sans doute aussi tort de surestimer ses capacités de leader….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s