Quand Veunac fait l’autruche

autruche 01

Notre maire, ce grand visionnaire…

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes biarrots et personne ne s’en rend compte ! Michel Veunac démontre chaque jour une facilité déconcertante dans l’exercice de son mandat par rapport à  son laborieux prédécesseur, Didier Borotra. Créatif, omniprésent et d’un dynamisme époustouflant, il est en train de donner sa pleine mesure depuis son élection, comme peuvent le constater chaque jour les citoyens biarrots, de plus en plus ébahis.

Début octobre, notre grand communicant avait inventé le SMID, le Service Minimum Démocratique, en estimant qu’un conseil municipal tous les trois mois – le minimum prévu par la loi -, c’était bien suffisant pour les branquignols de l’opposition. Fin novembre, il continue dans les trouvailles démocratiques en refusant désormais de répondre aux questions des journalistes qui l’embêtent.

Depuis le 13 novembre, « Bisque, bisque, Basque ! » voudrait savoir combien ont coûté à la Ville les fêtes d’Halloween et ce qui est prévu pour Noël. Relancé à deux reprises, le service communication, promet une réponse. Mais que voulez-vous, le pauvre homme qui nous dirige est  ABSO-LU-MENT-DÉ-BOR-DÉ, et puis d’abord qui ça intéresse la façon dont l’argent public est dépensé ?

Autruche 02

La réponse de la mairie devrait pourtant être scrutée par pas mal de monde. Il se murmure en effet, que les fêtes d’Halloween, organisées par Robert Rabagny, n’auraient coûté aux contribuables que 5 000€, tout le reste étant financé par des sponsors. Sous prétexte de chasse aux sorcières, non seulement le projet sur lequel le plus célèbre animateur de Biarritz travaillait depuis trois ans a été repris sans vergogne par son successeur, mais en plus la mairie aurait claqué du fric sans compter. Le coût de cette fête s’élèverait pour la Ville entre 15 000 et 60 000 euros, suivant des sources, qui, convenons-en, ne sont pas d’accord entre elles et ont sans doute tendance à ne prêter qu’aux riches. L’addition doit être particulièrement difficile à faire pour que Michel Veunac ou son grand argentier Guy Lafite, ne puissent en venir à bout et jouer les vierges effarouchées quand les journalistes font leur métier.

On espère donc que l’opposition, même si Veunac s’efforce de la chloroformer, obtiendra cette réponse et la communiquera aux Biarrots.

 

 Massacre à la tronçonneuse

 Autruche 03Comme si les commerçants des Halles n’avaient pas assez subi entre le camping pendant plus d’un an, avenue Kennedy, et le fort judicieux réaménagement de l’esplanade, juste avant les fêtes de Noël ! Michel Veunac avait promis de ne pas toucher aux arbres, mais des ouvriers, en creusant une tranchée, ont gravement endommagé les racines de deux platanes qui risquaient de tomber en cas de tempête. Les habitants, en ce vendredi 28 novembre, ont donc eu la peine de voir ces deux beaux arbres à terre. Encore une promesse non-tenue par le nouveau maire !

En revanche, en ce qui concerne l’élagage d’un conseiller municipal de la majorité, qui tague les parties communes de son immeuble, et jette des sacs d’ordures à la tête de la syndic bénévole et n’est, de ce fait, pas digne de représenter la Ville, (https://jeanyvesviollier.com/2014/10/17/letonnante-urbanite-du-conseiller-bonnamy/), toujours pas la moindre demande de démission. Veunac reste aux bûcherons absents.

6 réflexions sur “Quand Veunac fait l’autruche

  1. Stade Léon LARRIBEAU (‘suite)
    J’ai eu la surprise hier, 27/11, de constater la disparition de la plaque de marbre, portant le nom de Stade Léon LARRIBEAU, cachée derrière un portail de l’entrée coté BENDERN.
    Peut-être que les choses bougent depuis que Bisque Bisque Basque et Sud-ouest, ont relayé mon indignation ??
    Bernard ITHURBIDE citoyen biarrot de Chélitz

  2. Ça me fait de la peine de le dire mais ce pauvre Veunac est perdu. On passe presque à un sentiment de pitié en le voyant ou en évoquant son inconsistance. Homme sans épaules, « gentil garçon » pour reprendre des termes entendus (une insulte en politique), mal entouré, je ne vois aucun avenir pour Biarritz.
    Prochain scandale: le skate Park, en arrêt. Plus d’argent.

  3. Le philosophe Ttotte IRURETAGOYENA ( 1730-1789) disait souvent: l’autruche, quand elle met la tête dans le sable, a de fortes chances de se faire plumer le cul !

  4. Trouvant bonne l’idée de demander le coût des festivités de fin d’année aux communes, nous (petit hebdo local) avons voulu faire un comparatif avec les dépenses de la dizaine de villes ayant au moins 10 000 habitants dans notre zone de couverture. Pas bégueules, nous nous y sommes pris avec 2 semaines d’avance pour éviter le classique « on n’aura pas le temps d’ici votre bouclage ».

    Mal nous en a pris ! « Nous sommes trop occupés avec les fêtes » ; « Nous préférons ne pas répondre » ont été les retours de l’immense majorité des services communication, qui dans le même temps nous inondaient de communiqués de presse détaillant avec force détails les menues économies réalisées pour l’occasion (Led, voeux moins glorieux ou supprimés etc.), sans que jamais la somme globale n’apparaisse.

    Au final, deux villes seulement nous ont répondu, l’une PCF (réponse précise), l’autre de droite sans étiquette (réponse un peu floue). Les autres se sont contentées d’une fin de non-recevoir, ou nous ont assuré qu’elles étaient dessus, sans jamais nous donner de retour, malgré de multiples relances et une semaine supplémentaire donnée avant publication. Biarritz n’est pas seule dans son mutisme, et la démocratie municipale se porte décidément très bien en France…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s