Côté privilèges, Giscard n’est pas tocard

VGEDans Le Canard enchaîné  du 10 décembre, un exemple de ce décalage, de plus en plus ahurissant, entre les citoyens ordinaires et les hommes politiques. Voilà maintenant 33 ans que Valéry Giscard d’Estaing n’est plus président de la République. Comme tous les autres, il dispose de bureaux et de personnel, payés par la République (Qui peut avoir l’idée saugrenue d’écrire à Giscard, de nos jours ?). Alors que dans les républiques scandinaves, les anciens présidents reprennent une vie ordinaire avec un simple officier de sécurité pour les accompagner, notre Giscard national dispose encore de 14 collaborateurs (chauffeurs, cuisiniers, agents de sécurité, secrétaires). Notre ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’est dit que l’on pouvait peut-être sortir deux fonctionnaires de cette armée mexicaine pour les réaffecter à des missions d’intérêt général. Hurlements de notre auvergnat, à la célèbre pingrerie ! « Alors, un ? »  hasarde Le Drian. « Une tentative de hold-up ! » s’égosille l’entourage qui n’a pas cédé.

C’était notre rubrique « C’est sympa de savoir où passent nos impôts » !

Une réflexion sur “Côté privilèges, Giscard n’est pas tocard

  1. Il n’abuse pas …il profite simplement du système que lui et la bande de guignols qui nous gouverne ont mis en place depuis des lustres. Quand un parti politique commencera à parler de ses dérives qui coutent des milliards à notre économie et planifiera un échéancier permettant d’abolir tous ces privilèges les français reviendront vers les urnes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s