L’appel de la gamelle

Appel de la gamelle 01

À Biarritz, l’appétit est grand et la concurrence s’annonce rude. (Images provenant du blog minette13)

Ils sont comme ces sales mômes qui mettent la main dans le pot de confiture, s’essuient les doigts sur leurs pulls et s’étonnent d’être soupçonnés par leurs parents. Ces petites manœuvres politiques, ce billard à trois bandes permanent, cette façon, à peine élu, de penser au mandat suivant sans se soucier du vote de ceux qui vous ont fait confiance, sont tout bonnement insupportables. Je ressens une grosse colère en voyant le spectacle lamentable offert par les élus biarrots en vue des départementales. Heureusement pour eux, mon stylo-kalachnikov ne balance que des mots…

LA POSTURE ET L’IMPOSTURE

Mais écoutez-les cinq minutes, compatissez à leur air de chien battu… Si les politiques se présentent aux élections, c’est uniquement parce qu’ils cèdent «  à la pression affectueuse de leurs amis »  et qu’on les supplie de concourir dans tous les quartiers de la ville. Et ne vous marrez pas, quand ils déclarent être des hommes ou des femmes libres et « vouloir servir comme avant les Biarrots« ! Professionnellement, je suis libre, puisque je ne suis plus salarié, que je rédige un blog gratuit et que je ne dépends pas des annonceurs publicitaires ou des édiles locaux. Mais un politique fait preuve d’une totale désinvolture quand il se déclare « libre » pour justifier un changement de camp. Un élu n’est pas libre, puisqu’il a accepté d’être le porte-parole de ceux qui ont voté pour lui et ne peut en aucun cas les trahir. L’attitude actuelle de Bénédicte Darrigade est injustifiable. Si au bout de dix mois de mandat, elle a l’impression de ne servir à rien, qu’elle démissionne du conseil municipal, comme l’a fait mon épouse, en 2010, au bout de deux ans de mandat. Libre ensuite à Bénédicte de se présenter aux départementales avec Louis Vial. Les politiques sont toujours prêts à faire la morale aux citoyens, mais demeurent décidément très désinvoltes sur leur propre éthique.

LE SYNDROME CHIRAC

Rappelez-vous Bernadette Chirac, qui maugréait en 1988, après sa défaite contre Mitterrand : « Décidément, les Français n’aiment pas mon mari! » .L'appel de la gamelle 03 Seul dans son bureau soudainement déserté, les journalistes décrivaient Jacques Chirac comme un homme loin des Français et incapable d’emporter une élection. On connait la suite. Les mêmes qui le conspuaient, sept ans plus tard, le trouvent génial en 1995. Et de là à imaginer qu’il allait devenir le président le plus populaire de la Ve République ? Au terme d’une élection biarrote, où l’on aurait dû passer les urnes à l’éthylotest tellement elles paraissaient bourrées, Max Brisson, a été battu. Les reproches qui lui sont faits ne semblent pas tous injustifiés, mais je suis toujours très gêné quand ils viennent de membres de sa liste, qui, il y a dix mois à peine, n’avaient aucun état d’âme, au moment où la victoire semblait à portée.

L’UMP MARCHE SUR LA TËTE

À Biarritz, avec trois candidats dissidents de l’UMP, le chaos n’est pas sans rappeler les plus belles heures… du PS. Max Brisson hurle quand on lui suggère qu’il aurait peut-être dû ne pas se présenter à cette élection : « Je suis le candidat sortant. Si je ne me présente pas, c’est la fin de ma carrière politique!« . Mais Corinne Martineau, à qui on ne peut reprocher un manque d’engagement militant, semble avoir raison quand elle affirme que l’investiture au sortant n’existe pas dans les statuts de l’UMP. Et Frédéric Domège, fidèle parmi les fidèles de Max pendant vingt ans, parait crédible quand il affirme que Max lui avait promis de ne pas se présenter aux départementales et de lui laisser la place. Après sa défaite aux municipales, au lieu de laisser deux fers au feu en bon politique qui se respecte, Max aurait dû clairement annoncer la couleur, ce qui lui aurait sans doute évité cette actuelle bataille de chiffonniers. Soit affirmer clairement son désir de devenir maire de Biarritz en 2020, et au vu de l’inaptitude actuelle du maire, il avait ses chances, soit opter pour un poste d’apparatchik départemental, ce qui aurait, en l’éloignant, apaisé les esprits. Soutenir qu’on est contre le maire MoDem Veunac dans Biarritz, tout en étant allié avec le MoDem dans le département, et qu’il n’y a que les imbéciles que ça choque, relève d’une aptitude certaine aux belles envolées. En attendant, le spécialiste de la voltige aérienne Max a visiblement le feu aux moteurs et guère le temps de discuter avec sa tour de contrôle. Gare au crash!

L’OPPOSITION EST LÀ … POUR S’OPPOSER!

Celle-là, c’est la meilleure… Affirmer qu’on a changé de camp parce qu’il n’y a plus d’opposition, c’est comme si on clamait haut et fort… qu’on ne fait pas son travail! Regardez si un Jean-Benoît Saint-Cricq, désormais débarrassé des petits jeux politiciens, n’accomplit pas sa mission d’opposant tenace, calculez l’argent qu’il a fait gagner à la Ville en deux mandats, écoutez la qualité de ses propositions et vous aurez une idée de la noblesse de la fonction. Le rôle de l’opposition est d’être le garde-fou de la majorité, et sans opposition combattive, il ne saurait y avoir de véritable démocratie!

De la même façon, lever les bras au ciel, en disant qu’à Biarritz, depuis Guy Petit, il y a toujours eu des alliances improbables, est scandaleux. Franchement, vous avez-vu l’état dans lequel le système Borotra a laissé la Ville, avec ses majorités improbables, ses adjoints qui gobaient presque tout, ses délires mégalomaniaques, et ses appels d’offres toujours remportés par les mêmes bétonneurs? Et c’est ce système que vous voulez faire perdurer? Et vous croyez qu’on vous a élus pour ça? Que l’opposition fasse son boulot, qu’elle se batte contre ce projet insensé de réinvestir cinq millions d’euros de quincaillerie vidéo-informatique à la Cité de l’Océan, qu’elle surveille les conditions de sortie du PPP, et tout ira déjà beaucoup mieux à Biarritz.

DES INDEMNITÉS QUI EXCITENT LES APPÉTITS

Appel de la gamelle 02Toute honte bue, ils vous avouent entre la poire et le fromage « Mais tu comprends, j’ai absolument besoin de cette indemnité pour vivre!  » Un programme? Des idées pour le département? Tu n’as pas des questions plus intéressantes à poser? Au début de la Ve République, le législateur avait prévu un léger défraiement pour les élus qui se dévouaient pour les autres. Mais petit défraiement est devenu grand avec le temps. Un Michel Veunac, dont la rondeur et l’affabilité feraient merveille dans une maison de retraite, mais qui n’a pas la queue d’une idée comme maire de Biarritz, émarge tout de même à 8000 euros par mois avec l’Agglomération et le conseil régional. Et il ose se plaindre de ce que le fisc lui prend, alors qu’il paie, avec le prélèvement à la source, la moitié de ce que paie un citoyen ordinaire. Les députés n’ont pas encore ratifié les prérogatives exactes des futurs conseillers départementaux, dans le cadre de la réforme territoriale, mais il est sûr que la fonction est un peu moins écrasante que celle d’un ouvrier faisant les trois huit. Et savez-vous combien toucheront les jolis cœurs qui auront le bonheur d’avoir su vous convaincre de voter pour eux? 2280,88 euros bruts et à peine imposés par mois, pour un département de 654 000 habitants comme celui des Pyrénées-Atlantiques et 2508,97 bruts pour les membres de la commission permanente. Pas mal, quand on occupe en plus deux ou trois petits mandats dans une commune ou une agglo en parallèle!

TOUS PERDANTS, ET SURTOUT LES BIARROTS!

Il est évident qu’au vu du spectacle lamentable que nous offrent les élus, avec leurs incessantes chamailleries de cour d’école, il n’y aura que des perdants, au lendemain de l’élection départementale. Y compris celui qui sortira vainqueur des urnes, qui devra composer avec une image totalement dégradée. Deux mois de campagne électorale, marqués par une permanente partouze intellectuelle où l’on fricote avec l’autre camp, où l’on se trahit, où l’on se violente sans vergogne avant de se réconcilier entre les deux tours, ne vont pas s’effacer du jour au lendemain, même si peu de gens se rendront aux urnes le 22 mars prochain. Contrairement à ce qu’affirment avec désinvolture tous les candidats qui piaffent d’impatience à l’idée de la bonne gamelle qui les attend, ce sont les Biarrots qui vont être les grands perdants de cette mascarade. Alors que la situation financière de la Ville est particulièrement grave, alors que les décisions à prendre sont sans cesse repoussées aux lendemains qui déchantent, les électeurs ont besoin de savoir clairement dans quel camp chacun se situe, qui travaille pour  ses concitoyens, et qui se berce de rêves de grandeur départementale.

Quant aux candidats, ils feraient bien de ressortir leurs dictionnaires. Car la gamelle, en français, a deux sens. C’est l’assiette bien pleine avec laquelle on pense s’empiffrer, mais c’est aussi, lorsqu’on salive trop à l’avance, la marche qu’on rate et qui vous envoie au tapis lamentablement.

3 réflexions sur “L’appel de la gamelle

  1. Et oui, elle est bonne la soupe, surtout quand on ne s’embarrasse pas trop de scrupules, qu’on fait taire sa conscience et qu’on se fout ouvertement de la gueule et des gens qui vous ont élu, et des biarrots en général.
    Cette municipalité, c’est un mauvais remake des « Révoltés du Bounty ». Sauf que sur la Bounty, il y avait un capitaine qui connaissait son boulot. A Biarritz, on se mutine, on s’acoquine, on se sert, on se trahit, tranquilles…
    L’opposition qui s’allie à la majorité, un concept plus payant visiblement que la Cité de l’Océan…
    Le ridicule ne tue pas heureusement mais laisse des traces, des empreintes, des souvenirs.
    Promenez vous aux Halles, vous comprendrez ce qu’en pense les biarrots, écoeurés.

  2. Bonjour(?),

    Une étrange élection !

    Il y a ceux qui sont pour les duchés régionaux,il y a ceux qui sont pour la suppression du département,il y a ceux qui sont pour un détricotage et la désunion et il y a ceux qui sont pour le détricotage et refaire une cotte de maille à leurs tailles pour un nouveau comté et une baronnie locale.

    De toute façon,il y aura toujours autant de crème dans le mille-feuilles et de convives autour; aujourd’hui 27 cantons (avant 52)avec deux élus(es), parité oblige,comme si électrices et électeurs ne sont pas capables de choisir candidates ou et candidats,cela étant d’autant plus vrai,qu’en dehors des candidatures partisanes,contestataires et électrons libres peuvent se présenter,sans limiter voire supprimer le cumul,tout comme le carriérisme.

    Les compétences notamment celles accordées aux régions,y compris le développement économique,qui d’ailleurs est loin d’être une réussite locale,n’arrangera pas les choses pour autant,celles du département et des CT étant réduites à une peau de chagrin,il y aura beaucoup de déconvenues dans les chaumières,sauf que les menus sous les lampions dorés de notre douce république bananière seront toujours aussi copieux pour les nobles seigneurs du royaume.

  3. Tous les Califes ont eu leur Vizir Iznogoud prêt à saisir la première opportunité pour leur ravir le trône .
    Biarritz dépasse les pays des mille et une nuits et des matins conquérants qui voit tous ses califes contestés par leurs vizirs respectifs .
    Dernier contestataire en date, la confidentielle « personnalité politique » auto-proclamée (et auto-référencée Facebook…) François Amigorena, qui voudrait « être Lafite à la place de Lafite » et acquérir enfin cette notoriété vernaculaire qui lui fait défaut .

    Par paquets de 4, comme les éponges à vaisselle, nos candidats aux urnes vont devoir se répartir les voix rares et incertaines de citoyens épouvantés par cette débauche de postulants aux prébendes départementales .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s