Saint-Cricq étincelant, Domège plein d’allant

Orientations budgétaires

Des orientations budgétaires aussi grises et tristes que la façade de la mairie.

Bénédicte Darrigade a suffisamment été malmenée dans ce blog, ces derniers temps, pour être saluée. Elle n’a pas inventé une excuse bidon pour éviter ce conseil municipal, où elle se retrouvait sur les bancs de l’opposition, pendant que ses soupirants des élections départementales, Louis Vial et Édouard Chazouillères, lui faisaient face dans les rangs de la majorité, ce qui dénote un courage certain.

Une fois de plus, ce conseil municipal, parfois ardu et technique, puisqu’il évoquait les orientations budgétaires de la Ville,  a été passionnant et vous ne perdrez pas votre temps si vous êtes prêts à l’écouter pendant trois heures et vingt minutes.

http://www.biarritz.fr/portail/conseil.html

Guy Lafite, avec ses allures d’ordonnateur de pompes funèbres, a été parfait en débitant le programme d’austérité budgétaire qui attend les Biarrots. Le même retrouve toute sa morgue d’énarque et ne peut s’empêcher de hocher la tête avec mépris dès que l’opposition parle ou de lever les yeux au ciel, comme si elle ne proférait que des âneries. Ce qui a pourtant été loin d’être le cas, vendredi soir, comme vous pourrez le constater en vous calant sur 1h45.

Richard Tardits, s’est étonné, alors que les taux pour emprunter sont très bas actuellement, que l’équipe en place fasse preuve de si peu d’audace.

Frédéric Domège (1h55), visiblement beaucoup plus à l’aise, en l’absence de son habituel voisin, avait enfilé le costume taille patron avant de se laisser aller à persifler : «  Quel calvaire que la lecture de ces soixante-dix pages d’orientation budgétaire qui s’apparente à du Zola! Vous nous ressortez un programme municipal qui gère les affaires courantes mais qui manque d’imagination.(…) Je trouve les orientations budgétaires un peu ternes et sans réelles ambitions ».

 Tandis que Maïder Arosteguy dénonçait « un manque de précision flagrant », Jean-Benoît Saint-Cricq, une fois de plus étincelant, a dénoncé la folie de la majorité à propos de la Cité de l’Océan : « Vous tenez vos promesses. Vous allez engloutir un million d’euros par an. C’est de l’entêtement. Je crains que ce soit le concept même qui pose problème » Après avoir déploré que le coût de sortie du partenariat public-privé (PPP) ne soit toujours pas connu, l’avocat s’est livré à une réflexion éblouissante sur l’Hôtel du palais (2h30) et le risque que le Conseil de la Concurrence s’agace des subventions déguisées de la Ville.

Et Michel Veunac, emphatique comme à son habitude, de conclure à propos de la Cité de l’Océan: « On peut parier sur une défaite. Je parie sur une conquête »

N’est pas Alexandre-le-Grand qui veut…  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s