Domège ouvre la boîte à gifles

Brisson Domège

C’était l’époque, en novembre 2014, où l’entente cordiale régnait encore entre Max et Frédéric. Le président de l’UMP déclarait à « La Semaine du pays basque » qu’il n’irait probablement à ces élections départementales qui se présentaient comme « un coupe-gorge »… Il ne croyait pas si bien dire!

Frédéric Domège retrouve les accents du rugby pour raconter la situation actuelle à Biarritz : « J’avais prévenu Max que si je prenais une bouffe, il aurait droit à la grêle en retour« . L’ancien bras droit de Max Brisson est très agacé par la procédure d’exclusion de l’UMP qui est lancée contre lui (« Faut pas m’emmerder sur l’UMP! »), mais déplore surtout le double jeu que mène actuellement à Biarritz le patron de l’UMP, particulièrement discret dans son rôle d’opposant.

Voici le communiqué qu’il a fait parvenir à la presse:

« Marie-Pierre Mayer, Mira Schor sa suppléante et moi même, avons reçu du secrétariat départemental un courrier faisant état d’une procédure disciplinaire en vue de notre exclusion de l’UMP.

Ce courrier, notre secrétaire départemental n’a même pas eu le courage de le signer, puisqu’il est paraphé par les deux secrétaires adjoints.

Cette méthode d’apparatchiks d’un autre temps est tout simplement un abus de pouvoir. Que je sache, ce n’est pas moi qui abandonné les électeurs qui nous ont fait confiance en ne participant pas aux deux premiers conseils municipaux, ce n’est pas moi qui ai trahi les consignes de l’UMP en faisant ces trois derniers mois le siège du bureau de Francois Bayrou pour demander sa bénédiction, ce n’est pas moi qui ai pactisé avec le maire de Biarritz, alors que nous sommes dans l’opposition, pour avoir son soutien en échange d’une démission au mois de mars, ce n’est pas moi qui ai marqué mon absence du débat sur les orientations budgétaires de vendredi dernier, et ce n’est pas moi qui ai menti aux élus et aux Biarrots en s’excusant d’être bloqué par la neige à Albi  alors que j’étais à Bayonne. Tout ça c’est monsieur Brisson qui en est l’auteur.
Moi j’ai assumé dés le lendemain de la défaite mes fonctions d’élu, et j’ai défendu, seul, les électeurs qui nous ont soutenu, lors du dernier conseil en exerçant une opposition résolue à la majorité de gauche. »

Il faut dire qu’en ce moment, Max Brisson semble cumuler les maladresses. Absent du conseil municipal du 6 février, consacré au débat sur les orientations budgétaires, il affirme être bloqué par la neige mais se retrouve photographié au même moment par un militant, à Bayonne, en compagnie des têtes d’affiche des départementales. Avant d’avancer, dans « Sud Ouest » du 11 février une excuse du XXe siècle pour justifier son absence : « Quand je suis arrivé à Bayonne, je pensais que les débats étaient terminés ». Max a donc oublié  ces séances qui se terminaient à 23 heures du temps de Didier Borotra et ne doit pas savoir se servir de ce petit objet rectangulaire du XXIe siècle, le téléphone portable, qui permet de facilement communiquer avec les autres membres de l’opposition par SMS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s