Les coupables ne sont pas sur le terrain

Bayonne relégué 03

Face à La Rochelle, l’Aviron a livré un match plein et entier, l’emportant sur le score sans appel de 45 à 10.

Décidément, on pleure beaucoup, en ce moment à Bayonne. Entre les larmes de Manu Mérin, il y a quelques jours, décidant de mettre fin à la fusion envisagée avec le BO, et celles des joueurs de l’Aviron aujourd’hui, victorieux mais découvrant à l’ultime minute que leur club est relégué en pro D2, on  n’arrête plus de sortir les mouchoirs. Et nous ne sommes pas prêts d’oublier les sanglots familiaux du magnifique guerrier David Roumieu avec ses enfants, ou la peine de Scott Spedding et Marvin O’Connor, qui rêvaient d’un tout autre départ.

Tous les joueurs de l’Aviron, peuvent pourtant circuler la tête haute dans Bayonne, car ils n’ont vraiment rien à se reprocher cette saison. Et si on n’avait pas tout fait pour leur compliquer l’existence sportive, il est probable que leur club n’en serait pas là.

Manque de moyens, manque de banc, depuis dix ans l’Aviron joue chaque saison « Peur sur le stade« , avant de se sauver à l’ultime journée. Pourtant, cette année, une vague d’optimisme soufflait sur Jean Dauger. Dans les moments difficiles, les joueurs semblaient moins paniquer et capables de redresser la situation, même si les effectifs limités n’avaient rien à voir avec ceux des grosses écuries. Le verdict des connaisseurs était unanime : « Cette année, le club ne descendra pas ».

Mais c’est l’histoire de l’élève appliqué qui voit soudain ses notes partir en vrille l’année du divorce de ses parents. Est-ce vraiment l’élève qui est responsable? Que n’a-t-on écrit en ce début du mois de mai, alors qu’il y avait fusion sous roche! Les joueurs ne doivent pas s’intéresser à l’extra-sportif, ils doivent se concentrer sur les matches, ne pas tendre l’oreille aux rumeurs… Dieu merci, le rugby est joué par des hommes et non par des robots. Des hommes qui ont les forces et les faiblesses des humains, même si leur musculature est hors norme!

La responsabilité du président

Bayonne relégué 02

Tout a été fait cette saison pour comlpliquer la vie des joueurs…

La grande mode maintenant est que les joueurs soient mariés, car ils sortent moins et font moins la fête. Et alors qu’une fusion est dans l’air, on voudrait que ces pères de famille ne se posent pas de question sur leurs futurs contrats, sur l’école où vont aller leurs enfants, sur un éventuel déménagement? On ne m’ôtera pas de l’idée que sans l’ambiance pesante qui a régné autour du club en mai, l’Aviron avait tout à fait les moyens d’accrocher le point de bonus défensif à Montpellier ou à Bordeaux-Bègles. Ce petit point qui lui permettrait aujourd’hui de demeurer en top 14, à la place de Brive qui a bénéficié d’un non match absolu du Stade Français, visiblement décidé à se ménager pour son match de barrage contre le Racing-Métro (27-0)

Difficile de douter de la sincérité de Serge Blanco lorsqu’il évoque son désir d’un club basque dans l’élite, difficile de le suivre lorsqu’il s’imagine que les déficits réunis de l’Aviron et du BO peuvent se transformer en une entité flamboyante. Mais on serait à la place du président Manu Mérin, compte tenu du manque de transparence qu’il a manifesté dans son projet de fusion, compte tenu de ses démentis et maladresses multiples qui ont à l’évidence eu un impact sur la performance des joueurs, on se sentirait vraiment très mal. De même que tous ceux qui ont tisonné sur les braises au nom d’une ambition toute personnelle.

Car les coupables ne sont pas toujours sur le terrain.

2 réflexions sur “Les coupables ne sont pas sur le terrain

  1. Quand le rugby a changé, le rugby basque n’a pas changé ici,
    Pour parvenir en Fédé, le Pays Basque,
    Finement veut garder deux représentants …

    Une douleur … deux maillots … deux seules équipes : c’est pas beau ?
    Vers le purgatoire … maintenant …
    Tout un pays doit encore faire confiance à Mérin et Blanco ?

    d’après Aupa B.O

    • Il y a quelques années ce qui se passe a Toulon aurait pu se passer à Bayonne mais le « voyou »
      et parti dans le Var et les ‘bricoleurs » sont arrivés! Le rugby basque, comme je peux lire, n’a pas changé ici puisqu’il revient en pro .d2 bravo!!!!! vraiment bravo.fin. un abonné et supporter de toujours passé a 15ans à l’aviron athletisme.michel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s