Tout-pour-ma-gueule a encore sévi !

Sarko toutpour magueule

Franchement, vous avez envie d’en reprendre pour cinq ans avec lui en 2017 ?

Ah ça, il n’y a pas une caméra de télé qui ne nous a épargné l’image des militants venant, samedi dernier à La Villette, avec un sandwich pour assister au congrès fondateur des Républicains, ce merveilleux mot de la langue française que l’ex UMP vient de s’approprier sans vergogne. Comme si la présence d’un simple jambon-beurre dans la besace du militant de base pouvait suffire à exorciser le bling-bling façon congrès du Bourget, avec le niaiseux « Merci mon papa » du petit Louis, ou à faire oublier la kyrielle de casseroles judiciaires que continue de se trimballer l’ex président de la République, qui voit ses anciens affidés partir un à un en garde à vue.

Et ce congrès qui se voulait d’un coût modeste – 500 000 € selon les organisateurs -,  l’a effectivement été… question assistance. 20 000 personnes attendues, et 7 000 en réalité. Pour le reste, Nicolas Sarkozy a été à la hauteur… si l’on peut dire, en plastronnant à tout va, en balançant des horreurs sur tous ses petits camarades et en se gardant bien d’esquisser le moindre geste quand sa garde rapprochée a sifflé les allocutions d’Alain Juppé ou de Bruno Le Maire. La modestie, c’est pour les autres et il est clair que, à l’image de l’ancienne UMP, la nouvelle machine de guerre dénommée Les Républicains doit désormais être au service exclusif de notre matamore de pacotille, qui veut nous jouer « Nicolas II, le retour« .

Alors que son parti doit encore aux banques 69 millions d’euros et cherche à renégocier sa dette, Nicolas Sarkozy continue à dépenser sans compter. Quatre jours avant le congrès, il s’était offert un meeting au Havre… en jet privé. La capitale se trouvant à moins de deux cents kilomètres, les militants apprécieront avec quel soin le président de leur mouvement utilise l’argent du parti avec cette plaisanterie à 3200 € la soirée. Sans compter la voiture qui a fait le trajet pour les menus déplacements en ville de Monsieur.

Et l’homme à la classe naturelle qui vient d’annoncer cette semaine, à propos du président du MoDem :  » De toute façon, le bègue, je vais le crever « , d’argumenter dans Le Canard enchaîné (3 juin) à  propos de son escapade en avion : « Je ne voulais pas aller me faire chier pendant deux heures en bagnole. je voulais pouvoir bouffer tranquillement dans l’avion de retour sans m’en foutre partout. De toute façon les militants n’en ont rien à faire. ce sera sans conséquence« .

Bel aveu! Si le nouveau président des Ripouxblicains, pardon des Républicains, n’est pas prêt à faire deux heures de bagnole pour aller rencontrer les militants, il ferait peut-être mieux d’oublier l’élection présidentielle de 2017 et de s’installer définitivement avec Carla au Cap-Nègre…

Et comme amuseur public, on le laissera bien volontiers aux gens du Var !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s