Désormais, le BO a de l’avance

Bo a de l'avance

Pau qui rit et le BO qui pleure. Mais le premier a Total comme sponsor et le deuxième presque totalement rien.

Les esprits chagrins diront que Michel Veunac ne tient pas ses troupes. Ne redoutant pas d’être taxé de Veunacophilie primaire, Bisque bisque Basque! saluera pour sa part la qualité de la discussion qu’a présidée le maire de Biarritz, lors du conseil municipal du 17 juin à propos de l’avance de 1,5 million d’euros, à consentir au Biarritz Olympique.

Pour avoir vécu en direct, en 2008, le débat sur la naissance de la Cité de l’Océan, avec un Borotra qui refusait toute note discordante dans sa majorité, on imagine sans peine ce qu’aurait donné le conseil d’hier avec Cher Didier aux commandes : dix élus de la majorité  chargés de relayer la pensée du magistrat suprême, afin de noyer l’assistance sous une logorrhée verbale et des opposants à qui on coupe le micro, dès qu’ils ont le malheur de déplaire au commandant suprême.

Bisque bisque Basque! n’est pas devenu soudain fan de Michel Veunac ( qui sur le dossier de la Cité de l’Océan met un entêtement qui frise le ridicule à poursuivre dans le ludo-scientifique ! ), mais le nouveau maire doit être salué comme il convient pour le respect de la démocratie qu’il manifeste et  pour son écoute de tous, y compris quand des membres de sa majorité s’opposent à lui.

Mercredi soir, le conseil municipal a été ce qu’il doit être : un lieu où des citoyens de sensibilité différente s’expriment, échangent et débattent avec passion et sincérité. Tous les conseillers municipaux, qu’ils aient voté pour ou contre cette avance de 1,5 million d’euros, doivent donc être félicités pour la belle image de la politique qu’ils ont donné aux Biarrots, ce qui nous change agréablement des élections départementales.

Alors, au lieu de vous fier à l’homme qui connait l’homme qui a assisté au conseil municipal, installez-vous devant votre ordinateur et jugez-par vous-même. Les interventions sont nombreuses et passionnantes. (début à 1h20 et fin à 2h50)

http://ville.biarritz.fr/mairie-pratique/le-conseil-municipal/videos-deliberations/

 

Arosteguy, Barucq, Amigorena, Tardits contre le reste du monde

Pour justifier le versement au BO d’1,5 million d’euros au lieu des 300 000 prévus, Michel Veunac explique qu’il « ne s’agit pas d’une subvention de fonctionnement mais d’un contrat dont nous avançons le solde« .

Guillaume Barucq s’étonne : « Ce sujet ne fait pas partie du pacte municipal présenté aux Biarrots en 2014. On peut se demander dans quelles conditions une municipalité peut verser par anticipation une subvention de cinq ans. Je n’ai trouvé aucun exemple. »  Et le médecin biarrots de conclure :  » Ces montants paraissent disproportionnés par rapport à nos moyens actuels « , déclenchant des applaudissements de la salle, ce que la loi interdit et que Michel Veunac a le bon goût de ne pas relever.

Tandis que Max Brisson, absent, fait savoir qu’il votera la subvention, Maïder Arosteguy, elle aussi retenue par ses obligations professionnelles, annonce dans une lettre lue par Pierrette Echevarria qu’elle vote « contre cette délibération qui ne prépare en rien l’avenir et obère le présent ». Elle se demande comment réagiraient les citoyens si le fisc les ponctionnait cinq ans à l’avance.

Très cinglant peu avant sur la Cité de l’Océan et «  ses animations sorties d’un film de science-fiction des années cinquante », François Amigorena estime que « l’argument de reconstitution de trésorerie du BO ne tient pas » et que l’avenir du club est « loin d’être clair et solidement ficelé« .

Quant à celui qui connait le mieux le monde du sport professionnel, Richard Tardits, il annonce qu’il ne votera pas cette avance de trésorerie et souhaite que le BO, donne quelque chose en contrepartie à la Ville en matière de disponibilité du stade pour les jeunes, si le vote lui est favorable.

Darrigade, Brisson, Domège, Poueyts sans surprise

Frédéric Domège, à qui Max Brisson a donné procuration, vole sans surprise au secours du BO :  » Cette histoire, c’est la nôtre, c’est notre bien commun. On peut reprocher aux dirigeants une communication déplorable, mais le vrai responsable, c’est l’évolution du rugby professionnel ».

Bénédicte Darrigade fait sobre : « Je choisis de soutenir le BO, je choisis de soutenir Serge Blanco ».  Alors que les Abertzale avançaient des préoccupations sociales aux élections départementales, Michel Poueyts n’a pas un mot sur les conséquences qu’aura ce vote sur les associations de la Ville et préfère évoquer LE match qu’il a joué en équipe première du BO pour justifier son vote : « Solder une dépense que la Ville doit au BO, c’est naturel, et, en sport, ça s’appelle renvoyer la balle« .

Saint-Cricq, roi du contrepied

Le débat semble très équilibré et bien malin celui qui pourrait pronostiquer le résultat du vote final. Tout le monde attend donc l’intervention de Jean-Benoît Saint-Cricq, persuadé que l’avocat biarrot va se lancer dans une de ces charges dévastatrices dont il a le secret. Et au lieu de cela, le meilleur opposant à Michel Veunac ose une de ces relances improbables, si chères jadis à Serge Blanco!  » C’est sans crainte que cette avance peut être consentie. (…) Le club n’a pas eu le soutien d’une Ville qui lui doit tant.(…) Ne pas faire cette avance, c’est mettre le BO dans une situation intenable « . Et l’homme qui passe à la loupe l’utilisation des deniers publics de poursuivre sa démonstration : il n’est pas normal, alors que l’ancienne tribune menaçait de s’écrouler, que ce soit le BO qui ait avancé l’argent pour la construction de la tribune Kampf, la Ville se contentant de rembourser 300 000 euros par an. « De toutes façons, cet argent on le doit, et si on le donne pas immédiatement au BO, c’est à un liquidateur qu’on va devoir le verser ».  Et l’avocat de conclure : « J’ai vérifié, il n’y a aucun risque de payer deux fois« 

Trente minutes après l’intervention de Guillaume Barucq, une nouvelle salve d’applaudissements résonne dans la salle du conseil municipal.

Michel Veunac se garde bien d’intervenir, car désormais il joue sur du velours avec Guy Lafite. Le grand argentier explique que ce vote va obliger à faire un emprunt pour allouer cette somme au BO, mais que les taux étant très bas, sur cinq ans, les intérêts ne devraient s’élever qu’à 40 000 euros, ce qui est beaucoup pour un particulier mais peu pour une ville moyenne comme Biarritz.

Guillaume Barucq, qui avait demandé un vote à bulletins secrets, avoue son trouble après les arguments échangés, et renonce à sa demande, tout en maintenant son opposition à l’avance. Au final, il n’y aura que sept opposants.

Interrogé un peu plus tard, Jean-Benoît Saint-Cricq, héros involontaire de la soirée, ne cachera pas qu’il a évolué dans sa réflexion : « Quand j’ai reçu l’ordre du jour et que j’ai vu cette avance à voter de 1,5 million d’euros, j’ai immédiatement été contre. Puis en analysant le dossier, en consultant les comptes du club, je me suis rendu compte que c’est la Ville qui était en tort vis à vis du BO et que la moindre des choses c’était de lui rendre justice » .

Décidément, en sport comme en politique, les meilleurs sont toujours ceux qui sont là où on ne les attend pas!

4 réflexions sur “Désormais, le BO a de l’avance

  1. Dommage que vous ne parliez pas de la merveilleuse vision de Veunac pour sauver la « cité du vide »:
    Faire faire du surf aux visiteurs avec un casque virtuel !!! (Bientôt en vente partout…)
    Pathétique!!!
    Combien va encore coûter cette énième animation?

  2. M. VEUNAC a horreur du conflit il aime être aimé et il n’a pas son pareil, de ce fait, pour faire
    passer de qu’il veut, fort d’une bonne élocution et d’un côté sympa;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s