Un XV de France sur son 31

Michalak crée le décalage et met sur orbite la fusée Huget pour un essai splendide.

On ne va surtout pas bouder son plaisir! Avoir l’occasion de remporter le « crunch » et de renvoyer les Anglais dans leur vestiaire avec une défaite de cinq points (25-20), est un plaisir qui ne se refuse pas dans le monde du rugby. Mais ne nous enflammons pas. Si la France a été très présente dans l’affrontement, elle ne doit pas oublier qu’elle a encore encaissé deux essais de Cipriani et Joseph, en n’en marquant qu’un seul, splendide certes, par Huget. Un excellent match de préparation, donc, qui va redonner un peu de confiance aux Bleus, mais qui ne doit pas masquer les défauts actuels du jeu français..

Des Bleus qui ne sont plus désormais que 31, puisque cinq d’entre eux, comme le prévoient les règlements, vont retrouver leurs clubs et les « joies » d’un Top 14 privé de toutes tuniques internationales.

Si les évictions de Chiocci, Vahaamahina et Goujon devant ne sont guère discutables, Saint-André, une fois de plus, a laissé tout le monde perplexe en désignant ses recalés de l’arrière. Rémi Lamerat, victime d’une expérience surprenante l’associant à Alexandre Dumoulin, ne semble pas avoir plus démérité qu’un Gael Fickou, passé deux fois en revue en deux matches par l’attaque anglaise.

Fortes têtes et têtes qui ne dépassent pas

Mais c’est surtout le cas François Trinh-Duc qui laisse pantois. Visiblement, pour PSA et son staff, c’est Michalak, auteur d’un match remarquable samedi au Stade de France, qui va être le patron de l’attaque tricolore. Frédéric Michalak est un garçon délicieux et talentueux et l’on ne peut que se réjouir de cet inespéré retour en grâce, lui qui avait joué sa première Coupe du Monde… en 2003! Mais la marque de fabrique du joueur toulonnais est d’alterner avec une régularité de métronome les matches où il est génial et ceux où il passe complètement à travers. Presque jamais titulaire, l’an passé à Toulon, c’est donc lui qui se retrouve avec les clés du camion tricolore. Et quand on connait toutes les blessures physiques qu’il a endurées, il est bien difficile, même si on ne lui souhaite aucun mal, d’imaginer qu’il puisse traverser une compétition de sept semaines sans encombre.

Conserver dans l’effectif Rémi Talès a aussi une logique, puisque l’ouvreur castrais, jamais étincelant mais jamais complètement nul en équipe de France, possède un coup de pied particulièrement long qui soulage les joueurs en fin de match. Mais pourquoi diable se passer d’un François Trinh-Duc, dont les fulgurances peuvent faire beaucoup de bien à l’équipe d’outsiders mondiaux que nous sommes devenus? Contrairement à Talès, Trinh-Duc ne se fondra jamais totalement dans un groupe et n’appliquera jamais à la ligne les plans de jeu offensif de Lagisquet, ce qui lui vaut sans doute la joie de goûter prématurément aux charmes de Montpellier, le staff tricolore préférant visiblement les têtes qui ne dépassent pas aux fortes têtes.

En effet, alors que les demis de mêlée, protégés par leurs avants ne sont que rarement blessés, les demis d’ouverture deviennent dans le rugby moderne des cibles privilégiées des défenses adverses. Tillous-Borde avec Michalak, c’est logique. Rory Kockott avec Rémi Talès, tout autant. Mais quel rôle va jouer Morgan Parra désormais, même s’il avait fini la dernière Coupe du monde, avec des bonheurs discutables, sous le numéro 10?

Trois ouvreurs et deux demis de mêlée paraissaient relever du bon sens pour cette équipe de France. Deux ouvreurs pour trois demis de mêlée et nous voilà manifestement dans un « délit de sale gueule » contre François Trinh-Duc, un joueur avec qui PSA n’a jamais caché qu’il avait fort peu d’atomes crochus. Certes, il faut des besogneux dans les équipes. mais doit-on se priver du talent ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s