Un Oxibar Tabac !

Marquise de VéritéSi vous n’avez pas encore fini de rire avec ce pauvre Max Brisson qui s’est fait piquer à l’insu de son plein gré la deuxième place de la liste aux élections régionales, ne ratez pas La Marquise de Vérité dans La Semaine du Pays basque… Elle est toujours redoutablement informée, cette Marquise, et manie la plume d’oie comme personne

Un Oxibar Tabac !

Je dois tout d’abord vous dire que j’ai reçu cette semaine sur ma page Facebook ( que voulez-vous même les vieilles bonnes femmes comme moi s’y mettent !) un charmant message du jeune Chenevière dont je parlais ici la semaine dernière pour me signaler la bonne orthographe de son nom et me confier « Vous êtes apparemment bien informée… » Encore heureux me direz-vous, sinon à quoi pourrait bien servir cette correspondance ? Au passage, ce Chenevière est mignon comme tout avec sa tête d’ange contrarié…  J’ose espérer qu’il m’invitera à prendre le thé un prochain jour, place royale à Pau. Avec une vingtaine d’années en moins, j’eusse aimé qu’il me courtise ! Et j’en aurais fait le maire de Pau en trois coups de cuillère en argent !

Pour le moment il convient de nous occuper de notre poupon « pisseur et pleureur » comme les baigneurs de notre enfance, notre pauvret de Max Brisson. Il ne lui arrive décidément que des misères car voilà que ses deux plus fidèles lieutenants, tous deux secrétaires départementaux adjoints des républicains, le Nicolas Patriarche (mignon comme le veau qui vient de naître) et le Marco Oxibar (un brave garçon carriériste comme pas un, mais qui ne l’a toujours pas commencée en fait quand on constate qu’il n’occupe jusqu’à présent qu’une pauvrette place de conseiller municipal d’Ogeu-les-Bains) viennent d’obtenir son éjection de la deuxième place de la liste des régionales : « Dehors le chipseur ! Salaud de Biarrot ! Goinfreur de chips ! » Et le coup, l’horrible coup vient de réussir avec la complicité de MAM qui, d’un mouvement d’écharpe, l’a étranglé mercredi soir lors de la commission nationale d’investiture à Paris !

Le grand gagnant de l’affaire n’est autre que le petit Oxibar. Mais qui est-il ce fourbe qui lui vole sa place en projetant notre poupon à la huitième place, non éligible en cas de défaite de la droite ? En fait ce garçon voulait être maire d’Oloron à la place de ce cher Hervé Lucbereilh, et député à la place de Jean Lassalle. Mais bon, il n’a pu finalement que trouver refuge dans une ville d’eau, comme on le faisait au moment de l’Exode ! Cependant, il y a un peu plus d’un an, avec son complice Nicolas Patriarche, ils ont soutenu, en tant que jeunes responsables de l’UMP départementale, Max-la-Chips contre vents et marées au moment ou celui-ci ayant perdu la municipale à Biarritz, commençait à susciter des règlements de compte tout azimut et aurait pu terminer « tondu comme en 44 » ! Adieu les bouclettes au Maxou et son poste de secrétaire départemental. Les deux chérubins et notre grand ami Claude Olive ont ainsi sauvé du déshonneur et de la corde, notre beau chipsé.

Du coup, pour le remercier, notre grassouillet poupon a montré un joli paquet de chips au Marco en l’agitant au loin : « Mon Marco, Mon Oxibar-Tabac et PMU inversé réuni, je n’oublierai jamais ce que tu as fait pour moi ! Toi qui sais ce qu’est l’échec dans la vie politique, puisque tu n’as connu que ça, tu comprends ma misère. Moi qui ne t’avais fait que des crasses finalement, tel un Mauriac plaidant pour Brasillach, tu m’as rendu mon honneur. En récompense, tu auras une place éligible sur la liste des régionales en 2015. C’est plus qu’une promesse, c’est comme si tu étais ma seconde fesse.« 

En bon carriériste, le Marco est rentré tout joyeux à Ogeu : « Fini pour moi cette eau dégueulasse à tous mes repas qui me fait roter, car bientôt j’aurai midi et soir le meilleur bordeaux à Bordeaux ! Et avec les meilleurs paquets de chips qui vont avec !« 

Pauvre petit Marco… Car si Max l’a amené à l’Hôtel du Nord à Pau en janvier dernier pour jouer le petit cake devant la presse, au cœur des négociations avec les centristes pendant la préparation des départementales, ce n’était alors toujours pas gagné pour lui ! Et si le petit Marco en sortant de l’Hôtel du Nord disait à son Bisounours de Max : « Quelle belle atmosphère aujourd’hui« , le sournois à la chips pensait : « Atmosphère ! Est-ce j’ai une gueule d’atmosphère ?« 

Naïf, le Marco était donc parti acheter sa cocarde de futur conseiller régional d’Aquitaine pour mettre derrière le pare-brise de son automobile car Max lui avait assuré formellement la sixième place de la liste : « La dernière éligible en cas d’échec aux régionales. Et avec la Calmels qui se croit encore chez Mickey et qui est aussi gracieuse que Miss-Tick dans la bande à Picsou, et face au charisme et au talent de Rousset, faut pas miser un quart de chips sur notre victoire mon Marco !« 

C’était fait et donc bien fait. Marco n’attendait rien de mieux que la sixième des places pour enfin débuter sa carrière de carriériste à la quarantaine. Et voilà que la Calmels le contacte il y a quelques temps pour lui dire : « Tu ne crois pas, jeune puceau des places vraiment chipsables, qu’il ne serait pas mieux que tu occupes la deuxième place de la liste en Pyrénées-Atlantiques ? Ca ne me dit rien de prendre ce Brisson ! Il me faut de la jeunesse et des ventres plats. Qu’en dis-tu petite bulle pétillante et excitante ?« 

Mais notre Marco, comme il sauva Max en 2014, le sauve alors à nouveau en disant à la Calmels qu’il ne pouvait pas faire à Max pareil coup ! La Calmels n’insiste donc pas et comme notre poupon est confiant, il se bat loyalement pour Aguerre oubliant totalement la sixième place du Oxibar !

De quoi inspirer ce commentaire goguenard à notre délicieux Jean-Jacques l’autre dimanche en allant visiter sa vache préférée en sa ferme de Bidache : « Ostia de ostia ma bonne noiraude ! J’men tape bien le béret par terre que Brisson ne tienne pas ses promesses, du moment qu’il tient les miennes !« 

Oui notre poupon, ma Chère Thérèse-Marie, mérite toute notre  compassion. Car le fait de jouer le jeu d’Aguerre en sixième place, fait que les petits marquis des Républicains ont pu influer suffisamment – aidé en cela par la diabolique MAM – pour rétrograder notre chipseur préféré à la huitième place !

Et si notre Maxounet disait, il y’a quelques jours, au journal La République des Pyrénées à propos des Patriarche et Oxibar voulant l’expulser de tout et lui piquer ses paquets de chips : « Ces attaques personnelles n’honorent pas leurs auteurs », il ne décolère pas depuis et emploie un langage mois polissé : « Oxibar, Oxinar, dire que je me suis fait niqué par ce connaud ! » Et se reprenant en agrégé qu’il est en  en citant Molière : « Au voleur, au voleur, à l’assassin, au meurtrier. Justice, juste Ciel. Je suis perdu, je suis assassiné, on m’a coupé la gorge, on m’a dérobé mes chips. Qui peut-ce être ? Qu’est-il devenu ? Où est-il ? Où se cache-t-il ? Que ferai-je pour le trouver ? Où courir ? Où ne pas courir ? N’est-il point là ? N’est-il point ici ? Qui est-ce? Arrête. Rends-moi mes chips, coquin… »

Je vous laisse, Ma toute Douce, et à la semaine prochaine. Comptez sur moi. 

Votre Marie, Marquise de Vérité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s