L’étonnante organisation de la mêlée bok

Mêlée Afrique du Sud retouchée 2

Seules les vues aériennes (ici à la 36e minute) permettent de décrypter le positionnement très original des Springboks en mêlée. (Capture d’écran TF1)

Nul doute que la première ligne galloise, régulièrement enfoncée par les Sud Africains à chaque mêlée, n’est pas prête d’oublier son quart de finale de Coupe du Monde à Twickenham. Surtout que, c’est une mêlée, qui a permis à l’Afrique du Sud d’inscrire l’essai victorieux à la 72e minute. Si les entraîneurs adverses ont probablement scruté à la loupe le placement pour le moins atypique de la mêlée sud-africaine (sans pouvoir le contrer pour le moment), quel dommage que les commentateurs ou les consultants ne cherchent pas à faire partager leur passion ovale au grand public, à l’occasion de cette Coupe du monde, en expliquant à quel point les « trouvailles » et la créativité jalonnent l’histoire de ce sport.

En mêlée, contrairement à ce que croient les profanes, il ne suffit pas d’empiler les kilos pour être efficace, mais organiser la force collective du huit de devant avec une stratégie bien précise. C’est ce que les Argentins avaient « découvert » dans les années soixante-dix avec leur fameuse « Bajadita », où les piliers inversaient leurs appuis pour concentrer leur force sur le talonneur adverse.

Dans cette « bajadita » revisitée, version sud-af’, tandis que Jones et Charteris, les deuxièmes lignes gallois, positionnent leurs corps en parallèle, laissant un espace conséquent  pour que leur troisième ligne centre Faletau, cale l’édifice avec les épaules (comme on peut le voir sur le cliché), les Sud-Africains Etzebeth et De Jager, comme leurs adversaires, laissent l’espace habituel au niveau des épaules, mais se resserrent au niveau des hanches, ne laissant que la place du cou au numéro 8 Vermeulen pour verrouiller l’ensemble. Avec cette position en forme de flèche inversée, et en poussant les piliers adverses sur l’extérieur, il est évident que le pack adverse a toutes les chances d’imploser au niveau de son talonneur et que l’on se protège, par cette organisation, du risque de se faire siffler par les arbitres.

Anciens premières lignes et autres amateurs de rugby, ne ratez surtout pas la demi-finale opposant l’Afrique du Sud à la Nouvelle-Zélande et regardez comment les Blacks, les joueurs les plus créatifs du monde,  vont arriver – ou pas!- à contrer la machine de guerre sud-africaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s