Triple bonheur

France Irlande 03

Que ce soit chez les seniors, les moins de vingt ans, ou les féminines, comme sur cette photo où Gaëlle Mignot s’apprête à marquer en force, les Tricolores ont tout raflé ce week-end face aux équipes irlandaises… Et en plus, en nous offrant un rugby, imparfait certes, mais tellement plus ambitieux que celui proposé sous l’ère Saint-André.

Si le cerveau de l’ouvreur irlandais Jonathan Sexton ressemble désormais à une pierre ponce, à force de multiplier les commotions, il ne l’empêche pas de mettre encore au point quelques coups de vice, si caractéristiques du rugby. Appliqués mais fort peu dominateurs, les jeunes tricolores de Guy Novès, statistique incroyable, ne pénètrent dans les 22 mètres adverses qu’à la 55e minute. Il faut dire que le XV tricolore connait depuis peu un sérieux coup de mieux avec les rentrées de Ben Arous et Slimani, justement vexés de ne pas être présents au coup d’envoi, et celle du vibrionnant Maxime Machenaud, demi de mêlée à la malice niveau bac, quand Bézy végète encore en classe primaire.

S’ensuivent sous les poteaux irlandais trois mêlées où les Tricolores concassent et malaxent à l’envi le pack irlandais. Et c’est à ce moment-là que le rusé Sexton, qui a vu que son coach s’apprête à le remplacer, reste au sol sur un contact anodin, alors que l’arbitre vient de siffler une nouvelle mêlée en faveur des Bleus. Normalement, le jeu aurait dû continuer à se dérouler, et le neurologue de Sexton  ne pas s’inquiéter, mais l’arbitre sud africain Peyper, qui a lui aussi entendu parler du cerveau troué aux mites de Sexton, arrête le chronomètre, permettant au paquet d’avants verts de se refaire une santé. Heureusement, alors que les vieilles mules au maillot décorés d’un trèfle ahanent et s’échinent en vue d’une quatrième séquence de laminage, ce coquin de Machenaud ouvrira très vite, permettant à Maxime Médard d’atterrir en terre promise. 10-9, score final, et un petit point d’avance qui suffit largement au bonheur de la jeune troupe bleue, emmenée par un Guirado tonitruant qui a cassé du Vert comme à ses plus beaux jours.

Certes, deux victoires à l’étriqué ne suffisent pas à faire le printemps du rugby français, mais on saura gré à Guy Novès d’avoir insufflé de l’enthousiasme et de l’envie à une équipe qui traînait sa misère sur le terrain sous l’ère Saint-André et d’avoir redonné un peu de moral aux spectateurs et téléspectateurs qui n’osaient même plus dire qu’il étaient Français.

Superbe rugby féminin

Car, pour ceux qui ne ratent jamais un match de la planète ovale diffusé sur petit écran, ce week-end était vraiment enthousiasmant. Après avoir atomisé l’Italie, la semaine précédente, 40 à 3, les moins de vingt ans, sont brillamment venus à bout des Irlandais 34 à 17, dominant outrageusement la deuxième mi-temps. Et, comme c’était décidément le week-end des talonneurs, avec ce temps boueux propre à châtier les téméraires désireux de faire des grandes envolées, on a pu admirer une nouvelle pépite toulousaine, l’ancien trois-quarts centre devenu talonneur, Peato Mauvaka, qui sait décidément tout faire balle en main et qui n’est pas le dernier quand il s’agit de découper de la viande.

Et pour parachever ce week-end de rêve, comment ne pas s’enthousiasmer pour le rugby féminin, pour la générosité, la technique et le bonheur de jouer manifestés par toutes les protagonistes du France-Irlande féminin, largement remporté 18 à 6 par les joueuses de Gaëlle Mignot (encore une capitaine, talonneur!) avec un brio certain.

Surtout que France 4 ne se prive pas de nous diffuser à nouveau du rugby féminin de haut niveau, car le spectacle est superbe!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s