La Marquise en pince pour Che Garay

La Marquise et Che Garay« Bisque, bisque, basque! » qui ne désespère pas de voir un jour la Marquise de Vérité pendre le propriétaire de La Semaine avec les tripes du premier évêque venu, se fait un plaisir de publier ses lettres, si délicieusement inspirées par Jean-Philippe Ségot. D’autant plus que cette semaine, la Marquise tombe en pamoison devant le révolutionnaire bayonnais Che Garay. N’hésitez pas à soutenir une presse libre et impertinente et le noble combat de la marquise de Vérité, en envoyant un mail à herculepoirot@hotmail.fr et vous pourrez recevoir gratuitement et automatiquement sa prose, chaque semaine.

La bande des quatre sort l’arme nucléaire !

Ma Toute Douce,

J’en tremble encore en vous écrivant cette lettre ! Notre joli futur Lendakari, l’élégant maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, vient de démissionner de son poste de Président de l’Agglomération ! Quelle histoire, mais quelle histoire ! Si j’étais bide-au-chaud comme qui vous savez, je vous dirais même « Ostia de ostia de ostia !« 

Figurez-vous que j’avais appris qu’en toute fin de semaine dernière, les maires d’Anglet, de Biarritz, de Bidart et de Boucau, tous vice-présidents de l’Agglomération, avaient décidé de passer à la vitesse très supérieure en expliquant dans un climat pas spécialement des plus tendres – on l’imagine – à notre futur Lehendakari de Jean-René, au cours d’une réunion top secrète, que s’il maintenait sa position de pro-EPCI envers et contre tous, eh bien ils arrivaient au constat TERRIBLE qu’il ne pouvait pas continuer à prétendre présider plus longtemps l’Agglomération toute puissante ! Le compte à rebours semblait bien lancé !

De la pure logique pour eux qui expliquaient alors à quelques proches : « Même si le vote de l’Agglomération n’était que consultatif, on a tout de même voté ! Et le Etché a été mis largement en minorité. A Bayonne, il a réussi à avoir une majorité de voix en faveur de son EPCI, mais à l’Agglo il ne doit pas oublier que c’est nous qui avons la majorité CONTRE l’EPCI et du coup CONTRE LUI !« 

Il faut dire que notre joli Lehendakari expliquait pourtant à son fidèle Marco-pilote ce qu’il retenait comme analyse de ce vote consultatif, il y a quelques semaines de cela : « Tu comprends Mon Marco-co, ils peuvent bien s’agiter, s’énerver, râler, fulminer, ronchonner, ce vote à l’Agglo n’a aucune importance, puisque seules les voix des conseils municipaux compteront. Il y a de la logique dans tout ça ! Puisqu’ils ont voté NON comme des arriérés dans leurs mairies, eux évidemment en tant que conseillers d’Agglo ils votent NON ici aussi. Et alors, je vais te dire mon Marco, ça me fait une belle jambe tout ça ! On verra s’ils vont tenter le putsch contre moi !« 

Et le Marco de commenter : « Oh ! Tu es courageux Oh Mon Splendide Spectre Lumineux de l’Âme de tout un Peuple noble et fier ! Car, vois-tu, s’ils tentent le putsch, tu seras sur le moment peut être une citrouille, mais d’où sortira très vite une superbe Cendrillon !« 

Cette dernière réplique, Ma Chère Thérèse-Marie, laissa un instant notre joli Jean-René quelque peu surpris, même s’il a entendu bien des choses curieuses dans sa vie. Mais nous le savons, nous qui sommes des grands-mères attentives, que le petit Marco garde encore des références liées à l’univers magique des contes de fée, lui qui a cru longtemps et longtemps que le sublime potiron de Bidache pourrait un jour se transformer en un être plein de délicatesse et de subtilité, d’un simple coup de baguette magique par la formule toute aussi magique : « Abracadabra d’ostia de ostia et de la Noiraude réunis ! Sors de ce potiron et devient un génie lunaire et spectaculaire ! » Mais rien n’y fit et notre potiron resta tout confit.
Enfin, tout cela pour vous dire que la crise est devenue bien réelle, même si en avocat au sang aussi froid que l’Adour en période de fonte des neiges, notre Che-Garay, analyse désormais les choses ainsi : « Oui, ils ont durci le ton ! Mais je ne veux pas plier. Je reste droit dans mes bottes comme un Juppé-père ! Ah, si l’on m’a présenté comme un plat de nouilles pendant les municipales, et aussi comme un tout mou, eh bien moi je leur dis que je suis bien plus dur qu’ils ne le pensent. Et je garde intacte mon image de futur lehendakari, être de courage et de sacrifice !« 

Et le petit Marco quelque peu choqué de ce séisme – et qui probablement ne sera plus directeur de cabinet de son maire préféré à l’Agglo en solidarité avec son maître – vit alors son maître, en ce sinistre jeudi soir, revêtir son costume de torero et déclarer l’épée en main, et son communiqué de démission dans l’autre : « En résumé. Ils ont voulu me faire chier ! Mais ils vont voir que les beignes, moi aussi, je sais en distribuer et des sévères ! »

Un avis partagé par la Coco-au-JR, alias Colette Capdevielle, qui avec sa copine la redoutable Fredoche Espagnac, sont des partisantes inconditionnelles de l’EPCI. Au point que Colette expliquait avec force depuis quelques jours à tous ses visiteurs la chose suivante : « Cette affaire de l’EPCI, cette cabale contre le Ché-Garay, me rapproche de lui. Car, tous les deux, nous avons un point commun. Nous sommes des anciens avocats qui ne sont jamais aussi bons que quand le procureur fait un réquisitoire impitoyable. Au lieu de nous mettre par terre, nous démultiplions nos forces et notre talent. L’épreuve nous rend EXCEPTIONNELS. Le Etché ne cédera sur rien, RIEN. Pas le genre à mettre un genou à terre. Et moi, ce maire de Bayonne, je commence à le trouver vraiment bon aussi bien à Bayonne, que demain bon à la tête de l’EPCI ! Vous allez voir, son image grandira bien au-delà de la droite et du centre. Il sera aussi une sorte de saint laïque d’une partie de la gauche ! »

Du côté de la bande des quatre, on n’analyse pas la chose de la même façon, vous, l’imaginez bien :  » Il fallait que le J-R soit cohérent. Son EPCI, c’est la mort programmée de notre Agglo à nous au 31 décembre de cette année. Du moins si les communes votent OUI dans quelques semaines, ce qui n’est pas gagné pour le Ché. Car de plus en plus d’élus comprennent que nous allons être tous baisés dans cette affaire, surtout en matière de fiscalité. Donc il était logique qu’il en tire les conclusions et qu’il se casse de l’Agglo ! De toute façon, au moment de voter le budget, on pouvait le niquer et on l’aurait fait ! C’est tout !« 

Du coup, au plus haut sommet de l’Etat, on se dit ceci : « Nous avons mis depuis des semaines en place une vraie cellule de soutien psychologique au maire de Bayonne. On a étudié toutes les hypothèses, y compris celles des pires trahisons de certains des élus. A l’Agglo, comme à la Mairie. Pour oser le dégager de la mairie, il faudrait que se noue une redoutable alliance entre conseillers de la majorité favorable au non et l’opposition pour arriver à le dézinguer ! Cela paraît impossible à mettre en place. Le tout, après cette affaire, c’est qu’il tienne comme le roseau sous la tempête et se replie à la manœuvre sur sa présidence du Conseil des Élus.« 

L’affaire est donc sérieuse et la bande des quatre a mis toutes ses forces dans ce combat. C’est le maire de Biarritz en personne qui a pris le porte-parolat de l’affaire et ce garçon si bien élevé et si redoutable dans l’expression orale semble pouvoir ramener des puissantes personnalités à leur cause. Et du coup, toujours dans les plus hauts sommets, on redoute maintenant que certains élus et conseils qui avaient voté pour le oui, puissent changer d’avis devant les arguments du quatuor : « On sent bien que ça bouge chez certains. Notamment un élu comme Paul Baudry, le maire de Bassu et président d’Errobi, pourrait basculer vers les partisans du non. Et s’il entraine le maire de Cambo et quelques autres, alors ça peut être la CATASTROPHE !« 

Voilà donc où nous en sommes, ma Douce Amie, dans ce dossier qui devrait connaître bien d’autres rebondissements dans les semaines à venir. Il faudra notamment élire le nouveau président de l’Agglo. On parle aussi bien de Michel Veunac que du « Patron » de la Côte, l’excellent Claude Olive, pour lui succéder. Et les partisans du NON, membres de la bande des quatre, disent d’un ton ironique : « Même s’il arrive à obtenir le OUI, qu’il se méfie de ce qui va se passer par la suite ! Qu’est-ce qui dit qu’il sera élu Lehendakari une fois le machin en marche ? N’oublions pas que ce sont les Basques de l’intérieur qui auront la majorité absolue des voix. Et ils mettront l’un des leurs à la présidence, vous verrez !« 

Voilà ce que je peux écrire de cette terrible affaire qui me donne bien des insomnies, moi qui suis une vieille aristocrate qui craint plus que tout les révoltes qui se transforment, souvent en Révolution !

Je vous laisse, Ma toute Douce, et à la semaine prochaine. Comptez sur moi.
Marie, votre Marie, Marquise de vérité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s