C’est promis, Veunac ne fera plus le trottoir

Grisé par son écharpe tricolore, Michel Veunac n’hésitait pas à stationner systématiquement son véhicule sur le trottoir et dans un virage. Mais « il ne le fera plus », n’hésitant pas à se garer parfois « à plus d’un kilomètre de son domicile ». « Bisque, bisque Basque ! » est très fier d’avoir contribué à ce retour de vertu de notre édile municipal.

Si Michel Veunac vous parle de se rendre à Las Vegas, histoire de faire un petit poker au casino, surtout faites tout pour le dissuader, car il est certain que notre bon maire reviendra en slip de son expédition. Deux ans maintenant que nous pouvons observer, grâce à Internet, ses tics oratoires et ses mimiques, lors de ses interventions au conseil municipal et il est rare de croiser quelqu’un d’aussi lisible. Cette façon de gonfler la poitrine et de regarder son interlocuteur droit dans les yeux quand il profère un mensonge n’appartient qu’à lui. Et ce petit mouvement de tête, comme s’il souhaitait remettre sa mèche en place, quand il est embarrassé mais se refuse à l’exprimer à haute voix est tout aussi caractéristique.

On dit que les absents ont toujours tort et les huit conseillers qui faisaient défaut, Peio Claverie, François Amigorena, Louis Vial, Frédéric de Bailliencourt, Max Brisson (encore !), Bénédicte Darrigade, Pierrette Echeverria et Richard Tardits, ont raté plusieurs belles occasions de rire, lors de ce conseil municipal du 7 juin, même s’ils ont eu la chance d’échapper au numéro de l’austère-qui-ne-se-marre-pas, Guy Lafite, sur le budget. Heureusement, le toujours affable Michel Veunac s’est empressé de s’auto-féliciter : « En 2014, nous devions assumer l’héritage avec ce qu’il y avait de bon et de moins bon (Mouvement de tête). Dans la circonstance où nous sommes c’est un résultat qui est honorable (sourire béat d’autosatisfaction) ».

Mais c’est à propos du stationnement en ville que s’est produite une de ces habituelles parties de ping-pong verbal entre Jean-Benoît Saint-Cricq et Michel Veunac, qui a permis à Bisque, bisque, Basque ! de se rengorger. Le maire rappelle à son presque voisin qu’il ne dispose pas, lui, d’un parking. Avant, poitrine gonflée et regard vissé sur son interlocuteur, de proférer une complainte larmoyante comme il les aime : « Quand il m’arrive, une fois, de me garer devant chez moi, on me prend en photo et on me met sur Internet ».

On appréciera le « Une fois » très convaincant de celui qui se garait systématiquement sur le trottoir devant chez lui, jusqu’au jour où il a fait un grand couplet excédé sur les incivilités et a incité un citoyen à sortir son appareil photo. On mesurera aussi le sens des distances de celui qui nous gouverne. « L’été, je me gare à un kilomètre de chez moi ». C’est terrible tout de même ce truc qu’on appelle la démocratie et qui prévoit qu’un maire soit un citoyen soumis aux mêmes règles que les autres ! Heureusement, le très charitable Jean-Benoît Saint-Cricq s’est engagé à trouver un garage à louer pour le marcheur marathonien, avant de lui lancer cette petite pique : « ça vous évitera de vous mettre n’importe où et de vous faire tirer les oreilles ».

L’aumône faite à Borotra

Nous sommes donc tous rassurés de savoir que notre maire ne fera plus le trottoir désormais. Et comme Michel Veunac traverse visiblement une phase vertueuse, il a décidé de venir au secours d’un pauvre malheureux impécunieux, injustement malmené par des magistrats acharnés à sa perte, en demandant au conseil municipal de prendre en charge les frais de défense de l’ancien responsable de la police municipale Xavier Blaisot et d’un certain Didier Borotra, qui doit visiblement être soutenu par les services sociaux de la Ville, au vu de son dénuement.

Jean-Benoît Saint-Cricq s’étonne de cette décision que s’apprête à voter le conseil municipal : « Une prise de position de la Ville serait déplacée et mal ressentie par l’institution judiciaire. On ne respecte pas la neutralité qui sied dans ce type de contentieux ».

L’élève Guy Lafite, qui a bien révisé sa leçon, ne rate pas alors l’occasion de faire son intéressant : « La commune est tenue d’accorder sa protection au maire sauf si cette faute est détachable de l’exercice de ses fonctions » Pas un mot sur le malheureux Xavier Blaisot qui sert visiblement d’alibi dans cette affaire. Défendre un maire parce qu’un arbre est tombé sur un passant, c’est logique. Mais un maire qui fait annuler 4632 PV, est-ce au contribuable biarrot de payer pour sa défense ?

Bien que membre de la majorité, le très malin Hervé Boissier, ose la question qui fâche : « Est-ce qu’on peut dissocier les deux cas ? »

Et il faut voir le spectacle de Michel Veunac, se tortillant sur sa chaise d’embarras, tentant par des mouvements de tête saccadés de remettre sa mèche en place, et trouvant visiblement le temps très long. Avant de conclure, avec cet air docte et pontifiant, qui fait fondre les mamies biarrotes : « Nous ne prenons pas partie dans cette affaire »

Mais quel mauvais joueur de poker ! Bien sûr que si, et tout le monde le voit.

2 réflexions sur “C’est promis, Veunac ne fera plus le trottoir

  1. « un maire qui fait annuler 4632 PV, est-ce au contribuable biarrot de payer pour sa défense ? »

    Vous avez raison c’est une honte ! que des milliers d’euros soit gâchés au lieu d’être investis dans l’entretien de la voirie, des espaces publics, des crèches, des actions culturelles et sociales tout cela pour régler les frais de justice d’un édile au comportement non-éthique en 2016 est proprement scandaleux.

    On se croirait dans la France de Pompidou. Qu’ils ne s’étonnent pas de la montée de la fille le Pen ou du saccage des permanences socialistes : la colère gronde nourrie par des décennies de gabegies d’une classe politique parfaitement déconnectée du quotidien des citoyens de base.

    Mais enfin pourquoi est il si difficile d’avoir comme candidats (donc comme futurs élus) des gens normaux ?

  2. Trop c’est trop ! ….voila un Monsieur qui fait preuve de SOLIDARITÉ de tout bord ( voir même de bord de trottoir ) et que vous accablez sans vergogne… Car aider un « miséreux « ex sénateur-maire, président, -vice-président etc… n’est ce point faire preuve de générosité élémentaire? Se garer sur un trottoir pour montrer à ses administrés ce que l’incivisme a de gênant ….n’est ce point faire preuve d’exemplarité ?
    Courir les mandats -même bidons- pour cumuler quelques menus revenus….n’est ce point faire preuve de combativité ?
    Avoir une vision très personnelle du devenir de la Cité de l’océan….n’est ce point faire preuve de courage?
    Comment ne pas avoir de l’empathie pour un maire- élu contre son plein grè- à la fois Solidaire Exemplaire Combatif Visionnaire et Courageux…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s