Le rugby amateur froidement malmené

Maillots dépareillés SCUF

À droite, l’équipe juniors 1 du SCUF, club de troisième division de l’époque, en 1973. Trois anciens jeux de maillot noir et blanc sont utilisés pour « habiller » l’équipe. Depuis le rugby est devenu professionnel, l’argent coule à flots, mais le monde amateur n’en voit toujours pas la couleur. (Si quelqu’un me reconnait, il est fort!)

Les crimes parfaits sont toujours réalisés au cœur de l’été, quand le citoyen ordinaire jouit d’un repos bien mérité et prête moins attention à l’actualité. L’assemblée générale de la ligue nationale de rugby, qui s’est tenue samedi dernier, n’a pas échappé à la règle et le « gros pardessus » Paul Goze peut se féliciter d’avoir réussi, ni vu ni connu, un superbe hold-up en faveur de Canal plus, avec la complicité bienveillante d’un autre « gros pardessus » Pierre Camou.

Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt. Tandis que L’Équipe ou Midi Olympique se pâmaient sur la convention qui va désormais lier les clubs à l’équipe de France et permettre aux internationaux français de jouer à armes égales avec leurs rivaux (enfin !), aucun média ne semble avoir relevé le nouveau mauvais coup porté au rugby amateur.

Bien entendu, tout le monde a pleurniché sur la baisse des audiences dans les stades, tout en se gardant bien de poser les bonnes questions. Si l’impact est minime en Top 14, avec moins 1,5% de spectateurs par rapport à la saison précédente, il est très net en Pro D2 avec moins 7%, soit 1 197 000 de spectateurs évaporés. Voilà ce qui arrive quand on programme des matches le jeudi soir, au mépris des supporters qui travaillent et quand la Pro D2 devient la variable d’ajustement rugby de Canal plus, avec des matches le jeudi, le vendredi ou le dimanche.

La santé de la chaîne cryptée est précaire, tout le monde le sait, la clé sur la porte n’est pas loin, ce qui n’empêche pas la Ligue de se jeter tête baissée dans ses bras et de continuer à mépriser plus que jamais les « cochons de payants » qui ont encore des velléités d’aller au stade.

Un deuxième match de Top 14 le dimanche

Ainsi Midi Olympique (11/7), pas plus ému que cela par cette information pourtant désolante, nous apprend que pour la prochaine saison , deux blocs distincts seront formés entre la Pro D2 et le Top 14. Les jeudis et vendredis soir seront uniquement consacrés à la deuxième division de l’élite (Que les salariés se débrouillent !), et les samedis et dimanches exclusivement réservés au Top 14.

Et au passage, pour servir l’appétit sans limite de l’ogre crypté, la diffusion d’un deuxième match, le dimanche, sans doute à 14 heures, sera autorisé, tandis que celui offert aux téléspectateurs à 16 heures sera maintenu.

Vous l’avez compris, tout le rugby amateur dont le précaire équilibre économique tient grâce à la buvette et aux sandwiches vendus le dimanche après-midi, vient d’être balayé d’un revers de main, avec un mépris qui laisse pantois.

Alors pour être cohérents, suggérons à Canal plus, compte tenu de son aversion affichée pour le monde amateur, de cesser de fanfaronner avec son appellation « La chaîne du rugby » et de devenir « La chaîne du pognon ». Mais on vous le dit, tout va bien dans le meilleur des mondes ovales puisque les dirigeants de ce sport continueront à péter dans la soie pendant que les bénévoles s’esquinteront la santé à tenter de faire survivre le club de leur cœur, sans la moindre aide ni considération.

… Vivement un grand coup de balai à la Fédération comme à la Ligue !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s