L’inconscience des chaînes en blabla continu

Nombre de consultants des chaînes d’information en continu, pour justifier leur titre fort discutable de « spécialistes », se sentent obligés d’en rajouter et finissent par livrer des informations qui nuisent à notre pays.

Le 15 juillet au matin, France 2 présente aux téléspectateurs mal réveillés des images de l’attentat de Nice avec un homme légèrement blessé à une jambe, allongé à même le bitume à côté du cadavre de sa femme dissimulé sous un drap. Depuis la chaîne a présenté ses excuses pour l’incontestable atteinte à la dignité humaine subie par cette victime en état de choc et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a ouvert la voie à une procédure de sanction contre la chaîne publique.

Mais si tous les membres du CSA ne sont pas actuellement en train de se faire dorer au soleil, ils feraient bien de s’intéresser aussi aux chaînes d’information en continu, qui font souvent preuve d’une incroyable légèreté face aux événements qui nous frappent.

Être journaliste, c’est être responsable de ce qu’on écrit et des signaux que l’on adresse à la population. L’actualité se montrant moins dense, en ce début du mois d’août, les chaînes s’en donnent à cœur joie avec l’assassinat du prêtre Jacques Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray et multiplient les interventions de « spécialistes » ou prétendus tels qui, visiblement, ne réfléchissent guère aux conséquences de leurs propos.

Informations sur telle ou telle « messagerie instantanée » « très prisée par les terroristes et difficilement détectable par les services secrets », longues explications sur la façon de monter des sites fantômes qui disparaîtront avant d’avoir pu être détectés par la police, ou cartes détaillées sur les façons de rejoindre des filières clandestines à destination de la Syrie.

On imagine les conséquences de ces informations sur des jeunes gens tentés d’habiller leur mal-être aux couleurs du djihadisme !

Le journalisme consiste à raconter des histoires vraies. Mais, quand notre pays est « en guerre » si l’on se fie aux propos gouvernementaux, ou pour le moins en proie à des menaces terroristes répétées, le devoir de chacun est de faire attention à ce qu’il dit et ce qu’il publie.

La direction de France 2, qui a voulu ouvrir son antenne à partir de 0h30, le 14 juillet au soir après les attentats de Nice, reconnait avoir travaillé avec les journalistes présents, pas toujours spécialistes de ces questions, et s’être plantée. Mais les dizaines d’indications susceptibles d’aider des gens n’ayant pas de bonnes intentions à notre égard, que livrent chaque jour les chaînes de blabla en continu, que ce soit par inconscience ou pire pour tenter de retenir les auditeurs devant leurs écrans, me semblent d’une toute autre gravité.

On en finirait presque par préférer Jean-Pierre Pernaut, le présentateur de TF1, avec ses inusables lavandières de Perros-Guirrec ses reportages sur les nougats de Montélimar ou les protège-nougats du Sud-Ouest, en l’occurrence les espadrilles de Mauléon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s