Saint-Cricq débusque un nouveau lièvre

 

L’Hôtel du Palais a besoin de rénovations, mais est-il raisonnable, en l’état actuel des finances de la Ville, de cautionner un emprunt de 50 millions d’euros

Décidément, l’actualité ne connaît pas de trêve estivale à Biarritz. L’opposant Jean-Benoît Saint-Cricq, dont vous pourrez lire la réaction au feu d’artifice du 15 août, à la fin de ce post, vient de découvrir que la Ville s’apprêtait à cautionner un emprunt de 50 millions d’euros pour rénover l’Hôtel du Palais. Une imprudence totale, selon lui.

 

Nous voulons un referendum pour les emprunts du Palais 

« Comme deux groupes d’opposition vous l’ont indiqué dans Biarritz Magazine de juillet-août, le Maire qui est président de la SEM SOCOMIX qui gère l’hôtel du Palais, s’apprête à faire souscrire à cette société un emprunt colossal de près de 50 millions d’euros qui sera obligatoirement cautionné par la ville de Biarritz, afin d’effectuer les travaux exigés par son nouveau franchiseur le groupe  Four Seasons .

La promesse de voir passer le chiffre d’affaires de 20 à 30 Millions d’Euros sans disposer d’un prévisionnel précédé d’une étude de marché fiable n’étant qu’une promesse, le tout dans un contexte commercial dégradé, on peut craindre que la SOCOMIX soit rapidement en difficulté, alors que ne payant quasiment pas de loyer à la ville, elle peine à dégager un bénéfice.

Or, tout est déjà décidé, sans même un vote du conseil municipal. Alors même que la SOCOMIX ne gère pas une activité d’intérêt public (un Palace est-il un service public et pour qui?), on va souscrire le plus gros engagement financier que cette ville ait jamais pris, sans garantie de résultat.

Une faillite de la SOCOMIX nous rendrait redevables de sa dette. Notre endettement lié aux investissements passés est tel que nous sommes déjà sur le fil du rasoir. Si la fréquentation promise est identique à celle de la Cité de l’Océan, chacun peut imaginer la catastrophe.

L’équipe municipale n’ayant pas été élue sur ce projet, j’appelle à la mise en place d’un référendum d’initiative locale permettant aux électeurs, de décider de la mise en œuvre ou non d’un projet conformément aux articles LO1112-1 et suivants du code des collectivités territoriales. Ce référendum est ouvert à toutes les collectivités territoriales depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003 (art. 72-1 al. 2 de la Constitution). L’affaire est trop importante pour être décidée par un seul !« 

Jean-Benoît Saint-Cricq

Sur son site Internet (http://www.jbsaintcricq.fr) et sur sa page facebook, l’élu biarrot appelle à signer une pétition. L’occasion ou jamais de montrer au maire que même en août les citoyens restent vigilants.

Un feu d’artifice qui ne s’imposait pas

Juste avant que la police municipale, après concertation avec le maire, décide de ne pas exercer son droit de retrait, Jean-Benoît Saint-Cricq avait fait parvenir à Bisque, bisque, Basque ! son point de vue sur ce discutable feu d’artifice prévu le 15 août.

 » Le 9 août au soir le maire a convoqué les élus de l’opposition pour leur faire part de sa décision de maintenir le feu d’artifice du 15 août et il nous a donné les détails du dispositif. Le choix du maintien d’une telle manifestation est difficile. Il y aura beaucoup de monde et des familles avec des enfants. Dans le contexte actuel cette manifestation ne s’imposait pas. Les autorités ont considéré que la manifestation pouvait être maintenue, mais c’était avec la participation des effectifs de la Police Municipale. Si celle-ci fait défaut, tout doit être remis en cause.

Pour ma part, je considère que la position des fonctionnaires est légitime. Je suis favorable à l’armement de notre Police Municipale qui aurait dû être mis en œuvre dès le début de l’état d’urgence. Pour le 15 août ce sera trop tard, compte tenu des délais de formation. Mardi soir lors de la réunion des élus j’ai proposé que nos policiers, lorsqu’ils seront armés, soient munis d’une caméra vidéo enregistrant leurs interventions pour les mettre à l’abri de débordements.

Il ne reste plus qu’à souhaiter que tout se passe bien. « 

4 réflexions sur “Saint-Cricq débusque un nouveau lièvre

  1. tout à fait d’accord avec Mr Saint-Cricq et pour une fois pas du tout avec Mr Vioillier : encore une fois l’armement de la police municipale est une fuite en avant qui ne dissuadera aucun malade de passer à l’acte.

    On ferait mieux de s’inspirer de ce que font les pays du Nord où les prisons sont vides et les risques les mêmes que les notres : éducation + politiques sociales volontaristes + sanctions réhabilitatrices et pédagogiques à la place de la violence.

    Chez nous on meurt dans les commissariat pas chez eux. Lisez les rapports d’Amnesty International sur la France, c’est édifiant.

    • Mon cher Paul Bismuth,
      Décidément, vous êts presque aussi rapide que Speedy Nicolas pour réagir aux articles publiés. Je sais que ma position en surprend plus d’un. Mais pour moi, à situation exceptionnelle, décisions exceptionnelles. Votre comparaison avec les pays scandinaves ne me parait pas pertinente. Que diriez-vous si on envoyait nos soldats en mission au Mali ou ailleurs, vêtus d’un simple pagne et d’un lance-pierres? Derrière le débat sur la police municipale, il ne faut pas oublier qu’il y a des hommes qui n’ont aucune raison de vouloir se faire tirer comme des perdreaux. Là où Max Brisson a raison, c’est que l’État, pour faire des économies, s’est défaussé de ses responsabilités en laissant les villes monter des polices municipales et qu’on demande maintenant à ces personnes d’exercer des missions de police classiques… sans armes!
      Mais je ne suis pas du tout sûr d’avoir raison dans ce débat. Ne seriez-vous pas par hasard en train de respirer le bon air de la Côte basque? Le temps est idéal pour prendre un verre et discuter:-)

      • Bonjour Mr Vioillier,

        malheureusement non: je suis sous la pluie de mon pays du nord (peut être descendrais-je sur la côte un peu plus tard cet automne et ne manquerait alors pas de vous contacter afin de partager un bon verre si le coeur vous en dit).

        Etant pour la neutralité des pays (et donc contre l’armée, la guerre et la production d’armes, ce qui me navre car la France peut et devrait produire autre chose que des engins de mort) je ne suis toutefois pas angélique. Les pays ont besoin de défense intérieure (police, gendarmerie, renseignement) et extérieur (armée de défense et renseignement).

        Seul le niveau de formation, d’éducation permet à la population (y compris en sa portion la plus précaire et fragile) d’avoir conscience de ses actes. Si comme c’est le cas en France on ne fait principalement que du répressif (par ex. prisons surpeuplées, absences de soins etc), ne parle du soir au matin que d’autorité (cf Valls, Ciotti, et tous ces tartufes qui ne sortent qu’entourés de gardes du corps tellement ils sont faibles) alors notre pays ne produit rien qui élève, qui oblige.

        La punition injuste et brutale n’a aucune valeur pédagogique et ne permet pas de faire prendre conscience et d’espérer la non rechute dans la délinquance.

        Encore une fois Jean-Yves – et vous le savez comme moi – les attentats sont ignobles mais en rien ne sont un fait nouveau. Au 20e et 19e la société était bien plus violente qu’aujourd’hui mais l’information 24/7 nous donne le sentiment de peur et de dangers imminents (précisément ce que veulent les cinglés prêt à tuer et se faire tuer).

        Leurs motivations (religieuses donc passionnelles) sont au dessus de tout raisonnement rationnel et répondre à la violence par la violence ne sert strictement à rien (si ce n’est précisément à aller sur le terrain que que ces tarés veulent nous voir emprunter).

        Souvenez vous des mots du 1er ministre norvégien après le carnage de Anders breivik :
        «J’ai un message pour celui qui nous a attaqué et pour ceux qui sont derrière tout ça: vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur.»
        «Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance.»

        Si nous avions des hommes politiques dignes de ce nom ils se devraient de dire à la population que bien évidement les attentats sont difficiles à prévenir par nature, qu’ils font ce qu’ils peuvent dans les limites de l’Etat de Droit mais que sacrifier les libertés individuelles pour donner l’illusion de la protection (sans que cette dernière soit effective) revient à faillir dans une démocratie ou alors il convient de voter pour un régime fort mais une fois encore sans garantie de paix (cf attentats en Turquie, Russie etc).

        Enfin la violence des policiers en France est effrayante. Le niveau de formation pathétiquement bas (souvenez de ce que disait Coluche il y a quarante ans et qui n’a pas changé….).

        Alors pour une police irréprochable, zéro tolérance pour les bavures, de l’exemplarité, de la pédagogie sur le terrain en lieu et place de la répression OUI, mille fois OUI mais pas pour donner des guns à des petits cowboys de province (ou de paris d’ailleurs ;o)

        Je sais je cogne sec mais je vous livre le fond de ma pensée amicalement comme toujours.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s