Primaires : Tout faire pour pas que Sarkommence ? (3/3)

Nicolas Sarkozy, le président calme et paisible dont rêvent tous les Français pour 2017…

Rencontre inopinée avec un maire de la Côte basque pour qui j’éprouve beaucoup d’estime : « Il faut absolument aller voter à la primaire de la droite pour nous aider à nous débarrasser de Sarkozy ». Même raisonnement chez un couple d’amis de gauche : « Aucun doute possible pour nous, on participera à la primaire de droite. Parce que l’idée d’avoir un deuxième tour Nicolas Sarkozy-Marine Le Pen est insupportable ».

L’ex Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui roule pour Alain Juppé, ne dit pas autre chose lorsqu’il évoque « une élection présidentielle à quatre tours » Et pour ceux qui ont aussi une sensibilité de gauche et des sympathies pour l’écologie, ça devient une élection à huit tours ?

Aucune raison d’aller voter à la primaire de droite

Je déteste Nicolas Sarkozy, ses vantardises permanentes, son opportunisme idéologique, et son mépris de la loi quand ses intérêts personnels sont en jeu. Il est à mes yeux le pire président de toute l’histoire de la France et je trouve difficile de lui pardonner d’avoir accepté de l’argent de Kadhafi en 2007 pour financer sa campagne électorale (lire à ce sujet les excellents articles de Médiapart), de l’avoir laissé installer sa tente dans les jardins de l’hôtel Marigny, avant de le faire assassiner en octobre 2011. Et si par malheur les Français avaient le choix au deuxième tour de l’élection présidentielle entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen, je resterais insensible aux appels républicains de la droite et je voterais blanc, tellement je ne veux ni ne peux établir de distinguo entre l’original et la copie.

Mais malgré toutes ces perspectives peu réjouissantes, en aucun cas je n’irai voter à la primaire de la droite, pour trois raisons au moins.

– On ne peut pas déplorer les petites manœuvres des politiques, privilégiant leurs intérêts du moment avant leurs convictions et… faire de même en tant que citoyens. Signer une charte affirmant : « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre » me révulse, et tout autant l’idée de donner deux euros à un parti qui compte encore plus de ringards au mètre carré que la gauche.

charte-primaire-de-droite

– Avec des élections nationales ou régionales où le taux de participation n’arrive pas toujours à atteindre la moitié des électeurs inscrits, il ne me semble pas judicieux de multiplier les scrutins.  Les classes aisées – et politisées ! – se mobilisent pour les primaires, tandis que la majorité de la population s’en contrebalance totalement et ne voit pas l’intérêt de dépenser de l’argent et, éventuellement en province, de faire un long trajet pour ce vote. On en arrive donc à un résultat totalement anti-démocratique où une élite choisit les candidats pour lesquels le bon peuple devra se prononcer.

Une droite haineuse qui rêve de précarité pour tous

– Vous vous souvenez comment, en 2002, nous nous sommes tous mobilisés pour que Chirac soit élu face à Jean-Marie Le Pen. Est-ce que Chirac a tenu compte ensuite des votes de gauche dans la politique qu’il a menée ? Nullement ! Le débat de jeudi a confirmé ce que nous savons tous : si le PS est en état de quasi mort cérébrale, le parti Les Républicains est en décomposition avancée. Aller voter aux primaires de droite, c’est cautionner cette droite haineuse qui rêve de finir le massacre entrepris par Valls sur le code du travail, en instaurant la précarité pour tous, sauf pour les grands patrons. Que ce parti accouche au terme du processus des primaires d’un Nicolas Sarkozy, meilleure chance de victoire de la gauche, ou d’un Alain Juppé, à peu près aussi moderne qu’une De Dion-Bouton participant au Salon de l’Auto 2016, m’importe en définitive peu.

La droite aura le candidat qu’elle mérite et ne se gênera pas ensuite pour prendre en otages les citoyens de gauche ou de centre-gauche qui auront participé aux primaires.

Pour toutes ces raisons, les primaires, avec le dévoiement politique qu’elles impliquent, me paraissent d’une imbécillité sans nom. Imagine-t-on, en 1987, le Président François Mitterrand se soumettre à l’exercice des primaires avant de se représenter en 1988 ? Mais lui, contrairement à l’actuel Président de la république, savait parfaitement habiter la fonction présidentielle. C’est à chaque parti de prendre ses responsabilités et de désigner en bureau fermé son candidat sans se lancer dans ce grand barnum médiatique, antidémocratique et sans intérêt.

Et qu’on ne vienne pas me dire que les primaires sont modernes, puisque les États-Unis les appliquent depuis des décennies. Un système qui accouche, comme candidats ultimes de Donald Trump et d’Hillary Clinton ne peut que prêter à sourire… Ou à pleurer !

Lire aussi :

https://jeanyvesviollier.com/2016/10/14/primaire-de-droite-le-bal-des-ringards-13/

https://jeanyvesviollier.com/2016/10/16/primaires-tout-faire-pour-pas-que-sarkommence-33/

6 réflexions sur “Primaires : Tout faire pour pas que Sarkommence ? (3/3)

  1. le problème Jean-Yves n’est pas tant la primaire que les partis qui – quel que soit le système – trust les nominations et en particulier en France, placent leurs « fonctionnaires de la politique » (j’ai 47 ans et je vois Juppé depuis que je suis petit….).

    C’est désespérant car une primaire reste un exercice démocratique (même imparfait) mais ce sont les partis qui contrôlent le système (les 500 signatures sont quasiment impossibles à obtenir pour qui n’est pas adoubé par l’un des deux grands partis) et donc rendent les primaires une farce (nb aux USA le processus de primaire a aussi permis d’élire Obama que nous n’allons pas tarder à regretter je le crains ….)

  2. Bonjour,
    Je pensais que de résumer les primaires de droite à Juppé et Sarkozy n’était que l’apanage des « journaleux » parisiens bobos de gauche mais je vois que c’est le cas ici aussi et j’en suis étonné de votre part. Je vous conseille de lire juste le projet emploi de François Fillon (https://www.fillon2017.fr/participez/objectif-plein-emploi/) et pour connaitre pas trop mal ce sujet je peux vous confirmer que ce ne sont pas des idées utopiques, loin de là.
    Et pour l’ensemble de son programme économique les plus qualifiés d’entres nous sont obligés d’avouer qu’il tient plus que « pas trop mal » la route.
    Je vote pas pour un homme de gauche ou de droite, je vote pour une personne qui parle le plus logiquement et compréhensible possible.
    Je vote également pour une personne qui n’a pas de mise en examen, ni de condamnation ce qui met cet homme politique au niveau du citoyen lambda (même si je vous l’accorde on ne sait pas tout).
    Enfin, je ne crois pas que Mr Mitterand qui savait parfaitement habiter la fonction présidentielle (même si j’aimais bien le personnage et son intelligence) ai été un modèle d’exemplarité avec les affaire des écoutes de l’Élysée : affaire révélé en 1993, l’affaire des ventes dissimulées d’armes à l’Iran qui auraient alimenté les caisses du Parti socialiste entre 82 et 86, affaire de la Société générale en 1988, etc… sans parler de la Mazarine pour qui nous avons payé avec nos impôts sa sécurité, garde, éducation, etc…
    Et pour faire la parabole avec l’ovale, si je vais regarder l’Aviron et que l’autre équipe est bien meilleure et envoie beaucoup plus de jeu, ce n’est pas l’Aviron qui aura grâce à mes yeux mais bien l’équipe qui m’aura donner le plus de satisfaction. Peu être aussi que je suis plus ouvert et logique que chauvin…
    Bonne journée et bravo pour vos articles

    • vous avez raison sur la réduction de la primaire à un duel annoncé, mais ….

      par pitié : qu’a fait Fillon durant 5 ans à Matignon ? c’est le même qui se faisait offrir avec sa famille des séjours à l’hotel du Palais sous la mandature de Borotra dont vous nous vantez la probité ? Celui la même qui nous a donné un très beau spectacle avec JF. Copé autour de l’UMP ?

      De grâce amis de droite, soyez exigeants pour vous mêmes et ne visez que le meilleur. Fillon est un tocard comme tous ceux que nous avons vu sur le plateau (peut être à l’exception de NKM et encore…ego ego ego). A part la baisse des charges et virer des fonctionnaires – ce qui ne relèvra pas le pays – qu’ont-ils tous à proposer de pertinent pour l’époque qui vient?

      Je précise que cela vaut pour les candidats de gauche aussi …. désespoir

  3. Le problème de la primaire c’est qu’elle répond d’abord à un effet de mode et qu’on ne sait pas où cela va finir. Regardons la primaire socialiste, par exemple. Combien de candidats de l’aile gauche sont candidats déclarés à ce jour ? Filoche, Linemann, Hamon, Montebourg et j’en oublie peut être. Ne convient-il pas alors dans un souci démocratique bien compris d’organiser une primaire préalable entre eux afin de déterminer lequel aura l’immense privilège de représenter l’aile gauche du PS à la primaire de janvier prochain ? Bref, on se retrouverait avec une présidentielle à 6 tours…

    Maintenant une mode a été lancée et il va être dur de faire marche arrière. Les médias réclament la poursuite de débats qui font de l’audience (avec un peu plus de « sang » si possible).

    • Je ne pense pas que ce soit une « mode » mais bien la un souhait des citoyens de ne plus voir les partis vous imposer leur tocard (au sens hippique du terme) parce qu’il est franc-maçon ou énarque ou dieu ne sait quoi.

      la primaire est en soit très démocratique mais…. les parties la redoute et tente donc de trouver des parades car ce ne sont plus les « têtes d’affiches » qui seront systématiquement désignées comme cela était le cas jusqu’à présent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s