Une pauvre Motsch qui ne doute de rien

Question vacuité, Nathalie Motsch talonne de très près son maître à penser, Michel Veunac.

Décidément, ce n’est pas par hasard que Nahalie Motsch, en son temps, avait trahi son parti pour se jeter dans les bras de Michel Veunac : même goût pour la phrase creuse et ronflante et même incompétence politique ! Radiée des Républicains, puis réintégrée, l’adjointe à l’urbanisme annonce désormais sur tous les toits qu’elle veut obtenir l’investiture de son parti aux prochaines législatives et offre à Sud Ouest (15/11) une interview qui vaut son pesant de parpaings.

Comme les commerçants qui estiment que leur métier pourrait être le plus beau du monde s’il n’y avait pas les clients, la trépidante Nathalie semble penser que Biarritz serait une ville formidable s’il n’y avait pas tous ces pauvres. Ne paraissant pas connaître la loi obligeant à 20% de logements sociaux, celle qui se voit députée et qui a toutes les chances de finir… dépitée, annonce en toute simplicité « Il faut supprimer l’obligation de logements sociaux. C’est irréalisable ici. Il faut faire confiance aux élus locaux qui connaissent leur territoire ». Et pour complaire à Nathalie on pourrait peut-être aussi interdire aux moches de circuler dans la station balnéaire ?

motsch-01

La cour des grands est encore loin

La presque novice en politique qu’est Nathalie Motsch ne semble visiblement pas avoir compris que la baisse de la démographie est un problème prioritaire à traiter à Biarritz si l’on veut que des jeunes couples reviennent s’installer dans la Ville. Et que si le maire précédent n’avait pas gaspillé l’argent disponible dans des projets stupides et onéreux, il n’y aurait aucun problème pour faciliter l’accès au logement des plus démunis. Une ville comme Versailles, classée à 70% de sa surface, réussit sans problème à franchir la barre des 20% de logements sociaux, consécutivement à une forte volonté de la majorité municipale. Pendant ce temps-là Borotra bradait les logements sociaux à Erilia. Et Nathalie Motsch de faire semblant d’ignorer tout ce triste passé.

Il faut dire que l’ambitieuse adjointe n’en est pas à sa première sortie, elle qui avait estimé dans Biarritz Magazine que «   Biarritz est une ville jardin et Kléber devait s’inscrire dans cette continuité, car le projet défend l’idée d’une architecture non pastiche avec des formes innovantes ». Celle-là, il fallait oser !

Et cette prétention à vouloir être députée, quand on est tout juste capable de circuler dans la cour des petits laisse un peu rêveur. Que Nathalie Motsch prenne une fois le temps d’assister à une séance de l’Assemblée nationale et elle constatera d’elle-même qu’elle est loin, très loin, d’avoir le niveau requis si par inadvertance les électeurs manifestaient la folie de l’élire.

Mais de même que les dindes poussent rarement le vice jusqu’à plébisciter les fêtes de Noël, même si on les fait cohabiter avec des marrons, on se demande bien pourquoi les électeurs modestes s’enticheraient de quelqu’un qui les perçoit tout simplement comme des ennemis.

3 réflexions sur “Une pauvre Motsch qui ne doute de rien

  1. Je vous trouve extrêmement violent à l’encontre de cette femme de convictions. Vous ne les partagez pas et vous l’exprimez de manière peu subtile. De là à utiliser un ton méprisant ( « dindes », jeu de mots peu élégant sur son nom de famille; et j’en passe…) C’est votre parole que vous décrédibilisez en employant ces termes.
    En les temps qui courent, je trouve toujours courageux d’oser essayer de défendre ses idées , de se mettre au service de ses concitoyens. Ce genre de démarches m’inspire au pire le respect, au mieux de l’admiration.
    ne pas salir les bonnes intentions de gens talentueux, et la France s’en porterait mieux. j’ai tellement horreur des attaques personnelles.
    Et voilà pour la forme…
    Pour le fond, vous caricaturez ses propos de manière primaire. La penser « contre les pauvres », c’est ne rien entendre à la complexité des enjeux locaux. C’est méconnaitre la candidate qui a plus d’un atout dans son sac.

    • Contrairement à vous, j’imagine, je ne connais absolument pas Madame Motsch qui semble vous faire si forte impression. Je ne la juge donc que sur ses propos publics qui, depuis 2014, sont consternants, qu’il s’agisse de Kléber ou des logements sociaux. Et je trouve sidérant pour une juriste de vouloir s’affranchir des lois en vigueur dans notre pays. Refuser le logement social parce que c’est difficile, c’est quelque part afficher sa droite décomplexée et laisser passer le message subliminal « Salauds de pauvres! » qui devient de plus en plus récurrent et que je combattrai toute ma vie. Et quand je vois la même annoncer qu’elle vise l’investiture aux législatives, franchement j’ai envie de pouffer de rire, devant tant d’incompétence autosatisfaite. Qui pourrait rappeler à Madame Motsch qu’après la maternelle, il y a le cours préparatoire et quelques étapes encore avant de viser les grandes écoles?

  2. Ce n’est ni une intellectuelle de droite ni une affidée de la « droite décomplexée » , c’est une biarrotte « esthétisante » qui voit la pauvreté comme une tâche dans notre paysage privilégié sans pauvres, sans arabes, sans migrants … Elle ne les déteste pas et ne leur veut aucun mal , elle veut simplement qu’ils restent à « leur place » modeste, discrète, à Pétricot ou à Kléber, ou … encore mieux à Boucau ou Tarnos pour nous laisser avec nos bobos et nos happy few , dans notre société « idéale » , exclusive et paternaliste prête à leur jeter de temps à autres quelques restes de nos festins … Ne lui dites surtout pas que justice sociale et charité ce n’est pas la même chose elle ne le comprendrait pas …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s