Rabagny et compagnie le 9 décembre

Soirée hommage pour l’homme qui a enchanté Biarritz pendant plus de 35 ans…

invit_rabagnyHuit cent euros nets par mois, voilà ce que touche actuellement l’homme qui a tant fait pour Biarritz ! Chiffrera-t-on un jour l’argent que Robert Rabagny a fait gagner à Biarritz avec les événements qu’il a organisés pendant plus de trente-cinq ans ? Les grandes gueules sont souvent les plus pudiques quand il s’agit d’eux-mêmes, et il est clair que l’appât du gain n’a jamais été le moteur de l’animateur Rabagny, qui a exprimé de façon si singulière son immense amour pour sa Ville. Mais de là à se retrouver si bas…

« Monsieur Biarritz Bonheur » n’est pas seulement une biographie d’un personnage emblématique de cette ville, mais aussi un cri de colère de l’auteur contre les bassesses subies par Robert sans se plaindre, que ce soit sous Borotra ou sous Veunac. En 2014, la conjuration de médiocres propulsée à la mairie a décidé de se payer l’arrogant petit employé municipal qui a eu l’outrecuidance de soutenir Max Brisson pendant les élections municipales. Tous ceux qui n’ont jamais quitté le confort de leur douillet intérieur pendant les fêtes de fin d’année ont commencé par lui imposer de pointer quatre fois par jour (Demande-t-on au Père Noël de pointer ?). Puis on lui a refusé d’organiser Halloween – « Le Jardin public doit être réservé à la promenade des Biarrots ! » – avant de lui piquer sans vergogne ses idées. Pendant ce temps, au BO, on chassait sans état d’âme et sans même une cérémonie d’hommage la première mascotte du rugby professionnel, l’infatigable Géronimo, plus en odeur de sainteté politique, qui incarnait si bien le club. Et quand il est revenu au stade, on l’a encadré de deux agents de sécurité pendant tout le match.

Bassesses en séries

geronimo-001Puis on lui annonce qu’un comédien professionnel va être engagé à sa place pour Noël. Deux ans déjà que la nouvelle barbe blanche se contente de parader dans le petit périmètre des vanités de la Ville, en ignorant tous les quartiers périphériques que Robert avait à cœur de visiter !

Et quand l’homme, révolté par tant d’injustice, part en dépression et doit être hospitalisé, on lui propose de prendre une retraite anticipée pour raisons médicales. Le problème, c’est que Robert pour mieux pouvoir organiser les grandes compétitions de surf que tout le monde regrette a souvent pris des semaines, voire des mois à son compte. Il lui manque donc pas mal de trimestres pour prétendre à une carrière pleine et son éviction, à quatre ans de l’âge légal de la retraite, complique terriblement ses affaires.

Était-on vraiment obligé de le mettre sous les ordres de Claverie, alors que Peio et Robert ont du mal à se supporter ? Était-il nécessaire de le harceler systématiquement ? Ne pouvait-on pas, compte tenu de tout ce qu’il a apporté à Biarritz, lui demander de continuer à faire ce qu’il faisait si bien auparavant, jusqu’à l’âge légal de son départ, dans quatre ans. Voilà pourquoi Robert, mis en retraite d’office pour raisons médicales (Logique : à force de brimades, on rend malade quelqu’un et ensuite on le jette… puisqu’il est malade !) se retrouve actuellement avec huit cents euros de revenus par mois. Est-ce vraiment normal ?

Et vous découvrirez sans doute bien d’autres bassesses à la lecture de « Monsieur Biarritz Bonheur ». Décidé à se marier en 2014, Robert rêvait d’arriver à la marie avec le blazer officiel du BO, un blazer que le club lui a toujours refusé. C’est finalement Cécillon Puleoto qui lui prêtera le sien, tandis que Serge Blanco, à qui il avait demandé d’être son témoin de mariage, lui fera faux bond avec un cavalier « Je ne veux pas me retrouver dans la merde ». Savez-vous aussi que la médaille de la Ville qui lui avait été solennellement attribuée par Michel Veunac, en avril 2016 à l’occasion de la soirée de clôture de la Maïder Arostéguy Cup, lui a été reprise dans les coulisses par le maire « pour la faire graver ». Les graveurs doivent être rares sur la Côte Basque car sept mois plus tard, Robert n’a toujours pas revu sa médaille. Et l’on pourrait en raconter tout autant quand il était sous les ordres du « monarque » Borotra et que le poste de chef de bassin à la piscine municipale lui passait sous le nez…

Tous au Txik Txak !

Avec son grand copain, Soso Puleoto.

Pour toutes ces raisons, un hommage à cet homme exceptionnel s’impose. J’invite donc tous ceux que Robert a fait rêver à venir le remercier le vendredi 9 décembre 2016, de 18 à 20 heures, au restaurant Le Txik Txak, chez son ami Soso Puleoto. Et j’espère que pour une fois les Bayonnais, les Basques de l’intérieur et tous ceux qui aiment sa vision du rugby et son sens de la fête oseront s’aventurer jusqu’au parking d’Aguilera où se trouve le restaurant de l’ami Soso.

Bien entendu, vous pourrez vous faire dédicacer sa biographie (aucune obligation d’achat de votre part !), mais aussi boire un verre et admirer une exposition photos retraçant toute sa carrière. N’est-il pas plus que temps de rendre hommage à Robert et de marquer par notre présence notre désapprobation pour ce que on lui a fait subir ?

Personne ne sera chassé s’il vient saluer Robert sans avoir prévenu. Mais, pour des raisons de logistique, merci de me passer un petit mail si vous êtes sûrs de venir, en me disant combien vous serez. Vous nous simplifierez grandement l’organisation.

Mon mail : jeanyvesviollier@gmail.com

 La moitié des droits d’auteur pour Robert

Des actes plutôt que des paroles ! Les deux ans passés à fréquenter Robert m’ont convaincu de son altruisme et de sa générosité. J’ai donc décidé de partager avec lui  les droits d’auteur du livre, ce qu’il a eu du mal à accepter.

24 réflexions sur “Rabagny et compagnie le 9 décembre

  1. Salut mon ami, moi perso je serai là. Y’a pas de souci, tu ma fait vibrer à Biarritz, Anoèta, Toulouse ou Paris. Moi je t aime bcp. Bises a toi. Rdv le 9 decembre

  2. Un parti pris totalement assumé (et vous avez bien raison!), mais en quelques lignes, déjà quelques erreurs, il faut espérer que le livre en aura moins.
    En effet, par exemple, Robert travaillait avant avec des forains pour halloween, ce qui n’est à priori pas le cas de l’équipe en charge actuellement de cette fête à Biarritz.
    Aussi, ce n’est pas du tout un comédien professionnel qui a été embauché pour jouer le rôle du père noël, mais une personne que Robert connait bien (les fans du BO de très longue date aussi). Il s’agit d’un ancien joueur du BO, André Darrieussecq, qui fut ensuite électricien à la Ville de Biarritz avant de prendre sa retraite il y a quelques années. Bon, il s’agit aussi du père de la compagne du responsable de l’organisation, tant qu’à faire…

  3. Salut l’Indien, je ne serai pas là, mais de tout coeur avec toi dans cette histoire qui nous affecte tous ! Le rugby des copains et la politique ne font pas bon ménage, tu l’as sans doute appris à tes dépens; je ne fais pas partie de ceux qui t’adulaient car je fais partie des supporters du club  »d’en face », mais pour moi, tu as toujours fait partie du décor et toujours défendu ton club en toute légitimité et pour cela, je te voue le plus beau des respects; je te souhaite une longue et belle route, loin des tourments, et te souhaite également de beaux moments de bonheur avec le B.O, en attendant, peut-être un jour de retrouver de beaux derbys, car, je ne sais pas pour toi, mais, moi, l’ambiance (saine) des confrontations de nos villes me manque !! A bientôt – Fred

  4. Nous n’avons pas toujours été d’accord, mais tu es avant tout un ami d’enfance. Je serais là avec mes enfants. A bientôt l’indien.

  5. RIP Robert !!
    Tu trouveras ci-joint l’adresse des restos du coeur : 41 Rue de Jouanetote à Anglet
    Est-il possible de chiffrer le montant de son emploi fictif durant toutes ces années à la mairie de Biarritz?
    C’est pas parce qu’il organise 4 événements dans l’année qu’on lui doit tout !! Il était grassement rémunéré pour se mettre des grandes bières dans le cornet !!! Il se mettait des cartouches à l’œil ce pique assiette !!
    A fond avec toi aux municipales d’Anglet, vu que c’est ta nouvelle ville de coeur !!!

    • Pas de doute, vous manifestez une élégance rare. Vous êtes à l’image des politiques qui ont chassé Robert. Mais je ne doute pas que, tout comme lui, vous passiez quatre nuits dans le froid au moment de Noël.

    • J’admire l’élégance de vos propos et je suis persuadé que tout comme Rabagny, vous passiez vos nuits à faire le Père Noël. Mais visiblement vous préférez fustiger le lampiste plutît que dénoncer ceux qui se sont véritablement goinfrés à Biarritz, pendant des décennies. Je pense sincèrement que vous n’êtes pas à votre place sur ce blog et que vous feriez mieux de vous intéresser à d’autres publications.

  6. Macho un grand tres tres grand monsieur au service d une ville qui n a pas su le comprendre et l aider… Honte a ces politiques et surtout au comportement de Blanco plus occupé j’imagine a faire de bons repas que de prendre en compte cet enfant du pays ….Je te souhaite un bon rétablissement. Macho

  7. Macho . je ne savais pas a quel point tu étais dans la souffrance …. Je te connais bien et encore plus que bien . Tu as été le moteur de Biarritz des année 80 jusqu’à aujourd hui . Bien sûr on se souvient des 1er Arena surf master des Halloween des 1er match de rugby entre surfers et j en passe. Mascotte du BO tu as été en tout un précurseur Tu as été trahi par tes amis par les politiques qui t’ont bien fait trimer sans te donner a minima un job décent . Je suis de tout coeur avec toi Je t embrasse Robert

  8. Les années Rabagny , années les plus grandioses du BO ! Unique finale de HCup , à Cardiff , avec des supporters chauffer à blanc par sa seule fougue ! Des Anoeta et des Chaban Delmas inoubliables avec ses entrées dans ces stades en camionnette mémorables ! Une contagion pour nous faire aduler ce BO et tous ses joueurs légendaires qui lui doivent énormément en participant grandement à leur renommée bien au-delà de Biarritz ! Un dévouement sans pareil : Moi j applaudis à m en rompre les poignets! Chapeau MONSIEUR Rabagny ! J’ai suffisamment suivi le BO pour savoir tout ce que vous lui avez apporté. Sachez que chaque supporter d alors a votre nom gravé sur la médaille du coeur. L essentiel est là.

  9. IL est difficile de résumer votre  » protagoniste » en quelques lignes et pourtant ….. employé fictif durant des années, car occupé quotidiennement à ses hobbies annexes,,qui n’avaient rien de bénévoles et lui procuraient véhicule, avantages en nature et autres….. Ce personnage autocrate, misogyne, inculte et analphabète et se pensant tout puissant prenait plaisir à écraser, insulter son « petit » personnel avec une prédilection pour tous les bénévoles et la gente féminine (trop classe)

    Doté d’un unique certificat de MNS, difficilement obtenu après de nombreuses tentatives, il a simuler une maladie pour pouvoir « monter » à Paris pour un match du BO (oubliant qu’il y avait des caméras !!!, trop fort ! ) le sens du devoir….
    Energumène hurlant du haut de son camion, Geronimo de pacotille
    Aucun étonnement dès lors pour toutes ces inimitiés….juste un … » pourquoi si tard ??? »
    une remise à niveau, rien de plus.
    Votre Héros est notre Zéro

  10. Salut Robert. Je viendrai te faire un petit coucou et bien content que tous les jaloux restent chez eux. Tu es mon ami et tu t’es bougé pour cette ville qui m’a vu naître et grandir. Je me suis amusé et j ai beaucoup ri. Après tout quoi de plus merveilleux.

  11. Personne ne peut prétendre être parfait et il faut accepter que l’on ne peut pas plaire à tout le monde . Les gens aux grands cœurs seront souvent trahis par ceux qui n’ont pas fait grand chose d’originale dans la vie si ce n’est que de profiter de l’argent publique pour vivre une grande partie de leur vie , je parle d’homme politique ou de maire et qui surtout n’ont pas le cœur assez gros pour donner de leur personne et se dévouer aux autres

  12. Bonjour, mon commentaire est apolitique et retrace une expérience vécue, de quelques années, au contact de votre enfant du pays Biarrot ; né en Algérie et habitant à Anglet !!!!
    Je valide et complète le commentaire de Durand : Emploi fictif, butor imbu de sa personne à l’hygiène douteuse, ne sachant pas additionner 2 chiffres, dénigrant le maire en place, qui a, à de maintes reprises renflouer les comptes du BSF, je passe très vite sur les billetteries mises en place sur les différentes animations portées par Mr Rabagny et les points de boissons …..
    Un grand coeur et une dévotion à la hauteur de ce cabotin égocentrique.
    Gardez vos droits d’auteur Mr Viollier, vous les méritez pour avoir été abusé honteusement par le sommet de l’iceberg.

  13. Trop de politique dans le rugby ! C’est a cause de ca que le vrai Geronimo n’est plus avec le BO. Et aussi pourquoi le BO n’est plus dans le top 14. Geronimo était comme un emblême de la ville. Je ne serai pas la ( – j’habite maintenant en Californie), mais je tiens a remercier Robert .

  14. Robert a bien souvent été critiqué…peut être à juste titre je n’en sais rien…
    Mais je garde des années Surfing un impérissable souvenir d’un homme toujours souriant et entreprenant. Je suis loin du rugby et du BO mais le BSF fut une réussite qu’on lui doit, en tous cas, en partie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s