Antoine Descotte : « Ma boîte à Job, ça fonctionne ! »

ma-boite-a-jobComme si, en matière d’aide aux demandeurs d’emploi, il pouvait y avoir matière à rivalité, comme si toutes les idées nouvelles n’étaient pas bonnes à prendre ! Lorsqu’ils décident de monter une association 1901, en mars 2015, les membres du conseil d’administration de « Ma boîte à Job » Antoine Descotte, Yannick Broussé, Marie-Claire Sallaberry, Marie-Claude Albanesi, Cathy Biscay, n’imaginent pas une seconde qu’ils s’entendront dire un jour, de la bouche du directeur de Pôle emploi Bayonne : « Vous êtes clairement nos concurrents ». Tous, par leurs fonctions, sont au contact de chercheurs d’emploi en détresse et perçoivent bien une évolution du monde du travail que les institutions peinent à suivre. Directrice de Herrikoa, une structure de financement participatif au Pays basque, Marie-Claire Sallaberry constate que peu est fait pour aider ceux qui veulent lancer leur entreprise. Attachée parlementaire de Jean-Jacques Lasserre, Marie-Claude Albanesi décide elle aussi de s’impliquer mais se récrie contre un trop évident mélange des genres. « Ma boîte à Job n’est surtout pas une association politique, mais un outil destiné à aider ceux qui souhaitent retrouver du travail ».

https://www.facebook.com/maboiteajob/

Inspiré par la mission emploi de Drancy

ma-boite-a-job-02

Un conseil d’administration de « Ma Boîte à Job ». Yannick Broussé, trésorier, Antoine Descotte président, Cathy Biscay administratrice, Marie-Claude Albanesi secrétaire, Marie-Claire Sallaberry, administratrice et Carole Van Der Loo, administratrice et ancienne salariée.

L’idée de départ est simple « Le Pays basque compte majoritairement des petites entreprises. Nous essayons de mettre en adéquation l’offre et la demande en discutant longuement avec ceux qui recherchent du travail et en les accompagnant dans leurs évolutions ». Les fondateurs ont tous en tête l’exemple de la mission emploi fondée en juillet 2013 à Drancy et qui, aux dires de tous, est un beau succès et le travail effectué par Patrice Hiriart avec sa page Helpworker. Des bénévoles s’attellent au lancement d’une page Facebook qui met en avant des offres d’emploi, jusque-là restée anonymes. Avant d’être mises en ligne, ces offres sont vérifiées et analysées. Parfois, après un échange téléphonique avec l’entreprise, elles sont reformulées et, comme par miracle, le plus souvent la situation se débloque. Très vite la fréquentation des pages s’envole. En juin 2015, l’association reçoit ses premiers chercheurs d’emploi… et se retrouve très vite débordée par les demandes. Aujourd’hui, ils sont plus de 12 000 à avoir exprimé leur enthousiasme pour le travail accompli.

ma-boite-a-job-facebook

Une page Facebook très vivante et qui contient des pépites pour les chercheurs d’emploi.

La subvention de 7587,80 euros accordée par le conseil départemental a permis de recruter une personne bénéficiaire du RSA et une nouvelle à venir. Malheureusement du côté de la politique locale, malgré deux longs entretiens avec les 2 derniers présidents de l’Agglo et des promesses formulées à la fin de l’échange, c’est le bide. Comme si aider les gens à retrouver du travail n’était pas du ressort des maires qui devraient se contenter de subventionner les associations macramé ou pâte à sel de leur ville ! Le conseil d’administration de « Ma boîte à Job » déborde de projets comme des ateliers d’insertion où des personnes éloignées de l’emploi pourraient réapprendre les obligations quotidiennes liées au travail. Mais ce sont les finances qui ne suivent pas.

« C’est rageant, constate Marie-Claude Albanesi, car notre mise en relation des chercheurs avec les entreprises fonctionne. On en a fait la preuve ! ». La meilleure démonstration ? Des conseillers Pôle emploi dirigent en douce les chercheurs d’emploi dont ils ont la charge en direction de l’association. Tandis que le directeur de Pôle emploi, au lieu de se réjouir, grince des dents. Il ne doit pas savoir que, lors d’un récent sondage de BVA, huit Français sur dix ont estimé que le gouvernement n’était pas compétent pour réduire le taux de chômage.

 

Les coulisses de ce reportage

Au départ, un fervent lecteur de Bisque, Bisque, Basque ! Patrice Hiriart qui commente souvent les articles du blog et qui est passionné par le sport et la lutte contre le dopage. Lors de notre première rencontre, il me parle de sa page Helpworker destinée à aider les demandeurs d’emploi. La démarche me séduit et je suis intrigué quand il rejoint bénévolement Ma boîte à Job. Ne croyant que ce que je vois, je lui demande de m’organiser un rendez-vous avec les « inventeurs » du projet. Et là, joie rare du reportage, je tombe sur une démarche inspirée et généreuse, et je croise une équipe qui pétille d’intelligence. Bon, vous attendez quoi pour leur filer un coup de main d’une façon ou d’une autre ?

boite-a-job-super-travail

Une réflexion sur “Antoine Descotte : « Ma boîte à Job, ça fonctionne ! »

  1. Et pourquoi pas organiser une opération de crowdfunding afin de soutenir une belle initiative comme celle ci ? Au moins ne donnent que ceux qui veulent et avec un petit coup de pouce médiatique (par ex Sud Ouest, Semaine du Pays-Basque etc) alors on pourrait surement les aider !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s