Alexandre de La Cerda bien plus fort que Jésus !

Les royalistes du Pays basque ne reculent devant aucun sacrifice pour commémorer la disparition du roi Louis XVI. Ils se risquent même à déguster l’improbable « Chäteau Miller La Cerda ».

Petit rappel pour ceux qui ont redoublé leur première année de catéchisme : il y a quelques décennies, Jésus, un grand échalas maigre et barbu toujours flanqué de ses douze copains, adorait, de loin en loin, réaliser un petit tour de magie comme multiplier les pains ou marcher sur l’eau, histoire de faire marrer les filles et d’entretenir sa légende. Mais, selon la Bible, l’enfant de Marie, qui était un peu lymphatique, s’est contenté d’une trentaine de miracles, soit à peu près un par année d’existence. Tandis qu’au Pays basque, nous avons bien mieux avec un Alexandre de la Cerda qui, en toute discrétion, accomplit des miracles quotidiennement.

Heureusement, son comité de canonisation qui prie pour lui et intercède en sa faveur au Vatican pour lui décrocher la fameuse auréole, veille. Sans la vigilance de ces hommes pieux, Bisque, Bisque, Basque !, le blog qui adore mettre en avant la vertu et la moralité, aurait raté un article fort bien troussé de Sud Ouest signé Thomas Villepreux (18/1).

la-cerda-05-et-les-royalistes

Une tête à gagner l’auréole sans confession…

On y apprend qu’une trentaine de nostalgiques, adeptes du raccourci saisissant, fêtent chaque 21 janvier, dans un restaurant de Bayonne la mémoire du roi guillotiné Louis XVI, persuadés que la France irait bien mieux si une tête couronnée nous dirigeait. Monseigneur Aillet, convié à jouer avec ces grands enfants au « Premier qui rira sera décapité », n’a pu se rendre disponible et la vénérable assemblée a dû se contenter cette année d’un baril de prêtre ordinaire en la cathédrale de Bayonne, avant de festoyer.

Miller La Cerda, appellation d’origine incontrôlée

la-cerda-03-et-les-royalistesEt qui est le grand ordonnateur de la cérémonie, chargé d’établir le repas avec le maître queux et d’apporter son vin ? Notre faiseur de miracles quotidiens, Alexandre de La Cerda. En octobre 2016, l’homme qui se déclare sur les étiquettes de son dit-vin nectar « Château Miller La Cerda », propriétaire récoltant à Saint-Martial en Gironde, avait avoué à Bisque Bisque Basque !  avoir vendu toutes ses vignes en 2009.

(https://jeanyvesviollier.com/2016/10/31/le-chateau-mille-leurres-dalexandre-de-la-cerda/)

la-cerda-04-et-les-royalistesMais après tout, pourquoi être plus royaliste que le roi ? Si un amateur comme Jésus a réussi à multiplier les pains, il est bien logique que le très pieux Alexandre réussisse à multiplier le vin, et à le vendre quotidiennement, même si l’appellation reste d’origine un peu incontrôlée. Et question appellation, notre chroniqueur local en connaît un rayon, lui dont le patronyme officiel, si on l’en croit, est Von Miller de Roberty La Cerda Castro Cabrera Y Leuse (Sud Ouest, 5/4/2010). Un miracle généalogique de plus ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s