Contrat de Sophie Borotra : Veunac savait

Le maire de Biarritz nous a tous promenés. C’est Françoise Pautrizel qui l’affirme au tribunal. Et sans la panique d’un administrateur de la SEM, l’histoire aurait sans doute duré encore fort longtemps.

Deux ans déjà que dure l’opération d’enfumage…

Notre amuseur public, roi de la phrase creuse et ronflante, s’est surpassé depuis son avènement à chaque fois qu’il a évoqué la Cité de l’Océan. C’est entendu, Michel Veunac va « nous faire aimer La Cité de l’Océan », il a un « plan de relance » (qui a consisté surtout à taper les Biarrots, les instances départementales et régionales), et à l’en croire, au hit-parade des Cités naufragées, le bâtiment voulu par Didier Borotra se porte comme un charme.

Quand Sud Ouest, le 7 février 2015, annonce qu’une étude de « recherches d’économies » a été confiée à la société AGC de Sophie Borotra, Michel Veunac fait semblant de tomber de la vague : « Il y a eu deux études qui ont été financées, oui, mais elles font partie du passé (…) Moi, ce qui m’intéresse, c’est regarder devant ». Il est impressionnant, notre grand timonier.

( https://jeanyvesviollier.com/2015/02/08/la-tres-voyante-cecite-de-veunac-et-lafite/)

Quelques mois auparavant, le nouveau maire avait longuement développé en conseil municipal son « plan de relance » pour la Cité de l’Océan et les économies qu’il comptait faire. Mais, – C’est bête ! – ce grand pudique de Michel s’est bien gardé de préciser que cette mission allait être confiée à Sophie Borotra, un nom qui aurait pourtant certainement beaucoup intéressé l’assistance.

Des mensonges éhontés

Aucun doute n’est possible : dans cette affaire, le maire de Biarritz a délibérément menti. Et ce n’est pas Bisque, Bisque, Basque ! qui l’affirme, mais Françoise Pautrizel, la directrice de l’époque de la Cité de l’Océan, à la barre du tribunal correctionnel de Bayonne où elle a comparu mardi dernier en compagnie de Sophie et Didier Borotra. Si la récente retraitée persiste à affirmer qu’elle n’avait pas informé Didier, son patron, de l’engagement de sa fille Sophie, elle est très catégorique lors de son audition par la police sur ce qui s’est passé ensuite : « Elle se souvenait en avoir parlé à Monsieur Veunac quand il est devenu PDG de la SEML Biarritz Océan à la suite de son élection à la mairie de Biarritz. L’éventualité d’une infraction pénale pour la signature de ce contrat et de cet avenant (35 000 € pour ceux qui ont oublié !), vu le lien familial entre M. Borotra PDG de la société et Sophie Borotra ne serait venu ni à l’esprit de Madame Pautrizel, ni de Sophie Borotra, ni de Monsieur Veunac. Ce point n’aurait été évoqué par personne ».

Oh la belle démonstration que voilà, prouvant que non seulement Michel Veunac ment mais qu’il est aussi incompétent puisqu’il dirige la Ville sans avoir la moindre notion de ce qu’est une prise illégale d’intérêt !

Un gentil renvoi d’ascenseur

À moins, à moins, diront les esprits chagrins et les Biarrots qui ont la mémoire longue, que notre bien aimé maire ne se soit livré à un de ces gentils renvois d’ascenseur qu’affectionnent les politiques. Tout le monde se souvient du soutien non négligeable apporté par Didier à Michel pendant la campagne des municipales. Le procureur de son côté a souligné un étonnant concours de circonstances. Le nouveau contrat de Sophie Borotra a été signé quelques jours avant le retrait de la vie publique de son père. Michel Veunac savait donc dès son avènement mais s’est bien gardé de bouger, en affirmant s’intéresser à l’avenir plutôt qu’aux deniers évaporés des contribuables biarrots, ce qui est pourtant son rôle.

Mais il y a mieux encore. Sophie Borotra serait sans doute encore aujourd’hui une consultante camouflée de la Cité de l’Océan, sans la panique d’un administrateur et sans le journal Sud Ouest qui dans cette affaire nous a fait économiser des sommes non négligeables. L’histoire mérite d’être contée.

Panique à bord !

C’est un membre du conseil d’administration de la SEM qui, voyant passer ces peu protocolaires contrats signés avec la fille de l’ancien maire, commence à se dire que tout le monde peut finir en prison avec ce type d’embrouille. Le grand argentier Guy Lafite, lorsqu’il avait été interrogé sur le contrat de Sophie Borotra, avait botté en touche, ce qui avait fait sourire : «  Je ne suis pas au courant de ce contrat. En tant qu’administrateur de la SEM, je ne suis pas tenu de rentrer dans le détail de sa gestion ». La rumeur publique affirme pourtant qu’après en avoir longuement parlé à ses troupes, fort divisées depuis, et avoir livré en public ses états d’âme, ce très bon connaisseur de la vie publique a décidé, alors qu’un renouvellement de contrat est en préparation, de refiler le paquet cadeau en douce à Sud Ouest.  Un acte citoyen qui honore son auteur mais que l’intéressé va sans doute s’empresser de démentir, alors qu’il devrait en tirer gloire et mérite des félicitations. Et cette rumeur est évidemment totalement impossible à vérifier, car je suis trop respectueux du secret des sources pour aller demander quoi que ce soit à Sud Ouest. L’essentiel n’est pas là. Grâce à cet article, la collaboration entre la SEM et Sophie Borotra a cessé et d’un seul coup il n’a plus été question de recherches d’économies.

Pourquoi la SEM n’est pas partie civile ?

Se pose maintenant la question de la restitution de cet argent à la Ville, s’il a été indûment perçu. Ma constitution de partie civile a été jugée irrecevable par le tribunal puisque je n’ai pas subi de préjudice direct. Peu m’importe, puisque l’affaire est devenue publique, ce que je souhaitais. Mais le procureur Vuelta Simon s’est étonné à l’audience : « Je regrette que ni la SEM ni la ville de Biarritz n’aient demandé sa constitution de partie civile » Parce que les deux entités ont décidé de ne pas faire de vagues, ce qui s’impose Cité de l’Océan ? Parce que le maire connaissait trop bien l’histoire et n’a pas jugé bon d’avoir accès au dossier ? Parce qu’il est embêté de demander à son mentor de restituer l’argent indûment perçu ? On n’en sort décidément jamais de ces copinages et coquinages qui font que les politiques deviennent la profession la plus détestée des Français !

À suivre :

On ne réveille pas une opposition qui dort

Une réflexion sur “Contrat de Sophie Borotra : Veunac savait

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s