On ne réveille pas une opposition qui dort

Fidèle à son habitude, l’opposition s’est montrée particulièrement prudente dans l’affaire Sophie Borotra. Surtout pas de vagues, ce qui s’impose pour la Cité de l’océan.

S’opposer, ou ne pas insulter l’avenir et finir sur les genoux de Veunac ?

Heureusement que Michel Veunac compte quelques sympathiques trublions dans sa propre majorité, car sans eux son actuel mandat finirait par ressembler à un séjour en camp de vacances. En dehors de Jean-Benoît Saint-Cricq, qui à chaque conseil se montre mordant et incisif, c’est peu dire qu’entre les absences réitérées des uns, la détestation visible du job d’opposant des autres et le souci de tous de ne pas insulter l’avenir, l’opposition biarrote n’a guère brillé de mille feux depuis 2014.

Max Brisson s’indigne de cette affirmation : « C’est vrai que nous avons flotté au début, mais lors de l’élection des délégués à l’EPCI nous avons su nous rassembler pour présenter la candidature commune de Jean-Benoît ». Le fait ne souffre d’aucune discussion, surtout face au pitoyable spectacle offert par la majorité. Mais, pour l’observateur passionné de la vie politique locale, le malaise persiste sur le fonctionnement de l’opposition. Entre les alliances de circonstance au moment des départementales et des régionales, les déclarations de Michel Veunac affirmant qu’il veut se débarrasser de certains indésirables de sa majorité et ouvrir sur sa droite en 2020, on a vraiment l’impression d’être dans ce détestable entre-soi que la population reproche aux politiques. Surtout s’attaquer à mots couverts et à fleurets mouchetés, fermer les yeux sur certaines petites dérives qui pourraient aussi survenir dans son propre camp le jour où l’on redeviendra la majorité et se garder de toute parole qui pourrait compromettre son plan de carrière politique et revenir en boomerang en 2020. L’affaire Sophie Borotra en est un saisissant exemple.

Un très grand sentiment de solitude

Pendant deux mois, après la lecture de l’article de Sud Ouest du 7 février 2015, j’ai attendu. Quelques échanges téléphoniques passés les jours suivant m’avaient permis d’en savoir un peu plus et de vérifier que le quotidien régional disait vrai. Chaque matin j’ai espéré, espéré, en me disant : « Mais il y en a bien un qui va se réveiller et faire le job! » Peine perdue. C’est le 7 avril 2015 exactement, quand j’en ai eu marre de jouer à sœur Anne qui ne voit rien venir que je me suis décidé à contacter Maître Malherbe et à rédiger une plainte destinée au procureur. Ce n’est pas une décision simple à prendre. Je suis retraité désormais avec des moyens limités et je n’ai plus la machine de guerre du Canard enchaîné derrière moi. Et face à une ville comme Biarritz, je deviens un lanceur d’alerte qui risque d’y laisser des plumes financières, comme le prouve la demande de dommages et intérêts de Didier Borotra, formulée à mon encontre et heureusement rejetée par le tribunal. Même pas peur, même pas mal! Ton opération intimidation est ratée, Didier.

Après le dépôt de plainte, de nombreux mois se sont écoulés. J’ai pensé un moment que le procureur allait classer sans suite. Dans une petite ville comme Biarritz, il est difficile de ne pas se rencontrer et j’ai croisé à de nombreuses reprises des élus, en particulier de l’opposition. Je leur ai raconté ma démarche. Ils ont hoché la tête silencieusement et ne m’ont pas offert le moindre soutien. Ou m’ont dit, comme Richard Tardits, que j’apprécie beaucoup par ailleurs, « Mais c’est de l’histoire ancienne ! » Qu’on m’explique à quoi sert une opposition qui ne s’oppose pas et qui ne s’estime pas gardienne des deniers publics ?

Une Justice et un avocat qui ont du cran

En octobre, divine surprise, avec la convocation devant le tribunal de Didier et Sophie Borotra ainsi que de Madame Pautrizel. La Justice a fait son travail. Maître Malherbe me conseille de me porter partie civile, ce que je ne souhaite pas car j’estime que je vais au-delà de mon rôle de journaliste. Chevaleresque, il me propose même de défendre gratuitement le parti l’association ou l’élu qui reprendra le flambeau et se portera partie civile à ma place. Je le remercie chaleureusement, persuadé qu’avec mes amitiés politiques et un dossier aussi édifiant que celui-ci, je vais trouver sans peine un preux chevalier, défenseur des contribuables lésés. Un mois de démarches usantes où tout le monde me promène à qui mieux mieux avant d’esquiver. Cette fois je rédige une lettre destinée à tous les élus de l’opposition où je leur demande de prendre mon relais.

 lettre-a-lopposition

 

Pas un mot, pas un coup de téléphone, pas un mail, comme si cette demande provenait d’un empêcheur de pantoufler en rond. Max Brisson nuance : « C’est faux ! Nous nous sommes réunis pour convenir de la conduite à tenir après votre lettre et Jean-Benoît Saint-Cricq a été chargé de poser une question en notre nom à tous ».

« L’un de vous aurait peut-être pu m’écrire ou me téléphoner pour m’informer ? » Silence.

Max Brisson affirme que l’opposition va suivre le dossier. « Si la famille Borotra est condamnée, nous demanderons le remboursement des sommes perçues ». Sachant que le jugement sera rendu le 28 mars et qu’il ne fait guère de doute que Didier Borotra fera appel s’il est condamné, comme il l’a fait pour l’affaire des PV, voilà qui nous reporte sans doute à 2019. Et à ce moment-là, on nous expliquera qu’on ne peut pas agir à cause de la proximité des élections municipales, car ce serait pris pour une manœuvre politique ?

Le Mémorex est un très bon médicament pour stimuler la mémoire. Je ne saurais trop conseiller aux Biarrots une cure suivie jusqu’en 2020, date des prochaines élections municipales, pour qu’ils n’oublient pas l’attitude de leurs élus qui quelques semaines avant la date fatidique ne manqueront pas de soudain s’intéresser à eux et de leur distribuer des tracts leur promettant monts et merveilles.

anticor

Anticor ou Anti-courage fuyons ?

Je n’avais pas le moindre doute, l’association « Anticor », contre la corruption et pour l’éthique en politique, allait se ranger à mes côtés dans ce dossier. Mi-octobre, je contacte le siège national qui me demande de me tourner vers le référent régional, Monsieur Alain Lacassagne. Je lui envoie un mail détaillé et il me répond qu’il est actuellement débordé, ce que je comprends très bien. Ne voyant rien venir dans les deux mois suivants, je découvre que mon interlocuteur qui est si fier dans les dîners en ville de son appartenance à Anticor, est architecte, résident bayonnais, centriste impliqué en politique et… travaille avec la ville de Biarritz sur l’aménagement de logements sociaux.

Furieux de son silence et ayant l’impression de m’être bien fait promener, je me tourne à nouveau vers le siège de l’association, demandant à avoir un nouvel interlocuteur. « Monsieur Lacassagne est quelqu’un de très bien, qui sait faire la part des choses entre son métier et son appartenance à notre association ». C’est évident ! Et quand je demande si l’association est prête à se porter partie civile dans l’affaire Sophie-Didier Borotra : « Oh, ça ne se fait pas comme ça ! Notre conseil d’administration se réunit tous les trois mois et décide à ce moment-là ».  « Donc, vous vous réunirez en mars 2017 pour un procès qui va avoir lieu le 31 janvier 2017 ? » « Absolument ! ». Voilà de l’efficacité citoyenne !

 Lire à ce sujet, le témoignage d’Agnès Gouinguenet :

https://blogs.mediapart.fr/agnes-gouinguenet/blog/120416/pourquoi-jai-demissionne-danticor

2 réflexions sur “On ne réveille pas une opposition qui dort

  1. Décidément, que l’on soit du Sud , du Nord, de l’Est ou de l’Ouest de la France, Basques ou Bretons, les pratiques politiciennes désintéressées de la vie des citoyens se renouvellent constamment!

    A l’évidence les procédures interminables, pour peu, voir pas du tout de résultat , n’encouragent pas non plus les citoyens contribuables à s’insurger contre toutes formes d’abus de pouvoir, dont jouissent certains élus du peuple .

    Faut il encore croire à une justice qui fini par vous donner raison , sans l’octroi de la moindre réparation au regard du préjudice réellement subi ?

    A l’expression d’un coût d’ Etat Institutionnel, nous favoriserions volontiers, un projet de loi porté par les « Trois ON » Lois, ( FILLON, MACRON,HAMON) favorables à l’abolition des privilèges.

    Visiblement, à la lumière de faits nouveaux d’exaspération de la population, il semble encore possible d’espérer le retour à une forme de protection du citoyen conforme à ce que notre constitution a voulu de plus noble et vertueux!

    • PIERRE
      Votre commentaire est en attente de modération.
      le 07/02/2017 à 17:08

      Après le Conseil d’ état, j’essaierai bien la Cour Européenne !
      Bof , Qui a dit Tu es Pierre , et sur cette Pierre je bâtirai mon église!
      Alors peut être? Si par chance je trouvais l’avocat » bon samaritain » qui par miracle accepterait gracieusement de me représenter? Comme Paul Bismuth, je serais ravi qu’aux frais de l’état ma requête puisse être défendue.

      Ne rêvons pas, le citoyen Lambda ne bénéficiera jamais de l’égalité de droits , sauf à croire en l’abolition des privilèges dont les « ON, lois, Fiilon, Macron, Hamon » ne semblent pas disposés à s’en pré- occuper……..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s