Cassez-vous et cachez-vous, Monsieur Fillon !

Quand on entend la défense de son entourage sur les « bonnes familles », on est fier de faire partie des mauvaises familles…

La position de François Fillon, assiégé de toutes parts, est intenable…

Chaque soir, au moment de s’endormir, cette question récurrente : est-ce qu’au début de l’année 1789, la noblesse française, face au tiers état, faisait preuve de la même morgue, de la même arrogance, de la même inconsciente désinvolture qu’une partie de cette classe politique française, qui campe actuellement sur les plateaux de la télévision française pour justifier l’injustifiable et le million d’euros d’argent public encaissé par la famille Fillon ?

Le beau regard franc du collier de Messire Gérard Longuet.

Prenez par exemple messire Gérard Longuet, ce jeune gandin qui dans sa folle jeunesse au quartier Latin s’amusait avec ses copains d’Occident à redresser idéologiquement les gauchistes à coups de barre de fer. Le seigneur de Lorraine explique sur BFM qu’il est tout à fait normal de salarier ses enfants, quand on est sénateur, même s’ils ne sont pas tout à fait avocats : « Ce sont des choses qui arrivent dans toutes les bonnes familles ». Effectivement, s’il faut maintenant perdre son temps à se justifier pour des foucades à 4 000 € d’argent de poche, où va-t-on ? Et si on empêche le connétable de la Sarthe (qui ne gagne guère à être connu !) pour un million versé indûment à sa famille de se présenter à la fonction suprême, nul doute que notre pays est foutu !

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/fillon-emploie-ses-enfants-une-chose-qui-arrive-dans-toutes-les-bonnes-familles-selon-longuet-909243.html

 Manant de père en fils depuis des siècles, je suis ravi d’avoir enfin compris ce qui sépare en France les bonnes familles des mauvaises familles, grâce à cette affaire.

– Dans les bonnes familles, on pense sincèrement que le pain au chocolat que la bonne va acheter coûte quinze centimes tandis que dans les mauvaises familles on le regarde dans la vitrine en trouvant qu’il est bien cher.

– Dans les bonnes familles, on fait appel aux amis entrepreneurs pour trouver un stage aux enfants, tandis que dans les mauvaises on se retrouve dans le meilleur des cas à compter les poches plastiques utilisées chez Auchan ou à ne pas valider ses diplômes faute d’employeurs complaisants prêts à vous offrir un stage.

– Dans les bonnes familles, on poursuit ses études paisiblement et on obtient des séjours Erasmus, tandis que dans les mauvaises, on multiplie les petits jobs à douze euros de l’heure tandis que, comme par hasard, votre dossier n’est jamais complet au moment de partir étudier à l’étranger.

– Dans les bonnes familles on envoie les enfants dans les meilleures écoles privées pendant que les élèves des mauvaises familles, ces sots qui veulent singer l’aristocratie, rêvent de métiers auxquels ils ne peuvent accéder (4 à 6 000 euros l’année pour une école de journalisme !) preuve de la faillite de notre système républicain.

 – Dans les bonnes familles, on n’hésite pas en tant que maire à faire employer sa fille par l’entreprise que l’on dirige avant d’expliquer à la Justice qu’on ne savait rien ou à la salarier comme assistante parlementaire quand elle décide de vivre en Amérique du Sud. Dans les mauvaises familles on espère bêtement un contrat précaire et rêve de décrocher le graal, un CDI.

– Dans les bonnes familles, la main gauche doit ignorer ce que fait la main droite, celle qui trempe dans le bénitier, et on sourit en voyant un ministre socialiste chargé de faire la chasse aux fraudeurs, détenteur de comptes offshore. Dans les mauvaises familles, on se fait plumer par son banquier au moindre déficit et on ignore ce qu’est un compte en Suisse.

– Dans les bonnes familles, on vous explique qu’il est normal que votre épouse, qui n’a ni badge, ni mail professionnel et se contente d’un service de pigeons voyageurs entre Paris et son château de la Sarthe, touche plus que le député qui vous a remplacé. Dans les mauvaises familles, on reste sans voix devant tant de mauvaise foi.

– Dans les bonnes familles, on considère comme négligeable une somme d’un million d’euros et on fait la morale aux manants qui ne gagneront jamais cela de leur vie en leur expliquant qu’il ne faut pas jeter le quignon de pain dur et le consommer le lendemain dans la soupe.

Obscène !

Alors oui, Monsieur Fillon, vous qui voulez devenir le seigneur et maître de tous les Français, je vous avoue que je m’honore depuis que votre affaire est sur la place publique de faire partie des mauvaises familles.

– Fier dans cette mauvaise famille d’un grand-père qui donnait à un châtelain oisif comme vous la moitié de sa récolte de métayer et qui, ancien maire de son village, n’hésitait pas, à quatre-vingt ans passés, à prendre son tracteur pour aller déverser du fumier devant la sous-préfecture.

– Fier , dans notre maison où il n’y avait pas grand-chose, de la ronéo familiale qui permettait à mon père d’exprimer ses profonds sentiments anticolonialistes pendant la guerre d’Algérie et de distribuer des tracts de son cru.

– Fier de mon frère, instituteur puis directeur d’école. Jeune retraité, il a réussi tout au long de sa carrière à ne jamais prendre un seul jour d’arrêt, même quand il y avait droit au moment de la naissance de ses filles, simplement parce qu’il pensait que les enfants dont il avait la charge seraient pénalisés.

– Fier d’être membre de cette mauvaise famille et de n’être pas devenu, grâce à ma génétique familiale, un cireur de pompes de la classe dominante en place…

Monsieur Fillon n’avez-vous pas conscience d’être obscène avec vos pitoyables dénégations, vos demi-vérités, et vos dénonciations, qui ne dupent personne, d’un complot universel contre vous ? N’êtes-vous pas peiné, tout comme le manant que je suis, pour tous ces vrais assistants parlementaires, tous ces militants sincères, tous ces élus remarquables que vous salissez avec votre morgue et vos approximations ? Ne comprenez-vous pas qu’à force de vouloir, à gauche comme à droite, conserver vos privilèges à tout prix, vous allez soit propulser Marine Le Pen à la tête du pays soit provoquer une insurrection nationale ? Il y a deux siècles, la noblesse se reconnaissait à ses particules. Maintenant la nouvelle noblesse se reconnaît à ses mandats électoraux et à ses casseroles.

Alors, Monsieur-la-vertu, Monsieur le donneur de leçons de morale, Monsieur l’abonné du premier rang à l’église locale, renoncez à la présidentielle dès aujourd’hui, cassez-vous, et allez-vous cacher dans votre si joli château de Solesmes, qu’en magnifique hypocrite vous qualifiez de maison quand il s’agit d’être élu par le bon peuple. Et, en attendant que vous rendiez l’argent, estimez-vous heureux si les manants, comme en 1789, ne montent pas à l’assaut de votre château en cherchant à mettre votre tête au bout d’une pique.

Jean-Yves Viollier

10 réflexions sur “Cassez-vous et cachez-vous, Monsieur Fillon !

  1. Nul doute que ce soir, à l’inauguration du local du PCF Bayonne Anglet Biarritz Ustaritz, au quartier St Esprit, il sera question d’argent ! Cet argent qu’il aura fallu collecter auprès des adhérents et des sympathisants pour que notre parti puisse se donner les moyens d’exister et d’être toujours présent pour la défense de celles et ceux qui, bien que créant la richesse du pays, n’en profitent pas. FILLON et les siens ne sont pas « partageux ». Cette triste affaire devrait pousser les citoyennes et citoyens à opérer des choix conformes à leurs intérêts et à ceux de la jeunesse. Il n’est pas interdit de rêver et bien sur de tout faire avec le PCF pour que cela change en profondeur.

  2. Si seulement tout ce bazar pouvait cesser …et qu’un véritable homme politique prenne la main et nous redonne l’envie de croire que la démocratie , la vraie , n’est pas encore morte ! Espérons seulement que la sagesse – ou la colère – populaire pourra encore faire le ménage,le tri,et installer aux manettes un véritable décideur animé par le sens de l’intérêt général ….sinon faudra bien ,à un moment ou un autre, « relever la mêlée « 

    • Tarata

      NON, Madame et Monsieur FILLON, vous avez joué l’ argent public, et vous l’ avez perdu !..

      Vous et votre caste dépravée.représentez la faillite de la France .

      Merci de reconnaître vos mandats successifs, comme des échecs pour notre Pays ne méritant donc aucune récompense, encore moins vos primes de Noël perçues légalement , dont des millions de travailleurs pauvres , indignés de votre train de vie, voudraient vous voir les restituer.

      Autant de biens mal acquis resteront à jamais dans nos mémoires d’électeurs.

      Conscients des dégâts causés par votre politique de privilèges, nous osons croire de vos successeurs, une prise de conscience et moralité réelle et sérieuse dont celle du Général de Gaulle nous a prouvé, »oh combien » , il serait encore possible d’y croire .

  3. certains vont même jusqu’à dire « élections piège à cons » ….. mais à défaut de voter pour le meilleur, tâchons d’élire le moins mauvais…

    je sais cela ne fait pas rêver mais évitons à notre pays Le Pen et ce sera déjà un moindre mal…

  4. J.Y.V. Je suis fier et content de pouvoir vous suivre sur le net, je pense faire partie de votre famille, celle qui a de l’honneur, de la dignité et le respect de l’autre… Loin de tous ces voyous politique !!!!Qui nous méprisent…

  5. RIEN à ajouter … bien que j’en sois à ma 3ème lecture !
    Tout est si bien dit (et commenté !) que je crains seulement de voir ressortir les piques et les fourches ;-(((
    Nous n’en sommes plus là, en principe (!) mais va savoir lorsque les URNES ne servent plus qu’à élire LE MOINS PIRE !
    Le VOTE BLANC n’étant, pour moi, qu’une insulte à la Res Publica qui a réussi à l’obtenir (sans toutefois le décompter !) … il en faudra BIEN UN à l’ELYSEE !
    QUI ? Là est toute la question qui nous taraude (littéralement !) au fur et à mesure des révélations et de l’approche de la date qui devient, ce faisant, FATIDIQUE comment rarement elle l’a été ;-(((
    Continuez Jean-Yves VIOLLIER, à EXPOSER et COMMENTER la Vérité … celle qui pourra peut-être éviter à notre PAYS la cata FHAINE … ce que je redoute comme beaucoup … PLUS QUE TOUT !
    Amitiés et Grand Merci !

  6. Les cocos qui la ramènent, vont peut être nous ressortir le programme commun.
    Donc ils inaugurent une cellule à Bayonne, à souhaiter qu’ils parleront des libertés dans les pays restés communistes -S’épandront sur les victimes de Staline et Mao,?

  7. Merci pour votre parler vrai .
    Ces petits arrangements en famille et entre amis sont monnaie courante , connus et acceptés aux plus petits niveaux de la vie locale .
    A ne pas les dénoncer , nous en sommes complices .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s