C’est le trambus ou le tram motus ?

L’association Biarritz 2.0 s’étonne du silence de la mairie biarrote sur le sujet.

Voilà à quoi devrait ressembler l’avenue de la reine Victoria, à partir d’août prochain, si l’on se fie aux informations données par l’Agglo.

C’est un joli bébé de dix-huit mètres de long, soit trois de plus que les bus actuels, qui devrait, à partir d’août 2017, contribuer à saturer encore un peu plus Biarritz. Un trambus, c’est un tramway avec des pneus. La majorité du temps, il circule dans des couloirs réservés, mais peut aussi s’insérer dans le trafic. Mais, alors que les Bayonnais ont pu participer à plusieurs réunions publiques pour qu’on leur explique le projet, alors que les Angloys disposent d’une maquette et d’un plan d’aménagement très détaillé, les Biarrots sont à la traîne et personne, à six mois des premiers coups de pelle n’est capable de dire quel impact va avoir ce trambus sur le stationnement, le plan de circulation ou les embouteillages de Biarritz

L’association citoyenne Biarritz 2.0, qui a déjà fait parler d’elle à propos des cantines scolaires ou de l’aménagement d’Aguilera, a donc eu un très bon réflexe en proposant aux Biarrots intéressés de participer à une réunion au Tonic Hôtel, le 1er février dernier. Et le succès était au rendez-vous, puisque soixante participants se sont réunis dans la salle.

Un brontosaure à roulettes ?

François-Xavier Menou, Philippe Nalpas, et Fabrice Bach.

Tour à tour, Philippe Nalpas, François-Xavier Menou et Fabrice Bach ont partagé avec l’assistance les maigres informations dont ils disposent et distribué à tous ceux qui le souhaitent un dossier de presse préparé par leurs soins pour aider chacun à prendre conscience de l’enjeu et lancer le débat sur la place publique.

Constatant que les bus actuels sont souvent vides, et que dénicher une place de stationnement inoccupée devient presque aussi difficile que de rencontrer un visiteur heureux à sa sortie du Musée de l’Océan, l’assistance se lâche et déplore la tactique d’évitement de la mairie. Ce n’est une découverte que pour les nouveaux venus.

Un auditoire très intéressé par le sujet.

Le débat est parfois imprécis, mais il est bon enfant et chacun fait l’effort d’écouter l’autre et de comprendre comment va fonctionner ce futur brontosaure à roulettes. On note même avec amusement un Monsieur, nouvellement installé avenue de la Marne, et qui parle des « Biarrotains ». Max Brisson rappelle qu’en 2014, il avait proposé que le trambus s’arrête au rond-point de l’Europe et à Iraty et que les voyageurs finissent avec des navettes, ce qui semble relever du bon sens.

Une réunion simple et efficace, bouclée en une heure chrono, avec une association qui ne se contente pas de faire de la politique trois mois avant les élections municipales et qui donne le sentiment d’un grand bol d’air en pleine affaire Fillon.

 

Philippe Nalpas pense évidemment à 2020

portrait-nalpasOn va encore me reprocher de n’écrire des articles que sur Les républicains ! Ce n’est pas faux, mais il faut dire qu’ils sont à Biarritz nettement plus nombreux que les membres du Front de gauche ou du Parti communiste. Et puis, même si nos idées ne sont pas les mêmes, il est difficile de ne pas éprouver de la sympathie pour Philippe Nalpas, toujours souriant et affable et pour l’association qu’il a montée, car il n’y a jamais trop d’associations citoyennes dans une ville. Cet ancien étudiant en droit, devenu spécialiste des placements financiers, ne louvoie pas. Passionné de politique, il a l’honnêteté de reconnaître qu’il « rêve de 2020 ». Conscient de tout ce qu’il doit à Max Brisson, il se dit « fier d’être un de ses derniers fidèles ». Cet ancien conseiller municipal de l’ère Borotra qui considère que dans une ville comme Biarritz « la partie travaux est intéressante » porte un jugement assez sévère sur l’opposition et la majorité actuelles : « Biarritz 2.0 se positionne sur des sujets sur lesquels l’opposition nous laisse la place ». Quant à la majorité, « on sent que la machine n’arrive pas à se mettre en marche ».

L’association qu’il préside, Biarritz 2.0, affiche la moitié des chiffres de 2020. Mais de là à dire que Philippe Nalpas est en bon chemin…

 Si le travail de l’association Biarritz 2.0 vous intéresse, vous pouvez joindre Philippe Nalaps au  06 64 77 88 52 ou sur Facebook

https://www.facebook.com/Biarritz-20-1005036626213780/

6 réflexions sur “C’est le trambus ou le tram motus ?

  1. Déjà que les bus « normaux » créent plus de bouchons que de fluidité quelque soit la commune du BAB, ce trambus quand il sera à Biarritz va certainement coincer. Ce qui remet une fois en cause toute l’infrastructure de Biarritz et de la côte. Le nombre d’habitants à augmenté au Pays Basque en 10 ans de manière significative et absolument rien n’a été fait en matière de transport. Pas de nouvelles routes. Pas de trains. Pas de parking avec navettes (sauf à Bayonne et limité à l’intramuros). Une autoroute toujours plus chère qui devrait être une rocade. Aucune incitation au covoiturage. Il est actuellement impossible d’aller travailler en transport sur la côte et l’intérieur.
    Par contre les Luxembourgeois, les Anglais, les Londoniens et Mulhousiens peuvent venir en avion au Pays Basque. Magique non ?
    Alors un trambus de 18 m dans les rues étroites de Biarritz, j’en ai déjà les larmes aux yeux.

  2. j aimerai bien avoir l acces aux bus facilement (jai l arret au pied de ma résidence) et surtout a toutes heures ou presques lol je m explique j habite a coté de l aéroport et le bus passe toutes les demi heures en heures de pointes sinon c est toutes les heures, en prime il s arrete bien avant 20h alors que souvent mon taf lui s arrete a 21h….ou commence avant 6h…. j aimerai un bus toutes les dix minutes ….j ai bien songé a déménager vers la ligne principale avec bus de nuit certains jours mais bon j ai pas trop les moyens meme sur anglet lol…. donc oui j aimerai bien un trambus , mais pour ca faut mettre des rues a sens unique, voir comme a bordeaux rouler sur les rails du tram (coté belcier) faut imaginer beaucoup de choses. Biarritz doit pouvoir non seulement imaginer le trambus mais pouvoir le mettre en application avec des parkings relais, nous devons pouvoir nous déplacer rapidement et confortablement sur des lignes propres au trambus…et en meme temps revoir la circulation des voitures que je trouve mal organisé….surtout autour des halles et entre la grande plage et la plage du port vieux….mais c est sure Biarritz a ses petites rues qui ne datent pas d hier , il faut repenser dans son ensemble les déplacements. je veux pouvoir continuer a venir a Biarritz centre en voiture, je veux pourvoir circuler rapidement , trouver une place et repartir en moins de deux….. je pense que des personnes qualifiées peuvent nous aidés dans ce grand projet, il faut que nous soyons tous ensemble (piétons, cyclo, automobliste et client des bus) prêt a créer un nouveaux schéma pour les déplacements en ville…. que chacun d entre nous puisse y trouver sa place.

  3. dommage de mettre une photo de l avenue de la Reine Victoria et de dire que c est avenue de la Marne …. ça perd en sérieux ….. meme si l article dans le fond a raison

  4. Les Jeunes du RPR de Biarritz militent pour que la bagnole garde bien toute la place dans la ville, relayés dans cette initiative par un jeune journaliste prometteur :-))
    Faut-il dire aussi qu’aucun ne prend régulièrement le bus ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s