La mutuelle des arbres

Solidaires et adeptes de la vie en communauté, les arbres, quand l’homme ne s’en mêle pas, s’entraident et se protègent.

Pour une fois la publicité dit vrai et vous ne regarderez plus jamais la forêt de la même manière après avoir lu « La Vie secrète des arbres, ce qu’ils ressentent, comment ils communiquent ». Peter Wohlleben, l’auteur de ce livre qui a déjà été vendu à plus de 650 000 exemplaires, est un forestier allemand qui a commencé son métier en pratiquant comme les anciens : éclaircissement des parcelles pour que les arbres sauvegardés aient plus de place pour grandir, coupes régulières et méconnaissance absolue du fonctionnement d’un arbre. « Quand j’ai commencé ma carrière de forestier, j’en savais à peu près autant sur la vie secrète des arbres qu’un boucher sur la vie affective des animaux. » Fort heureusement, notre sylviculteur a compris avec le temps qu’un arbre ne servait pas uniquement. à produire du bois. Devenu responsable d’une forêt écologique à Hummel en Allemagne, Peter Wohlleben nous raconte et c’est absolument passionnant.

Vous imaginez les arbres commes des individus isolés tentant de survivre et profitant des déboires de leurs voisins pour étaler leurs frondaisons ? Rien de plus faux ! En fait, quand ils sont de la même espèce, les arbres s’épaulent et se protègent entre eux. Si une graine a la malchance de pousser à un endroit peu fertile, les arbres voisins par leurs racines donneront au petit rabougri les nutriments dont il a besoin pour pousser comme les autres.

Pour être fort et beau, un arbre doit grandir lentement. Dans les forêts naturelles, celles qui n’ont pas été « ordonnées » par l’homme, le rôle des parents consiste donc à empêcher leurs enfants de croître trop vite en ne lui laissant que peu de lumière. Ainsi le jeune arbre s’enracine profondément dans le sol et ne craindra rien à l’âge adulte.

Car, bien évidemment, la notion du temps pour un arbre est sans commune mesure avec celle d’un humain. Cinq cents ans constituent juste l’arrivée dans la plénitude de ses moyens pour un chêne ou un hêtre qui ne connait pas d’intervention humaine, et l’on estime que certaines souches vont vivre plusieurs milliers d’années.

En fait, notre passionné et passionnant forestier constate que les scientifiques savent bien peu de choses sur les forêts, pourtant indispensables à la vie terrestre. Dans des laboratoires, des chercheurs ont réussi à faire remonter de l’eau par capillarité à une hauteur maximale de un mètre. Mais comment font les arbres pour puiser le liquide nourricier dans la terre et aller rafraîchir leur houppier qui se situe parfois à plus de cinquante mètres du sol ? Personne jusqu’à maintenant n’a pu l’expliquer.

Wohlleben va même plus loin en remarquant que les arbres ont chacun leurs caractères. Dans la forêt qu’il observe quotidiennement, dans un même bosquet, ce sont toujours les mêmes arbres, d’un tempérament précautionneux, qui vont se dépouiller de leurs feuilles aux premiers froids, tandis que d’autres, plus téméraires, lanterneront jusqu’au dernier moment. Et le forestier d’avouer qu’il ne serait pas surpris si les scientifiques trouvaient une sorte de cerveau dans les racines de ces arbres qui savent si bien s’adapter aux conditions climatiques changeantes. Heureux de voir la souffrance animale enfin reconnue, l’auteur aimerait que l’on réfléchisse maintenant à la condition végétale   « Quand on sait qu’un arbre est sensible à la douleur et a une mémoire, que des parents-arbres vivent avec leurs enfants, on ne peut plus les abattre sans réfléchir, ni ravager leur environnement en lançant des bulldozers à l’assaut des sous-bois ».

Quand je vous disais que vous ne regarderez plus jamais un arbre de la même façon…

« La vie secrète des arbres… », Peter Wohlleben, éditions Les Arènes, 270 pages, 20,90 €.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s