Sophie Bussière : « Macron, c’est l’illusion du renouveau »

Secrétaire départementale, la candidate malheureuse des Vert aux législatives 2017 croit dur comme fer au renouveau de son parti.

Pull bleu et verre de grenadine, la représentante des Verts, Sophie Bussière, refuse les clichés. « Nous sommes un parti politique et pas seulement un mouvement environnementaliste ».

Avocate et membre du barreau de Bayonne, spécialiste du droit du travail et du droit de l’environnement, Sophie Bussière est réputée pour son franc-parler, une qualité bien agréable à l’heure de la langue de bois généralisée, pratiquée par les politiques. Convaincue et convaincante, la jeune quadragénaire qui a fait ses études de droit à Pau avant d’ouvrir son cabinet à Anglet en 2004, vit avec sérénité la déroute électorale que vient de subir son parti. « Nicolas Hulot est une prise de guerre. On est dans le marketing. On prend les paris sur le nombre de mois qu’il va passer au poste de ministre de la Transition écologique et solidaire avant de claquer la porte ? » Adhérente d’Europe Écologie Les Verts (EELV) depuis 2011, Sophie Bussière n’est visiblement pas conquise par l’actuel Président de la République : « Macron, c’est l’illusion du renouveau ».

« J’adore faire campagne »

Avec 3,5 % des suffrages recueillis, lors des dernières législatives dans la sixième circonscription des Pyrénées-Atlantiques, la représentante écologiste pourrait manifester quelques signes de découragement. Il n’en est rien. « Il y avait beaucoup de candidats et un contexte politique complètement incohérent. Dans le département, nous avons un socle de militants qui a cru bon de voter utile dès le premier tour, alors qu’ils soutenaient habituellement pour les écologistes. Et malgré cela, nous avons recueilli 1 824 suffrages soit 40 voix de plus qu’en 2012 ».

La candidate reprend son souffle et a du mal à masquer sa passion : « Malgré mon emploi du temps compliqué, j’adore faire campagne. On m’avait dit que le porte à porte était une épreuve particulièrement difficile. En fait, nous avons été bien accueillis partout et les questions que nous posaient nos interlocuteurs étaient très pertinentes. »

Le fait de ne plus avoir d’élus EELV à l’Assemblée nationale ne semble pas trop inquiéter l’avocate. Pour un peu elle y verrait presque une chance de faire repartir son parti sur des bases solides.

« J’ai décidé d’adhérer chez les Verts pour les idées. Je me sentais politiquement proche de personnages comme Alain Lipietz ou Éva Joly. Je pense qu’il ne sert pas à grand-chose, comme on a pu le vivre entre 2012 et 2014, d’avoir des ministres avant de compter un grand nombre d’élus locaux. » Pour la secrétaire départementale, qui se dit très favorable à « une dose de proportionnelle », l’avenir des Verts passe par « une galaxie plus large » avec de solides implantations locales et des lanceurs d’alerte au niveau national.

Sophie Bussière, qui ne nie pas les errances de certains dirigeants des Verts (Elle ne donne pas de nom, mais comment ne pas songer à Jean-Vincent Placé ou Cécile Duflot ?) est persuadée qu’une nouvelle génération de dirigeants, comme Julien Bayou, l’actuel porte-parole d’EELV, va émerger et revivifier le parti. Dans ses fonctions départementales, elle apprécie la liberté d’action qu’on lui laisse et estime ne pas manquer de sujets à traiter entre la LGV, les mines d’or ou la qualité des eaux de baignade.

Mais a-t-elle suffisamment de militants pour l’épauler sur tous ces sujets ? « C’est vrai, nous ne sommes pas très nombreux dans le département »

Quand on vous disait que Sophie Bussière était d’une désarmante franchise…

2 réflexions sur “Sophie Bussière : « Macron, c’est l’illusion du renouveau »

  1. Que ceux qui ont plébiscité Macron se jettent les premières pierres pour n’avoir pas compris que ce candidat (par défaut…) n’était qu’un avatar du « brave général Boulanger » (1837-1891) , une illusion, une baudruche démagogue, une erreur de casting … qui, cependant, respecte les pouvoirs qui lui ont été confiés par la Constitution … et par les électeurs .

  2. Adhérente depuis 1992 et ayant assumée 3 mandats d’élue locale, je Suis en accord sur l’essentiel. Je pense cependant que la direction d’Eelv doit être renouvellée et si j’y reste , c’est parce que j’adhère aux idées et que j’apprecie beaucoup la liberté de parole

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s