Cache ta joie, Gattaz !

La réforme du travail pilotée par Macron, n’est qu’une façon de renvoyer l’ascenseur à ceux qui ont financé sa campagne. Et d’assigner à précarité des milliers de jeunes salariés.

Eh oui, il ne suffit pas de jouer aux osselets avec la main d’un président américain ou d’adopter un chien de la SPA au moment où sa popularité dévisse pour devenir le Président de tous les Français. À tous ceux qui renaudent actuellement sur le chef de l’État, j’ai envie de dire : « Vous avez voulu Macron, vous l’avez ! ». Voilà un homme qui avait été repéré par Minc et Attali après un brillant passage à la banque Rothschild, un homme qui a profité avec intelligence des machines à perdre que sont les primaires pour devenir le favori des sondages, mais surtout qui a su trouver les 50 millions d’euros nécessaires au financement d’une campagne présidentielle, alors qu’à l’en croire son patrimoine personnel est des plus modestes… Non, Macron n’est pas ingrat et c’est bien normal désormais qu’il cajole ceux qui l’ont nourri, comme Nemo le chien de l’Élysée lèche la main de son nouveau maître.

Si Pierre Gattaz, le patron des patrons, a été prié par les services de communication de l’Élysée de se montrer discret, ce n’est pas par hasard. Alors que l’écart entre les plus pauvres et les plus riches n’a jamais été aussi grand en France (Sud Ouest 21 mai), Macron fait froidement voler en éclat le Code du travail, précipite les salariés jeunes dans la précarité absolue pour offrir encore plus de souplesse et de flexibilité au patronat.

http://www.sudouest.fr/2015/05/21/inegalites-l-ecart-entre-riches-et-pauvres-n-a-jamais-ete-aussi-haut-en-30-ans-1927595-5458.php

Autoriser les petites entreprises à dialoguer avec un représentant du personnel non syndiqué, c’est permettre les pires flagorneries, le cire-pompes de service devenant l’interlocuteur privilégié du directeur. Plafonner les indemnités de licenciement au lieu de laisser la Justice décider, c’est fragiliser encore un peu plus les rares contestataires tentant de survivre dans l’entreprise. Et utiliser le recours aux ordonnances à la place du débat parlementaire n’a rien de très glorieux.

Extrait du blog de Gérard Filoche.

Gérard Filoche, toute sa carrière a été un inspecteur du Travail remarquable. Avec abnégation, il continue à défendre les salariés et on ne peut que partager son point de vue quand il estime qu’on a « passé le code du travail à l’acide » et parle « d’un rêve de Medef ». Plus d’élection obligatoire de délégués du personnel dans les petites entreprises où règne déjà la terreur, plus de syndicats, c’est la fête du patronat !

http://www.filoche.net/

En fait, même s’il a effectué un début de mandat beaucoup plus habile que ceux de Sarkozy ou Hollande, Emmanuel Macron est en train de commettre la même erreur que Jacques Chirac en 2002. L’ami des patrons estime qu’il a été élu par 66% des Français et considère qu’il a les mains libres. Mais oublie que seul 24% des Français l’ont choisi au premier tour. Les autres, face au repoussoir Marine, se sont contentés de voter pour lui sans adhérer pour autant à ses idées ultralibérales.

Face à cet autisme délibéré, il n’y a qu’une seule réponse possible : la rue ! Le 12 septembre, il fait généralement encore très beau et la marche à pied est excellente pour la santé. Et s’il faut redescendre plusieurs fois dans la rue pour que le gouvernement comprenne la différence entre un putsch, où l’on donne délibérément tout aux uns au détriment des autres, et une réforme où l’on équilibre les concessions pour faire évoluer le pays, eh bien nous irons marcher avec plaisir jusqu’à ce que ce gouvernement revoie sérieusement sa copie.

Et tant pis si Gattaz en perd son sourire de benêt !

Cornut-Gentille totalement hors sol

Les Ateliers de la République sont toujours de haute tenue et le débat d’hier soir, à la maison des Associations, n’a pas échappé à la règle. Classé parmi les plus présents et les plus travailleurs, le député républicain de Haute-Marne, François Cornut-Gentille, s’est montré affable et enjoué et a eu le mérite de ne pas hésiter à venir affronter des contradicteurs. Mais cet élu qui entame son sixième mandat a bien montré à quel point il est difficile de rester lucide quand on passe trente ans hors de la vraie vie. Visiblement, à ses yeux, à partir du moment où il a été réélu en 2017, il ne s’est rien passé de notable dans la vie politique. La perte de confiance des électeurs pour leurs hommes politiques ?  Les élus En Marche recrutés en catastrophe sur Internet et précipités sans formation à l’Assemblée ? Le débat escamoté au Parlement sur la moralisation de la vie publique ? Peccadilles que tout cela ! Alors oui, totalement d’accord avec vous, Monsieur le député, sur le renforcement nécessaire de l’Assemblée nationale, mais ce renforcement ne pourra se faire qu’avec une exemplarité totale des élus et avec une confiance retrouvée des citoyens. On en est encore très loin.

21 réflexions sur “Cache ta joie, Gattaz !

  1. Cher Jean-Yves je suis d’accord sur tout sauf un point. Tu écris : « Vous avez voulu Macron, vous l’avez ! » les règles étant ce qu’elles sont c’était lui ou…. le Pen. Donc même si nous avons mal au — à présent je préfère ne pas savoir à quoi ressemblerait la France sous l’extrème droite.

    Ceci étant dit il a un boulevard institutionnel et les Français préférant (ne t’en déplaise) lire L’Equipe que Médiapart, Politis ou Le Canard, au final ils ont ce qu’ils méritent.

  2. Cher Jean Yves, il me souvient que Nemo était un marin, commandant un sous-marin, qui, avait fui le monde pour éviter justement de « lécher » la main de quelque maître que ce soit.

    Autoriser les petites entreprises à dialoguer avec un représentant du personnel non syndiqué, ce n’est certes pas « permettre les pires flagorneries, … » c’est ce qui se passe tous les jours dans les TPE et PME. De plus il a parfaitement raison de plafonner les indemnités de licenciement : cela évitera au PME aux TPE et PME de couler à cause d’un employé indélicat. Quant à M. Gérard Filoche, s’il défend (peut-être) les salariés, il ne me semble pas qu’il défende les chômeurs. Enfin et pour conclure, le but des TPE et PME qui, pour mémoire recrutent le plus, est de croître, se développer et embaucher du personnel par l’inverse.

    On verra donc s’il y a du monde dans la rue le 12 septembre !

    • 1 – Ben si c’est déjà ce qui se pratique dans les TPE…… cela veut dire que c’est une réforme qui ne sert à rien ;o) donc nul besoin pour Macron de faire le cador et de bomber le torse en prétendant avoir résolu un problème qui n’existe pas

      2 – en tant qu’ancien responsable syndical et du personnel (dans une structure de 7000 employés) je sais d’expérience que toute tentative d’éloigner une discussion prévue normalement dans un cadre statutaire (au moins pour les grandes structures PMEs/PMis et au dessus) n’est qu’une volonté de conclure des accords à minima entre-soi, sur le dos des employés (en échange de quoi le « volontaire » qui aura négocié verra sa carrière boostée).

      3 – les indemnités syndicales plafonnées: il y a des lois. Apparement respecter le Code du Travail en FR est encore trop compliqué pour les patrons (les pôvres) et il faut donc leur faciliter la tâche pour pouvoir virer les employés à présent au rabais.

      4 – pouvoir licencier pour embaucher ?!?!?!? désolé mais je ne comprends toujours pas le concept : soit la boite marche et elle peut embaucher soit elle vivote et elle n’embauche pas. si elle coule ou va mal elle peut aujourd’hui licencier.

      5- votre remarque en conclusion « on verra donc s’il y a du monde dans la rue le 12 septembre ! » pardonnez moi de vous le dire, elle illustre ce qu’il y a de pire, le niveau zéro de la réflexion à la FR : un rapport de force brutal et souvent stérile, entre d’un côté le Capital qui passe en force et attend de voir si la rue se mobilise et de l’autre (en FR) des syndicats politisés arriérés qui confondent politique et syndicalisme et à la fin n’obtiennent que dalle (les effectifs des syndiqués sont pathétiquement bas en FR).

      Depuis 25 ans (en Allemagne et aux Pays-Bas) je vis l’inverse et c’est plus efficace pour tous.

      Je maintiens que le point de vue de Jean Yves est le bon (no surprise ;o)

  3. Moi qui ne lis pas l’Equipe mais plutôt Le Canard et L’Huma, je suis absolument d’accord avec JYV et le 12….JYVais….manifester….à Paris avant d’aller bosser…à la fête de l’Huma.

    • On ne va pas refaire le match mais si Mélenchon et Hamon avait négocié un accord au 1er tout était possible. Au lieu de cela…..

      bons concerts et bonnes merguez !

      • Merci beaucoup Paul….je suis (aussi) bien d’accord avec vous….j’aurai une petite pensée pour vous entre les merguez et les concerts….

      • Cher Monsieur. Les propos excessifs étant spuvent insignifiants je vais essayer de ne pas y succomber. Si les syndicats étaient efficaces ils auraient plus de 8% d’adhérents . A contrario les seuls syndicats efficaces sont ceux des fonctionnaires et des banques donc deux corporations relativement protégées . Qu’en est-il des autres « travailleurs et travailleuses » ? Réponse : dans les PME, les représentants du personel que vous décriéz sont très efficaces car ils travaillent avec et non contre le « fameux » patron qui lui ne cherche qu’à croître non à débaucher. Alors OUI à la négociation au sein de l’entreprise et hors des syndicats.

  4. moi je n ai pas voté au deuxieme tour et je ne le regrette pas quand on voit ce que cet infâme macron fait du code du travail tout pour les patrons et la chienlit pour les petits tous dans la rue en septembre!!!

  5. Je ne savais pas que Gattaz et le MEDEF se préoccupaient à ce point du sort des TPE
    J’ai du rater un épisode, à moins que l’opportunisme politique ait encore frappé.

    • Je crois que la réforme de L’ISF envisagée par Macron a largement de quoi satisfaire le CAC 40. Et on peut faire confiance à l’avidité sans limite de ces capitaines d’industrie pour utiliser au mieux les nouvelles dispositions du Code du travail et pressuriser en toute quiétude leurs salariés.

  6. J’avoue ne pas avoir lu la nouvelle mouture de ce nouveau code du Travail, tout ce que j’en sais, je l’ai entendu par les JT. J’irai donc, si j’ai le temps, lire l’analyse de Libé ou Mediapart, puis celle du Figaro ou des Echos.
    Je trouve cependant dommage qu’en France, on oppose encore les patrons (méchants) et les employés (gentils), les riches (malhonnêtes) et les pauvres (bons).
    J’ai rencontré des gens riches de leur travail, honnêtes et généreux, et puis des riches écoeurants. Une autre fois j’ai croisé des pauvres plein de gentillesse et des pauvres malhonnêtes, mesquins, professionnels de la victimisation …
    J’ai vu des patrons pauvres (et oui), des employés pleurer du départ d’un dirigeant, des employés et des patrons se voyant hors entreprise sur un vélo, une crête de montagne, des fêtes de Bayonne…
    J’ai discuté avec des patrons qui voulaient redevenir employé, des employés qui refusaient de reprendre les commandes…
    J’ai rencontré des riches prenant des pauvres pour des manants, et des travailleurs pauvres à la mentalité et à la bêtise crasse.
    Cette vision manichéiste et dichotomique n’aidera, à mon humble avis, ni les uns ni les autres. Je suis certainement naïf, je n’ai ni de solutions, ni de recettes. Je sais que mes proches travaillent dans des TPE et PME et parlent directement à leurs patrons, sans relais syndical et depuis longtemps. Et ça fonctionne, entre engueulades et bouffes au resto.
    Pour fréquenter un peu les tribunaux, les indemnités prud’hommales font l’objet d’un barème officieux depuis longtemps. Une avocate m’avait dit que « pour avoir tant, on demandera tant car c’est le tarif. »
    Je ne commente pas les chiffres avancés et leurs conséquences avant d’avoir lu plusieurs avis différents.
    Naïvement, je pense que les syndicats devraient être pour l’entreprise et non contre.
    Ceux qui n’ont rien voté alors qu’il y avait Le Pen en face en espérant que les autres fassent le boulot pour aujourd’hui les insulter et les critiquer mesquinement, je les méprise profondément. Je n’avais pas voté depuis Chirac-Le Pen en 2002.
    Gattaz prêche pour sa paroisse, les syndicats et les opposants pour les leurs, tout le monde veut du changement mais « pas comme ça » et « plutôt chez les autres d’abord. »
    Après tout, ça ne fait qu’une centaine d’années que ça dure… :)
    Dans 18-24 mois, on pourra avoir une vision des faits plus nette.
    Voilà, ma modeste pensée, peut-être pas très éclairée j’en conviens mais que je souhaitais partager.

    • Salut l’ami Rico,

      Totalement d’accord avec toi. Il y a des patrons formidables et des salopards, des salariés consciencieux et des profiteurs. Mais tu sembles faire la même erreur que Dominique Lapierre, un autre des contributeurs de cet article, en t’imaginant que cette réforme du travail ne s’adresse qu’aux TPE ou modestes PME. Le plafonnement des indemnités de licenciement, l’attaque en règle du monopole des syndicats (Qui abusaient parfois), la certitude de pouvoir planifier le coût des licenciemments sont des demandes pressantes du Medef et de Gattaz, qui s’agaçait même il y a quelques jours de ne pas voir arriver les réformes. Macron instaure sciemment la précarité comme règle de base du contrat de travail en oubliant une donnée fondamentale. SI les salariés crèvent la dalle, ils ne pourront guère verser d’impôt direct ou indirect à l’État et tout le monde finira plus pauvre, puisque les plus riches savent merveilleusement bien se soustraire à leurs obligations fiscales. Le nouveau président ne donne pas l’impression de chercher à faire évoluer le pays en tenant compte de la mondialisation et de l’uberisation des plus pauvres, mais semble juste soucieux de rendre la monnaie de la pièce à ceux qui l’ont appuyé dans sa campagne.
      C’est en cela qu’il ne se comporte pas comme le Président de tous les Français.

  7. Oui, oui, j’ai précisé que je n’avais pas pris connaissance de la loi, du moins de plusieurs points de vue. Je note qu’effectivement le MEDEF semble satisfait et que les syndicats sont divisés.
    Cela dit un président de tous les français je n’en ai connu aucun et n’en connaîtrais jamais, c’est un fait acquis. :)
    Je ne suis pas pro-Macron, j’ai voté « en urgence ». Qu’il veuille remercier ceux qui ont financé sa campagne je suis tout à fait d’accord avec toi, et les autres avant lui et après lui feront pareil.
    ll me revient le fameux « mon véritable adversaire c’est le monde de la finance » de Hollande. On sait que ce fut un voeu pieu non réalisé ou très partiellement…
    Mon propos était plus axé sur le fond. J’ai parfaitement conscience que les grosses boites qui font de gros bénéfices et licencient dans la foulée devraient rendre des comptes.
    Faudrait il un Code Multinational et un Code TPE PME ? ;)

  8. Bonjour à tous les actionnaires du CAC 40, Multinationales, Gens de gauche comme de droite , Population et soutiens de super MACRON et le fait du Prince Edouard Phillipe!

    Flattez vous effectivement de tarifer par ordonnances , tous les salariés et retraités à 1200 euros, comme autrefois la vignette pour les automobilistes, source de finances publiques !

    Vous avez grâce à Michel, puis aujourd’hui par la voix de son maître  » le capitaine NEMO » trouvé la solution, pour rançonner les plus petits revenus et exonérer les capitaux gagnés sur leur dos, pour les exporter en lieux sûrs par transfert des biens et services défiscalisés, vers les DOM TOM ou Paradis fiscaux .

    Notre Etat de droit va ainsi continuer, sans peur et sans reproche d’affaiblir les plus pauvres et démunis, à la faveur des plus riches bénéficiaires d’un système corrompu et fier de l’être!

    Votre bulletin de vote, preuve en est, n’a plus de saveur!

    Désolé de vous le faire remarquer mais sans l’action des,
    4 millions de chômeurs
    9 millions de pauvres
    et une partie des 14 millions de retraités vivant au dessous et en limite du seuil de pauvreté bien que surtaxés,

    La démocratie participative n’aura pas ce résultat prétendu indispensable pour sauver notre pays d’une certaine crise

    Partis de Gauche et de Droite au chevet de MACRON, réjouissez vous d’avance votre indemnité parlementaire ne sera donc pas touchée par la CSG

    – 16 millions d’euros de manque à gagner pour l’état

    Dites leur merci

  9. Témoignage sympathique , regardez ce qu’en conclu e l’ O CD E  » les inégalités se creusent en FRANCE » . Nul besoin de Super MACRON et ses équipes de droite et de gauche pour se rendre à l’ évidence que les 5 prochaines années seront un peu plus féroces à l’encontre des SMICARDS et sous-SMICARDS .

    Pourquoi y a-t-il tant de
    smicards en France ?
    De plus en plus de Français sont payés au SMIC
    et y restent pendant une
    grande partie de leur
    carrière professionnelle. Pourquoi ? Ce phénomène est en grande partie le résultat de la politique de
    baisse des charges sociales sur les
    bas salaires menée depuis vingt ans.

    C’est pour cela qu’on peut considérer que la 5ème République est morte. Trop de privilèges et de prébendes pour une minorité, quand la majorité sue sang et eau pour survivre. Nous n’avons supprimé la royauté que pour recréer un système quasiment identique. Le président, ses courtisans lèche-bottes, ses ministres, ses journalistes et toute une clique de parasites bien-pensants autour, artistes, associations, etc., vivant grassement d’une part; et d’autre part le peuple qui n’en peut mais, écrasé d’impôts, de taxes et d’amendes, bientôt soumis à l’interdiction de penser et de s’exprimer, avec, cerise sur le gâteau, la soumission à la charia…

    Non et non cent fois Non Français – Franco Français

  10. Vérité cachée , Connaissance interdite

    En abaissant le niveau des charges sociales à proximité du SMIC, on a donc aussi créé les conditions pour que les gens qui se trouvent dans cette zone de rémunération ne puissent plus en sortir… Cette politique a été voulue par tous les gouvernements qui se sont succédés depuis le début des années 1990.
    L’équation paraissait simple : plus d’emplois mal payés = moins de chômeurs peu qualifiés.Sauf que le marché du travail ne fonctionne pas ainsi : dans un contexte de chômage de masse, les nouveaux emplois mal payés ont été occupés en priorité par des salariés dotés de
    diplômes, car les employeurs qui avaient le choix ont préféré embaucher des gens plutôt qualifiés pour les occuper (voir aussi infra p. 37). Ce qui suscite, et suscitera durablement, une frustration massive parmi les jeunes qui se sentent déqualifiés.

  11. L’équipe macron et la CSG de ses députés

    Super Macron et le fait du prince Edouard Philippe !

    Qu’à cela ne tienne, ” les sans dents et illettrés” n’auront donc rien vu passer.

    La canicule était pourtant au rendez vous dans leur chambre d’hôpital et le personnel n’y peut rien, la seule connaissance du chef suprême dans sa théorie en marche, suffit à permettre aux personnes âgées de bien vouloir utiliser le ventilateur à leur disposition dans le placard.

    Si vous souhaitez vous rafraîchir “buvez le plus possible”,

    La parole de l’état qui par solidarité prend une journée de congés à ceux qui travaillent ne suffira pas.

    Comprenez l’augmentation de la CSG applicable au 1er janvier 2018 ” avec plus de 1200 euros de pensions et revenus mensuels , vous serez assujettis;

    Alors même que vos députés se seront votés une loi d’exonération de cette même CSG et justificatifs de leurs dépenses , pensez vous qu’il sera encore possible de leur donner tout ce qu’ils auront envie de vous reprendre?

    Retraités , même si vous avez encore eu si chaud cet été , réagissez

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s