Boissier veut moderniser la parole citoyenne

Si quelques tricheries ne faussent pas le jeu, le projet de démocratie participative concocté par ce conseiller municipal pour remplacer les conseils de quartier, pourrait être très novateur.

Drôle et pédagogue, Hervé Boissier a imaginé un projet bluffant.

Débuter son engagement politique par l’occupation de l’Odéon en mai 68 et finir comme conseiller municipal sur une liste Veunac, voilà qui relève de l’équilibrisme le plus absolu ! Mais il en faut plus pour émouvoir cet ancien responsable de l’action sociale de la CAF de Bayonne, qui a l’habitude de se battre pour ses idées et de ne pas mettre son drapeau dans sa poche. Des qualités unanimement reconnues par la majorité comme l’opposition qui apprécient ce gros bosseur habitué à traiter à fond les dossiers qu’on lui confie et à dire ce qu’il pense. Ne fait-il pas partie des rares dans la majorité à avoir voté contre la prise en charge des frais juridiques de Didier Borotra dans sa dernière affaire de prise illégale d’intérêts ?

Hervé Boissier estime que les conseils de quartier ne fonctionnaient pas très bien, « car ils n’osaient pas aller au-delà d’une certaine limite. Même s’il y avait de la bonne volonté, on était tombé dans une certaine routine et lourdeur administrative. ». D’où « la nécessité de fonctionner autrement ».

C’est Peio Claverie, chargé de la Réglementation, de l’Etat-Civil, des Conseils de quartiers et de la Vie Associative, qui aurait dû prendre en charge ce dossier, mais, précise Hervé Boissier avec un sourire malicieux, il a estimé qu’il « était trop pris » (ou qu’il y avait des coups à prendre dans cette affaire ?) et c’est donc lui, simple soldat municipal, « passionné par ce dossier » qui a hérité du bébé.

Après quelques visites à Talence, Paris ou Nanterre, quelques échanges avec Rennes ou Besançon, Hervé Boissier a pu présenter son projet lors du dernier conseil municipal, mais s’est un peu fait voler la vedette par l’affaire des écuries de Bigueyrie. Pas rancunier, il a accepté de détailler pour Bisque, Bisque, Basque ! ce qu’il envisage.

« Je suis un enfant de 68 ! »

L’ancien soixante-huitard, convaincu des vertus de la démocratie participative, veut élargir le débat et « créer une sorte d’agora » où chacun peut prendre la parole. Les six anciens conseils de quartier sont remplacés par trois conseils participatifs, Biarritz Nord, Biarritz Est, Biarritz Sud. « Le centre-ville ne sera plus traité à part comme avant » précise Hervé Boissier. Chaque habitant, en fonction de son domicile, sera membre de droit d’un conseil participatif et pourra assister à toutes les réunions. Mais la grande nouveauté réside surtout dans la désignation du bureau de chaque conseil participatif. « Il sera composé de vingt personnes : Dix futurs membres du bureau seront tirés au sort sur les listes électorales, avec la possibilité de refuser si elles ne sont pas intéressées. Un procédé qui existe dans d’autres villes et qui fonctionne très bien. » Le mauvais esprit légendaire de Bisque, Bisque, Basque ! ressurgit : « Mais n’y a-t-il pas un risque que le tirage au sort soit quelque peu orienté ? Avez-vous prévu un huissier ? » Une question qui amuse Hervé Boissier : « Je veillerai à ce que des élus de l’opposition soient présents le jour du tirage au sort ».

Quant aux anciens membres des conseils de quartier, désireux de poursuivre l’expérience, ils pourront faire acte de candidature, comme tout citoyen intéressé, et dix d’entre eux seront tirés au sort pour compléter le bureau de chaque conseil participatif. « Je suis un enfant de 68 » rappelle Hervé Boissier pour expliquer pourquoi il croit dur comme tête de CRS casqué à son projet.

Ce bureau, où personne n’aura de voix prépondérante, sera ensuite chargé de préparer pour l’assemblée plénière les propositions présentées par les membres. Ensuite, toutes les idées seront soumises à l’assemblée plénière et toutes celles qui seront ratifiées seront transmises à la mairie.

« Je ferai tout pour que ça marche »

Pour féliciter ou critiquer la mairie, les Biarrots utilisent déjà beaucoup Popvox.

Hervé Boissier ne veut surtout pas que le dialogue se limite à soixante citoyens tirés au sort, tandis que tout resterait comme avant pour les citoyens ordinaires. Depuis quelques mois, une petite application a été mise à titre expérimental à disposition des Biarrots. Popvox veut mettre fin à ce désolant spectacle de citoyens qui se plaignent d’avoir écrit à la mairie plusieurs mois avant sans n’avoir jamais reçu la moindre réponse. Le logiciel gratuit se téléchargeant très facilement (www.popvox.fr), on peut redouter à terme un embouteillage des services face à la demande citoyenne, mais pour le moment, force est de constater que les réponses sont rapides et efficaces et qu’il est plus simple d’envoyer sur son téléphone ou ordinateur un message à la mairie plutôt que de se rendre sur place sans garantie d’avoir un interlocuteur. Ce dispositif, va être mis en avant et les Biarrots incités à s’en emparer.

« Je démissionnerai si nécessaire »

Hervé Boissier estime que « Biarritz est une ville qui attire une population très variée et qu’il serait dommage de ne pas utiliser l’expertise de ces usagers ». Sur le stationnement, le développement touristique, les incivilités, le conseiller municipal verrait bien se créer des « commissions thématiques » qui seraient composées pour moitié de citoyens ayant des connaissances pointues sur un sujet et pour l’autre moitié d’élus et de fonctionnaires municipaux. « J’insiste pour que mes collègues me proposent des thématiques qu’ils souhaitent voir traitées » Difficile de dire si les élus vont être enthousiasmés par ce partage de leurs prérogatives, mais il est évident qu’une association comme Biarritz 2.0, très présente sur la question du quotidien des Biarrots va se saisir de cette proposition.

Et notre homme, qui a visiblement longuement réfléchi à son affaire, a encore des cartes à sortir de sa manche avec le « Budget participatif », un dispositif auquel il croit particulièrement, puisque les citoyens auront la possibilité de disposer d’un « budget d’investissement pour créer quelque chose d’utile à tous les Biarrots ». À l’aide de « Biarritz-Magazine » et des outils de communication à disposition de la Ville, un appel à projets sera fait pour améliorer le quotidien des Biarrots. Ces projets seront analysés et budgétisés et ce sont in fine les Biarrots qui se prononceront en votant. « Les conseils de quartier coûtent actuellement 15 000 euros à la Ville. À Talence, une ville qui fait le double de notre population, on consacre 300 000 euros à ce budget participatif. Ce n’est pas à moi de décider du montant qui sera alloué, mais il faut une enveloppe conséquente pour que ce ne soit pas de la cosmétique ». Par exemple, on rajoute un zéro à l’ancien budget des conseils de quartier ? Hervé Boissier sourit en silence, conscient de la situation tendue des Finances de Biarritz.

Hervé Boissier sait que la route est encore longue pour son projet, puisque trois adjoints vont être chargés de l’aider à la mise en place : Édouard Chazouillères et Stéphanie Ricord, avec qui il s’entend très bien et Patrick Destizon qui n’est peut-être pas le plus moderne de tous les adjoints. Mais l’ancien révolutionnaire Boissier est prêt à jeter un pavé dans la mare si ça ne se passe pas bien : « Je ne suis pas là pour faire une carrière politique et de toute façon, je m’arrête en 2020. Dialoguer est normal, mais si je vois qu’on me met des bâtons dans les roues, je démissionnerai immédiatement ».

Ce serait vraiment dommage, car Bisque, Bisque, Basque !  qui a assez rarement l’occasion de saluer le travail de la majorité municipale, est plutôt favorablement impressionné par la dimension de ce projet très cohérent que notre bon Rabelais aurait même qualifié de « totalement épastrouillant ». Et dire que certains réactionnaires continuent à croire que mai 68 n’a fabriqué que des inutiles !

Le rôle important de Michel Veunac

Chassez le sociologue, et il revient au grand galop revêtu de son écharpe tricolore ! Bisque, Bisque, Basque !  s’est suffisamment permis de critiquer l’action de la majorité municipale pour saluer sans états d’âme les trop rares bonnes initiatives de la mairie, comme celle en 2014 de filmer les débats municipaux ou celle en 2017 de faire évoluer les conseils de quartier. (Bisque, Bisque, Basque ! ne fera pas la liste des ratés et indécisions de la mairie, car ce serait trop long).

À l’évidence, l’expression démocratie participative fait sens pour Michel Veunac. Le maire de Biarritz a suivi avec intérêt les travaux d’Hervé Boissier et beaucoup échangé avec lui. De la même façon, il s’est montré très intéressé par l’idée d’un budget participatif. Si les quelques ringards de sa majorité, grands pourfendeurs de réseaux sociaux, ne réussissent pas à édulcorer ce beau projet, si les citoyens s’emparent des outils qui vont leur être proposés, voilà une évolution qui pourrait faire date.

20 réflexions sur “Boissier veut moderniser la parole citoyenne

  1. Excellente initiative initiée par HERVE BOISSIER, je me tiens à sa disposition pour lui donner un coup de main s’il le souhaite…
    Merci de lui transmettre mes encouragements.

  2. Bon vent au projet de Mr Boissier !

    Biarritz peut (et doit) en effet utiliser les savoirs à sa disposition: ceux de ces citoyens. Toutefois la démocratie participative c’est sympa mais cela peut rapidement virer au boxon improductif si ce n’est pas encadré par des règles claires (par ex en particulier sur processus de décision, vote sur projet/proposition).

    Il faut se souvenir que vouloir faire plaisir à tous = mécontenter tout le monde(en général).

    Nombres de projets ne sont pas plaisants immédiatement (par ex. piétonisation, moins de parking en surface, investissements voirie, propreté, etc). Toutefois si on veut moderniser BTZ alors il faut les pousser sans peur de déplaire (souvent les élus veulent une ré-élection et ne sont pas enclins à faire ce qui est nécessaire mais pourrait déplaire et donc venir gêner un nouveau mandat).

    Espérons donc que l’ « agora » ne se terminera pas en chambre mortuaire (où l’on enterre les projets), car Biarritz n’est pas à la page si on la compare aux cités modernes du Nord de l’Europe + DE, CH, AT (question infrastructures).

  3. On lit n’importe quoi , 3 conseils au lieu de 6 seraient plus démocratique ou est l’explication ?DESTIZON s’active a la tache pourquoi citer son nom avec un motif desuet simplement pour blesser?

    • 1.- Si vous avez le sentiment de lire n’importe quoi, ne vous faites pas mal aux yeux et passez votre chemin.
      2.- Les trois conseils participatifs peuvent être intéressants si des citoyens jusque-là pas impliqués y participent.
      3.- Si vous trouvez Destizon créatif et moderne, c’est votre problème mais ce ne sera jamais l’avis de Bisque, Bisque, Basque!
      4… Avec mes compliments sur votre « poulain », qui n’est plus tout à fait un perdreau de l’année, vous voilà une nouvelle raison de ne plus me lire.

      • Que ça vous plaise ou non, j’irai vous lire quitte à consulter l’ophtalmo, et si ce plaisir me démange vous faire part de quelques fleurs ou pierres de mon jardin…

  4. Il a une réelle volonté de bien faire et c’est ce message qu’il faut retenir.
    Ma crainte est néanmoins la suivante :
    Dans les précédents conseils de quartier, uniquement constitués de volontaires, donc avec des personnes un minimum motivés je dirais, les deux tiers ont vite abandonné en ne se rendant plus aux réunions de la fin.
    Aujourd’hui il est question de choisir AU HASARD PARMI LA POPULATION une dizaine de personnes par conseil participatif, sans motivation particulière.
    Attention donc au fort taux d’abstention aux réunions.
    Dans les précédents conseils de quartier, il n’y a eu aucune obligation sur l’assiduité ou sur le travail rendu des participants. Sans un minimum de règles sur la participation, le nouveau format des conseils peut vite tourner de nouveau au désintérêt général.
    Exemple : à la 2ème absence non justifiée, exclusion du membre …
    Dernière précision sur ce nouveau format pour que vous ne vous emballiez pas trop sur l’avenir.
    Dixit Mr Boissier lui meme : « Qu’on soit clair, un sujet comme l’hôtel du palais ne peut pas être du ressort du conseil citoyen, seul le conseil municipal doit traiter le sujet »
    C’est marrant car je l’ai vu écrire exactement l’inverse un jour sur un commentaire Facebook.
    N’espérez donc toujours pas qu’un sujet aussi important que celui là puisse faire l’objet d’un référendum !
    Les biarrots restent au service du maire et non pas l’inverse …

    • Cher Rienquelavérité,
      Bisque, Bisque, Basque! ne vient pas de sombrer dans l’angélisme béat et toutes vos remarques sont justifiées. La plupart des élus préfèrent nettement ne plus se souvenir qu’ils sont au service de leurs concitoyens et non l’inverse.Mais, pyusqu’un outil semble se mettre en place, emparons-nous en en tant que citoyens pour tenter de faire entendre nos voix.

    • vous avez raison il faut des règles claires mais attention : aucun système démocratique ne prévoit la présence forcée (ou la participation active) des individus (encore moins sous peine de sanction). Ne rien faire est une option et ce n’est pas l’instauration de règles coercitives qui motiveraient les citoyen(ne)s a y participer (par contre je pense que le vote sur des projets/résolutions etc en revanche est un facteur de motivation, de démocratie).

      Ces nouvelles structures ne seront donc que ce les citoyen(ne)s en feront ou pas.

      Par ailleurs SVP ne pas s’auto-censurer dès le départ ! on pourrait imaginer que ces conseils organisent une consultation de leur concitoyen(ne)s (non contraignante bien, ces structures n’ayant aucune existence juridique) sur le Palais, la (non) cité du Surf etc.

      C’est pourquoi Il faut impérativement que ces structures disposent de moyens financiers (limités soit mais décents) pour par ex. créer un site web simple qui servirait à la consultation de la population sur les sujets identifiés et qui en valent la peine (par ex. qui engagent la ville sur une enveloppe de plus de X milliers d’Euros (montant à définir)).

      Ce pourrait être au contraire un travail préliminaire fort intéressant pour le Conseil Municipal que de recevoir de telles informations (si le Conseil Municipal est sérieux quand il déclare vouloir représenter les citoyen(nes) qui l’élisent), lequel aura après à traiter de ces sujets formellement (et à engager des fonds importants qui peuvent alors gréver les finances de notre ville).

      Ce va être un test grandeur nature des (vraies) intentions de chacun : Mr le Maire, le Conseil Municipal, les Citoyen(ne)s.

  5. J’ai été « conseiller de quartier » le temps d’une mandature de BOROTRA !
    Tout ce que nous demandions était reçu avec un SOURIRE IRONIQUE du MAIRE … qui nous affirmait que ce serait résolu en temps voulu !
    Le temps voulu ayant duré bien au-delà de la Mandature
    Je ne me suis jamais représenté ;-(((
    Il paraît qu’en tant que conseillers
    On voulait juste nous faire TAIRE
    Et continuer à GOUVERNER
    En laissant croire qu’on nous écoutait …
    Alors … avec ou sans Boissier Hervé … je ne pense pas qu’il y aura un changement
    TANT GOUVERNER (pour le Maire !) c’est d’abord se débarrasser des ENCOMBRANTS :-)))

    BONNE ANNEE 2018
    Dans notre belle ville de BIARRITZ
    Où nous sommes pris pour des CONS PAYANTS
    Plutôt que pour des CONVAINCANTS :-))))

    • Vous êtes dans le vrai, votre conseil ressemble a celui auquel j’appartenais.Oui nous pensons que les conseils sont des outils de la majorité qui avait perdu la main .

    • après avoir lu vos commentaires, je pense que le fait de vouloir changer la donne pour un mieux de l’existant est vraiment à prendre en compte – je vous souhaite de gagner toutes vos doléances encore faut il les soumettre !!

  6. Vous avez passé une mauvaise nuit ? c’est quoi ces commentaires négatifs : il me semble que la démarche de Mr BOISSIER s’inscrit dans la modernité et la démocratie participative et nous pouvons toujours y croire et relever les manches…

  7. Ti-Grolasson, merci de rappeler cette réalité qui a continué sous Michel Veunac. Entendre dire que les conseils de quartier ne « fonctionnaient pas très bien, « car ils n’osaient pas aller au-delà d’une certaine limite. Même s’il y avait de la bonne volonté, on était tombé dans une certaine routine et lourdeur administrative. » est une vaste blague. En tant que président de conseil de quartier Bibi-Beaurivage-Milady-Colline je peux dire que nous avons juste fait l’expérience d’une impossibilité de mettre en œuvre les missions d’une charte dont nous n’étions portant pas les auteurs. Concrètement il nous a été IMPOSSIBLE de « participer » à aucune décision ou même réflexion concernant la ville puisqu’aucune information ne nous était transmise sur AUCUN des points qui relevaient en théorie de notre périmètre d’action (aménagement de la côte des basques, plan de circulation, etc). Nous n’avons jamais pu donner « un avis consultatif sur les projets concernant le quartier, sur les investissements, travaux ou projets concernant la vie quotidienne du quartier » comme l’indiquait pourtant la charte parce qu’aucune informations sur ces projets, sur les cahier des charges ou même sur leur principes ne nous étaient transmis. Nous avons servi de caution au maire qui pouvait passer pour le monsieur démocratie participative de l’agglo et été cantonnés au rang d’animateurs bénévoles. La démocratie a encore beaucoup de chemin à faire à Biarritz! cf l’historique de notre conseil qui a conduit sa démission collective : https://www.facebook.com/Conseil-de-quartier-Bibi-Beaurivage-Milady-Colline-1600867023468388/?hc_ref=ARStRIxFKl8X6FsdexCkIjgWtCb-MojP0UnE4zXyBRpg6CoAfYcItXm3FPjh0JjXkBc&fref=nf

    • une idée (con?) me vient à l’esprit en vous lisant Mathieu : Et si nous montions une liste Bisque Bisque Biarritz pour les prochaines élections ?

      Nous partageons une communauté de vue, d’esprit, de projets. Au pire on ne pourrait guère faire moins bien que les actuels et au mieux ….

      Qu’en pensez vous chers lecteurs de BBB ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s