Une imbécile politique de stationnement

Encore une trouvaille de nos élus : à Biarritz, le stationnement résidentiel est plus cher qu’à Bordeaux ou à Paris !

La mairie devrait faire repeindre ses parcmètres couleur or massif. Comme cela ce serait plus clair.

Allez faire une petite visite dans les prochaines semaines à Cassis, Fréjus et Antibes et dites-nous si vous voulez que Biarritz ressemble à ça : des agglomérations qui n’ont plus que des grandes surfaces en périphérie et des retraités qui traînent leur ennui dans des centre-ville-musée, en attendant la distraction annuelle provoquée par le flux massif des touristes. La baisse de la démographie à Biarritz devrait être un sujet majeur de préoccupation de nos élus. Il n’a pas été évoqué une seule fois depuis l’élection de Michel Veunac. Il y a pourtant de quoi s’alarmer, comme vient de le rappeler Sud Ouest fort judicieusement (6/1). En quinze ans, Biarritz est passé de 30 000 habitants à 25 000 et compte désormais 49% de plus de soixante ans. Pour lutter contre ce phénomène, les leviers ne sont pas nombreux : le logement social pour permettre aux jeunes couples de s’installer et les commodités de la vie courante comme les écoles, les crèches ou le stationnement.

Veunac ne se souvient plus avoir été l’adjoint de Borotra

Sud Ouest, 6 janvier.

En ce qui concerne les logements sociaux, Biarritz est un très mauvais élève avec un peu moins de 10% de logements éligibles, alors que la loi en impose plus du double, ce qui l’amène à verser à l’état plus de 600 000 euros d’amende chaque année. Mais écoutez ce que notre bon maire, qui a décidément un toupet d’airain, a à dire sur le sujet : « On paie l’absence de construction sociale pendant des années. C’est pourtant la seule réponse pour faire venir des jeunes ménages et maintenir la courbe démographique » Bonne réponse, Monsieur l’ex-sociologue, mais qui donc était deuxième adjoint à l’époque et s’est pâmé sur le futur joujou d’un monarque dépassé et a laissé Borotra engloutir dans la Cité de l’Océan, l’argent qui aurait permis de maintenir la démographie à flot ?

165 € par an à Bordeaux, 360 à Biarritz !

 Veunac s’exonère délibérément de toute responsabilité dans cette baisse catastrophique de la population jeune à Biarritz, alors que la politique de stationnement qu’il vient de mettre en place est absurde et a tout pour dissuader définitivement des jeunes couples qui seraient malgré tout tentés de s’installer. « 30 euros par mois pour stationner, ce n’est pas cher » ont affirmé la bouche en chœur la plupart des conseillers municipaux, qui, rappelons-le, bénéficient tous d’une carte de stationnement gratuit le temps de leur mandat, ce qui leur ôte peut-être quelque peu le sens des réalités. Alors que les parkings de Bayonne pratiquent des prix très bas, que le stationnement est libre à Anglet, à l’exception du quartier des Cinq-cantons où un disque de stationnement gratuit est nécessaire pour accélérer la rotation des véhicules, Biarritz une fois de plus va devenir la ville réservée aux plus riches.

À Bordeaux, il suffit de s’inscrire sur le site de la Ville, de donner son nom, son adresse et le numéro de plaque minéralogique de son véhicule, pour recevoir un SMS de confirmation et être tranquille pendant un an. Le tout pour 165 euros.

À Paris, où le stationnement n’est pas une mince affaire, il faut obtenir une carte de résident, valable trois ans pour la somme de 90 euros. Et ensuite, un ticket hebdomadaire au tarif de 9 euros fait l’affaire. Ce qui permet de ne pas payer quand on est en vacances. Ainsi un Parisien qui part six semaines en vacances paiera au total 354 euros par an, compte-tenu de l’amortissement de sa carte.

Et pendant ce temps, à Biarritz, nos élus, confondant sans doute parcmètres et machines à sous en or massif, sont persuadés qu’ils font une fleur extraordinaire au bon peuple en leur infligeant 360 euros par an de frais de stationnement résidentiel. Et le jour où cette mesure terrible pour l’avenir démographique a été prise, personne ou presque dans la majorité ne s’est indigné que quelques minutes plus tard 9 millions de travaux pour les extérieurs de L’Hôtel du Palais soient alloués à Vinci, SANS APPEL D’OFFRES et SANS PASSER PAR LA COMMISSION DES TRAVAUX ! Mais évidemment, un truc où nos petits élus locaux peuvent se goberger à l’œil et se prendre pour des grands en côtoyant des politiques d’envergure nationale, c’est autrement plus important qu’une vraie politique de la Ville, respectueuse de tous les âges et de toutes les classes sociales.

L’angélisme de Biarritz-Magazine

C’est une page intitulée « Le stationnement dépénalisé », avec de belles images, qui va vous expliquer comment vous allez vous faire arnaquer en beauté. Mais, comme c’est bizarre, certains détails ne sont pas racontés dans ce magazine pourtant fort au fait de l’actualité municipale. Certes, un sous-titre vous annonce : « La surveillance des places de stationnement sera confiée à un prestataire privé », mais avez-vous une idée concrète de ce qui vous attend et que le maire s’est bien gardé de vous raconter en détail ? Ce que Bisque, Bisque, Basque ! va se faire un plaisir de vous révéler, grâce à quelques sources bien informées.

Avant c’était la police municipale qui érigeait les procès-verbaux de stationnement non payés ou gênants. Désormais, le contrôle du stationnement payant va être sous-traité à notre cher ami Indigo (Ex-Vinci). Indigo va donc faire sillonner la ville avec une petite troupe de mobylettes équipées de super caméras capables de lire les plaques d’immatriculation. Et grâce au contrôle à distance des futures bornes sur lesquelles il faudra au préalable enregistrer son numéro de plaque au moment du paiement, l’analyse se fera à la vitesse de la lumière. Cela permettra ainsi de multiplier par 100 voire plus le traitement à l’heure des données et l’envoi automatisé à domicile des fameux forfaits post stationnement majorés à 30 euros.

Et les salariés d’Indigo, comme ceux des fourrières de Paris une fois qu’elles ont été privatisées, auront à cœur de faire du chiffre et ne se montreront guère compréhensifs. Et pendant ce temps-là, double peine pour les automobilistes, puisque les agents municipaux vont donc se recentrer sur le stationnement gênant et le stationnement à durée limitée. Si tout ça ne fait pas un magnifique jackpot, c’est à désespérer…

Citoyens, vous pouvez astiquer votre porte-monnaie et n’oubliez pas de remercier cette équipe municipale tellement préoccupée de votre bien-être !

12 réflexions sur “Une imbécile politique de stationnement

  1. Le papier ci-dessus est une explication pertinente de la façon dont sont gérés les contrôles et multipliés les encaissements sur les emplacements payants de notre ville et ailleurs. Ce ne sont pas les nouveaux actionnaires d’Indigo (anciennement Vinci Park), société détenue à parts égales par le groupe Ardian (ex-AXA Private Equity, plus de 50 milliards de dollars d’investissements de par le monde) et Crédit Agricole Assurances qui s’en plaindront.

    La mainmise des grands groupes capitalistiques sur la vie de nos cités confine toujours plus nos élus locaux, régionaux et nationaux dans un rôle de paisibles contemplateurs d’un monde où l’affairisme règne en maître.

  2. Moins de voitures en ville ne veut pas forcément dire des commerces qui ne fonctionnent pas Jean-Yves.

    Il faut virer les bagnoles du centre de Biarritz (à part les résidents qui doivent pouvoir accéder à leur habitations) et faire en sorte que la piétonisation gagne du terrain partout.

    Toutes les villes du Nord de l’Europe ont des coeurs de villes piétons et …. des commerces qui travaillent (car il n’y a pas de grandes surfaces à la BAB 2 / Ametzondo, précisément afin d’éviter de dépeupler les centres villes qui se meurent une fois les zones commerciales ouvertes avec d’abord les commerces qui ferment puis les habitants qui partent).

    Quand au prix du stationnement: la bagnole est une plaie Jean-Yves (pollution, accidents, bruit). Limiter la bagnole par le prix cela fonctionne. Pourquoi devrions nous avoir une (ou deux) voiture(s) par foyer ?????? Pourquoi devrions nous pouvoir aller partout en bagnole ?

    Dans les villes denses qui veulent limiter la pollution (Singapour) le prix d’une carte grise est prohibitif et résultat il y de supers transports en communs, des vélos avec pistes cyclables partout, des piétons, du covoiturage, du car sharing. Bref la place de la voiture recule dans la cité et la qualité de vie augmente.

    Regardez Copenhague, Stockholm, Amsterdam…. beaucoup moins de voitures avec des tarifs de stationnement (6 euros / heure) qui dissuadent les habitants de fumer leur budget sur un tas de ferraille qui durant 90% du temps est garé vide.

    Le tout bagnole une maladie du siècle passé.

    Le vrai problème est que BTZ n’attire se dépeuple et là c’est pas le prix du stationnement qui va jouer dans la balance. Biarritz a une image de ville de vieux riches, de ville ankylosée, de ville de résidences secondaires, de ville qui se recroqueville, qui se fige. Rien (et ce ne sont pas ces illuminations à la chinoise de la colline aux hortensias de Noel, ou la patinoire qui vont changer quoi que ce soit à la perception du public de Biarritz comme ville de vieux) qui attire les jeunes, les quadras, les actifs etc.

    Il faut une vraie politique marketing / de com. associées avec des actions concrètes visibles et là c’est une autre paire de manche pour un conseil municipal qui n’a pas de boussole ni ne sait que nous sommes en 2018 et que le monde change

  3. Aucun contrôle, les places sont vampirisées par les commerçants qui s’étonnent ensuite que les clients partent ailleurs faire leurs courses.
    la solution externe est la seule qui peut changer les mentalités.
    c’est ce qui est en train de se passer à Bordeaux.
    Depuis le 1er janvier les contractuels sont privés, 30% en plus et gère seul là où 2 personnes
    étaient nécessaires avant,
    stationnement 5€ pour 2h au delà 5€ le1/4 supplémentaire (3h 35€)
    Résultat on peut se garer plus facilement

  4. On ne peut parler de baisse démographique et perte simultanée de mixité sociale sans évoquer le fait que Biarritz est lourdement à la traîne dans l’application de la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbains). Cette loi impose un quota de 25% de logements locatifs sociaux aux communes de plus de 3.500 habitants situées dans les agglomérations qui en comptent plus de 50.000.

    Or, notre municipalité s’obstine à ne pas vouloir respecter ses obligations en offrant qu’environ 7,5% de logements sociaux dans un contexte où la forte spéculation immobilière pousse les familles et les jeunes financièrement vulnérables à partir à cause des prix locatifs exorbitants que cette poussée spéculative engendre. Ce refus d’appliquer la loi SRU place Biarritz dans le top 10 des « mauvais élèves » des villes de moins de 50.000 habitants qui ont fait le choix de s’acquitter d’une amende annuelle (330.000 euros pour Biarritz en 2011), plutôt que de chercher à loger et donc retenir une population jeune ou/et défavorisée.

    C’est donc avant tout à cause du choix délibérément restrictif qu’opèrent nos élus locaux en matière d’habitat social que la population s’amenuise, alors que paradoxalement le nombre de résidences secondaires et de logements occasionnels sont en constante augmentation (https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-64122). En demandant à l’État de quadrupler le montant des amendes, la Commission nationale SRU espère pouvoir enfin parvenir à faire bouger les communes récalcitrantes qui préfèrent privilégier la venue de retraités fortunés.

    • bien sur vous avez raison Sirius et BTZ comme nombre de bourgades chics ne veux pas de gueux sur le territoire.

      Toutefois il me semble que ce ne soit pas la seule explication : encore une fois nombre de villes chères et bourgeoises attirent de nouveaux habitants, souvent parce que…..l’on y trouve des EMPLOIS. Cela veut dire que le foncier existant (même si BTZ n’est pas Anglet question foncier disponible) peut et doit servir à construire des logements pour habitants non fortunés (ce qui ne veut pas dire pauvre) MAIS AUSSI doit être active afin d’attirer des entreprises afin que l’on puisse avoir un bassin d’emploi pérenne.

      La ville pouvait donc parfaitement (ce qu’elle n’a pas choisi de faire….) i) vendre le Palais aux Emiratis et avec l’argent réduire la dette, puis investir pour acquérir (par ex. préempter) des immeubles, y construire des programmes de logements abordables, réaliser des pépinières d’entreprises (au lieu de financer les puits sans fonds que sont la Cité du Surf, le BO etc)

      Enfin il y a aussi le marketing soit l’attractivité de la ville (sexy ou pas) auprès de l’opinion, du fait de ce qui s’y passe (ou non). Force est de constater que si le nom de BTZ est connu dans le monde entier, on ne l’associe pas à une ville cool, moderne, branchée, avec top qualité de vie, ville écologique etc Biarritz = ville chère, de vieux bourgeois étriqués, station balnéaire (donc pas d’emplois hors saison etc etc).

      Les Anglais disent « cut the loss » pour signifier qu’il est temps d’arrêter de perdre de l’argent (par ex. Palais, BO, Cité du Surf etc etc). Cette situation déplorable est la résultante du (non) travail et des choix des équipes municipales précédentes (et de celle en place) équipes qui sont élues par …. les Biarrots !!!!

      A ce stade rien ne sert de pleurer sur un passé révolu et pour lequel on ne peut rien changer mais au contraire de bâtir une alternative crédible, moderne, ambitieuse pour 2020.

  5. Biarritz ne change pas qui vit au rythme lent et hésitant de sa population de retraités craintifs . C’est sur ce terreau que la méconnaissance de l’autre se transforme en peur et se retourne contre la population la plus démunie et la plus vulnérable : les immigrés, les chômeurs et les pauvres … qui sont toujours suspectés d’être des délinquants en puissance …
    Même la jeunesse locale, privilégiée , sur-protégée et nourrie au lait du conformisme béat, répugne à l’aventure du changement et se laisse facilement convaincre qu’une France forte est une France crispée, dure avec les faibles et souple avec les puissants . Le refus implicite d’aller plus avant vers le logement social rejoint le fantasme actuel, porté par la rumeur montante, qui voit dans l’arrivée prochaine du Tram Bus un cheval de Troie qui inondera notre ville d’envahisseurs cosmopolites et suspects venant de la ZUP ….

  6. Hello à tous apres une petite enquête menée auprès de Indigo voici donc le résultat
    Je suis allée jusqua l’horodateur du parking du Port Vieux qui je vous le rappelle est devenu payant a l’année !!!!
    Jai donc paye 3h de stationnement (puisque nous ne pouvons pas aller au delà)
    Jai donc introduit dans la machine 4,50€ (cest le tarif) jai rentre ma plaque d’immatriculation et ce joli ticket s’est imprimé.
    Pour ceux qui ne le savent pas, je suis gérante d’un Bar restaurant dans ce quartier, je travaille de 8h à 18h, ce sont mes horaires quand je suis de journée.
    J’ai mis 4,50€ à 11h, et la machine intelligente a calculé sans oublier d’enlever le Non payant c’est à dire entre midi et 14h (Encore heureux on se fait déjà assez niquer comme ça)
    Jai eu donc le droit de stationner jusqua 15.40
    J’ai pris mon petit smartphone pour appeler Indigo en leur demandant comment Faire au bout de 3h, l’objectif de la mairie étant de dégager le véhicule une fois le temps écoulé.
    Sa réponse : vous ne pouvez pas rajouter d’argent dans l’horodateur, au bout de 3h, il suffit de prendre votre véhicule et de le garer ailleurs car vous ne pouvez pas stationner au même endroit et vous ne pouvez pas rentrer 2 fois votre numéro d’immatriculation dans cette meme machine.
    D’accord tres bien donc comme je commence ma journée à 8h, je devrais donc payer jusqua 11h 4,50€, puis bouger mon véhicule jusqua 15.40 dans une autre rue et repayer 4,50€, puis rebouger mon véhicule et repayer jusqua 18.00 !!!!!!
    Je vais donc dire à mes clients d’attendre que je « destationne ma bagnole » avant de les servir et cela 3 fois par jour.
    La réponse d’indigo : retournez vous auprès de la mairie, je suis harcelée de coups de téléphone par des personnes comme vous !!!!
    D’accord !!!
    2eme question : je vis a biarritz et j’y travaille également
    Combien coûte une carte de stationnement au mois ?
    Réponse : vous vivez ou à biarritz Madame ?
    J’habite vers Petricot
    Tres bien … et est ce que c’est payant chez vous
    Heu bien sûr que Non !!!!!
    Et bien Madame vous ne pouvez pas bénéficier de carte car pour cela vous devez vivre dans une zone payante !!!!!
    Donc si je résume bien, je paye des impôts, je participé à l’économie de la ville parce que jai un commerce mais par contre je ne peux pas bénéficier d’un tarif spécial !!!!!!

    Et bien voila comment nous sommes traités, aucune considération rien !!!!
    C’est évident que nous n’allons pas en rester la !!!!
    Affaire à suivre 😉😉😉😉

    • Diantre je n’arrive pas à croire que nous français aurions un gène en moins que dans les autres pays ou des restrictions de parking similaires(via des prix prohibitifs) existent depuis 10 ans précisément afin de dépolluer les villes de bagnoles qui nous enfument (littéralement) prennent une place infernale, nécessitent de bétonner, font du bruit etc etc etc

      Madame soit vous prenez un abonnement dans un parking a proximité soit vous prenez un vélo, soit vous marchez !!! Pourquoi le tout bagnole perso comme seul modèle dans la cité ?

      Quand finirez vous par comprendre que le tout bagnole c’est le siècle passé ?

      La qualité de vie passe par moins de voiture et plus de marche, de vélo etc. Continuez à ne rien vouloir changer et vous ne pourrez que générer votre propre frustration !

      • On a bien compris que vous n’aimiez pas les bagnoles. C’est vrai qu’il est très pertinent de comparer BTZ à Singapour ou Amsterdam ….. Je vous propose de tenir un commerce dans une ville en pente où il pleut souvent et de ne vous déplacer qu’en vélo …. surtout quand vous habitez en dehors de BTZ et que vos enfants sont scolarisé ailleurs car la carte scolaire vous l’impose.
        Le ton que vous utilisez est proprement stupéfiant vis à vis d’une commerçante qui tente juste de travailler et fait partie des derniers à faire vivre cette ville ….

      • bien sur Lipo Biarritz est l’exception qui nécessite la voiture tout temps partout!!! s’inspirer de ce qui marche ailleurs? pour quoi faire? on est tellement bien « chez nous ».

        vos arguments m’ont tout a fait convaincu.

        quant aux commerçants : que diriez-vous de la Légion d’honneur a chacun ? ils sont l’honneur de la ville, les forces vives!

        ou mieux une place de parking gratuite a chacun a vie!

        vous avez raison Lipo ne changez rien a ce modèle d’organisation qui marche si bien que personne nulle part ne s’en inspire tellement il est médiocre

  7. Le bonheur de ces changements dans la gestion du stationnement à Biarritz m’a déjà souri hier, 23 janvier, avec ma première amende de année. Quel bonheur de venir travailler en centre-ville de Biarritz tous les jours ! Merci aux élus pour ce cadeau ! Et surtout merci de ne surtout pas vous occuper de développer les transports entre l’ancienne agglo Pays Basque Sud et l’ancienne AGBA, ça ne servirait à rien et ça diminuerait vos rentrées d’argent avec les amendes! Et puis, quel intérêt pour vous? Vous avez vos places de stationnement, donc quel intérêt de proposer des solutions aux gens qui doivent venir tous les jours travailler dans Biarritz et qui n’ont aucun moyen de transport qui tienne la route entre leur domicile et le centre-ville de Biarritz.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s