Et maintenant, le stationnement open bar !

Recevant les commerçants en colère, la mairie a demandé ce lundi à Streeteo de ne pas verbaliser les automobilistes. La farce continue…

Si vous avez trouvé, ce lundi, que les agents verbalisateurs de Streeteo avaient un peu tendance à musarder au soleil et ne semblaient pas très enclins à balancer de la prune au kilomètre, ne vous étonnez pas : ils ne faisaient qu’obéir à des consignes venues de la mairie et transmises par leurs chefs, leur interdisant de verbaliser en ce beau lundi radieux.

Du côté de la mairie, c’était plutôt « Marche à l’ombre ! ». Courageux mais pas téméraire, Michel Veunac recevait ce jour une délégation de commerçants et avait estimé plus habile de ne pas agiter le chiffon rouge face à ces commerçants qui n’en reviennent toujours pas de la méconnaissance de leur métier manifestée par les élus concernés. Veunac a donc fait du Veunac, balançant des paroles lénifiantes et simulant la plus grande fermeté, ce qui signifie qu’il est sur le point de céder, puisqu’il a annoncé à ses interlocuteurs médusés que sa politique de stationnement était parfaite et qu’il n’y reviendrait pas… avant de proposer une deuxième réunion la semaine prochaine pour faire avancer le dossier.  On prend les paris que Veunac, une fois de plus, va se dégonfler ?

Objectif biarrot : 80 prunes par jour et par agent

Peio qui vit à Paris et vient d’être recruté par Streeteo tout en gardant un œil sur son pays basque natal, a une idée assez précise sur ce qui se passe actuellement : « À Paris, on fait ce qu’on peut, mais on est insultés quotidiennement. Et franchement, la population a raison. En plus les applications qu’on nous a données ne marchent pas toujours. Quant aux scooters avec lesquels on est censé travailler, ils sont très lourds et peu maniables. Il y a déjà eu deux accidents et c’est miracle si nous n’avons pas un mort. Je n’ose même pas imaginer comment ils font dans une ville en pente comme Biarrtiz ! »

Michel Veunac s’admirant dans une glace.

Visiblement, Peio comprend ce que ses collègues biarrots sont en train de vivre : « Ils sont déjà écœurés et rêvent que Veunac dise on fait marche arrière. On souhaite faire de l’humain, du chirurgical, du cas par cas, alors qu’on devient des robots destinés à racketter les automobilistes… Je sais que leur application marche mal et qu’il y a des quartiers entiers dont le Port-vieux où ils ne peuvent pas verbaliser »

Enfin une bonne nouvelle, alors que les chiffres avancés par Peio ont de quoi faire frémir. « On nous demande de faire 400 contraventions par jour. À Biarritz, comme dans toutes les villes moyennes, on attend des agents qu’ils balancent 80 prunes chacun. Un chiffre que les policiers municipaux de Biarritz n’ont jamais réalisé ».

Actuellement, selon Peio, trois agents seulement sévissent sous les couleurs de Streeteo, mais « cet été, ils vont être huit. Ils vont être contents les touristes venus se baigner quand ils vont devoir déplacer leur voiture au bout de trois heures ! »

Peio n’a décidément aucun sens de la hiérarchie. L’essentiel c’est tout de même que les élus puissent stationner gratuitement leur propre véhicule !

Une liste bien opaque de 120 non-verbalisables

Bisque, Bisque, Basque ! a enfin pu toucher du doigt cette fameuse liste, écrite par la mairie et transmise à Streeteo des 120 plaques d’immatriculation à ne pas verbaliser. Sous le sceau du secret, les services de la mairie nous en apprennent de belles sur les passe-droits et autres inégalités déjà mis en place avec cette nouvelle politique : ainsi, les policiers nationaux, bien que n’habitant pas Biarritz, ont droit au tarif résidentiel, ce qui n’est pas le cas des policiers municipaux. Quant aux agents de Steeteo, ils doivent payer plein pot un abonnement à Vinci au parking de la gare du midi.

Pour en revenir à la liste des 120 privilégiés échappant au racket, elle se compose en deux volets. Nominative pour une quarantaine de plaques, elle comporte tout le conseil municipal, ce qui est plutôt logique, puisque ces derniers bénéficiaient déjà d’une carte de stationnement gratuit.

Estrait de la liste de 120 plaques d’immatriculation à ne pas verbaliser. Cette liste, établie par la mairie, a été transmise à Streeteo.

Néanmoins, l’examen du court extrait que nous publions aujourd’hui, montre déjà certaines complaisances. Ainsi le délégué aux mobilités urbaines, Éric Bonnamy, jouit d’une autorisation pour deux voitures, ce qui fait sourire pour ce chantre de la bicyclette. Quant à Bénédicte Darrigade, belle-fille d’un immense champion cycliste, les services de la maire ne savent visiblement pas orthographier son nom.

Reste la deuxième partie de la liste qui se compose de quatre-vingt noms, ou plutôt de quatre-vingt plaques d’immatriculation sans aucun nom, ce qui pose un sérieux problème d’éthique. Les employés communaux – les mauvais esprits que voilà ! – soupçonnent que les noms de certaines épouses d’élus ont discrètement été glissés dans la liste ! Comme si les passe-droits, entourloupes et autres favoritismes étaient une pratique courante dans cette mairie ! Dans cette liste, se trouvent probablement des médecins et autres professionnels qu’il est parfaitement légitime de ne pas verbaliser. Mais, si la mairie ne veut pas que Bisque, Bisque, Basque ! publie la liste complète des plaques minéralogiques « privilégiées », et organise avec les citoyens de la ville une traque aux évadés du stationnement payant, elle serait bien avisée de communiquer tous les noms des bénéficiaires au nom de cette transparence si chère à notre bon maire.

D’autant plus qu’il semblerait que la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) n’aie pas donné la moindre autorisation à ce fichier, ce qui est parfaitement illégal.

Allez, encore du grain à moudre pour l’opposition dans la perspective du prochain conseil municipal !

12 réflexions sur “Et maintenant, le stationnement open bar !

  1. La kermesse Veunac continue. Déjà 4 ans. Plus que 2. Peut-être. Les biarrots sont capables de lui accorder un second mandat qui sait ?
    Pratiques honteuses et scandaleuses évidemment. A partir de là 3ème heure on passe à 15€ l’heure ! Je suis le 1er à vouloir désengorger les centres villes mais il faut proposer des solutions alternatives. Une navette à l’année depuis le parking Iraty et avec un vrai cadencement, pas un tous les 20mn. Par exemple.
    Quant aux sociétés privées qui verbalisent, et qu’on retrouve dans les voitures radars banalisées, c’est très très douteux. Les quotas, le rendement, le chiffre, pour remplir les caisses sont un bien mauvais message.

  2. …..soupirs……que dire si ce n’est que tout cette histoire est simplement désolante, navrante, édifiante et semble le devenir un peu plus chaque jour.

    1 – Il suffit que quelques commerçants (qui ne veulent pas prendre un abo parking) ruent dans les brancards et …. bingo on va les exonérer ?!?!?

    Un détail sans doute mais…à Biarritz, nombre des commerçants que je connais n’habitent pas même la ville (donc ne votent pas, ne payent pas d’impôts locaux (pour par ex entretenir la voirie)) !

    2 – une liste de « VIP du parking » existe : il fallait le faire, ils l’ont fait, bravo. Quelle belle éthique en toc! On s’exonère entre soi et on parle après de justice sociale, d’égalité du citoyen devant l’impôt… c’est crédible et va très certainement contribuer à renforcer la confiance des citoyens dans leurs élus

    3 – Jean-Yves tu écris (quant aux poooooovrecommerçants-dans-le-besoin-qui-n’ont-pas-le-sous-pour-payer-leur-parking-on-leur-en-veut-on-les-rackete-eux-les-forces-vives, alors que les agents de Steeteo, eux doivent payer plein pot un abonnement à Vinci au parking de la gare du midi…) :
    « la méconnaissance de leur métier manifestée par les élus concernés. »

    Hormis les médecins/infirmiers/pompiers peux-tu STP me dire quelle autre profession selon toi mérite que l’on exonère de frais de parking – durant des interventions professionnelles s’entend ?

    Je rappelle que le parking sur la voirie (qui n’est toujours pas un droit fondamental inscrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, ni dans la Charte Européennes des Droits de l’Homme je viens de vérifier) doit être organisé par les services de la Mairie et que cela a un coût pour les finances locales (via les impôts payés par les résidents (et non pas par les commerçants qui ne vivent pas à Biarritz) ex. asphalte, trottoirs, marquage etc) .

    Et il faudrait donc exonérer les plus démunis d’entre-nous (les commerçants non-résidents) au nom d’une mystérieuse loi qui établirait qu’ils ont des besoins (incompréhensibles des mortels eux résidents) de ne pas se prendre un abonnement COMME TOUT LE MONDE ?

    logique non ? Je pense que le Marin Shadock n’aurait pas fait mieux.

    et les assistantes maternelles, les instit et autres salariés de base, petits salaires qui eux ne sont pas commerçants (mes parents l’étaient et payaient leur parking), les retraités ou chômeurs: eux vont devoir le payer le parking plein pot parce qu’ils ne sont pas organisés via un post de blog lénifiant ?

    Le but devrait être – comme plusieurs contributeurs de ton blog l’ont fort justement exprimé – moins de voitures en échange de plus de transports en commun et/ou co-voiturages et/ou car-sharing. Il faut tenir bon sur le prix du stationnement ET introduire ces solutions de mobilité alternatives qui font aujourd’hui défaut. L’un va avec l’autre.

    • on a bien compris votre haine des la « bagnole » et votre mépris des commerçants qui ne résident même pas à BTZ, et qui devraient donc se garer à l’extérieur et venir ouvrir boutique avec des moyens de transports alternatifs qui n’existent pas …. les commerçants paient la CFE, des taxes foncières, encaissent des taxes de séjour pour les hôteliers. Ils ne méritent selon vous aucune considération de leur pb de stationnement. Ils ne demandent pas d’exonération, mais un aménagement, et ils ne refusent pas de s’abonner, mais vous qui fustigez la méconnaissance des uns et des autres ne pouvez vous empêcher d’étaler la vôtre ; des places d’abonnement il n’y en a plus dans les parkings proches des commerces.
      Vous parlez de solutions alternatives, c’est très bien, mais le blocage du stationnement ne doit pas se faire en amont, or aujourd’hui c’est ce qui se passe.
      Vous pouvez en effet soupirer et fustiger les méchants commerçants, il n’en reste pas moins que la réalité est bien loin de vos leçons de morale.

      • Diantre quelle belle diatribe ! La bagnole : la vache sacrée de France Môssieur…

        je n’ai aucune haine (contrairement a ce qui transpire de votre message) : je dis ce que je pense et vous avez le droit de ne pas souscrire je respecte votre opinion.

        Mes parents étaient commerçants (restaurateurs) et je connais assez bien la problématique de cette catégorie professionnelle contrairement à ce que vous pensez. Toutefois payer la CFE ne justifie en rien un régime spécial pour les commerçants. Tous les citoyens (ou presque selon leurs moyens) s’acquittent de taxes. C’est comme cela en démocratie (faites l’essai de vivre en dictature la question du parking ne se posera pas car vous n’aurez pas de bagnole ;o)

        Si il n’y a plus de place dans un parking à côté et bien vous savez quoi : on prend ses petites pattes de derrière et on marche jusqu’au suivant ou il y a de la place. C’est quand même aberrant de se battre pour pouvoir se garer ou on veut quand on veut alors que la géographie de la ville limite d’elle même les options logistiques…

        Par ailleurs je suis entièrement d’accord avec vous il eut fallu prévoir des solutions accompagnatrices en amont … mais cela ni vous ni moi ne pouvons rien y changer si ce n’est les réclamer pour un futur proche.

        Enfin quel beau combat que de se mobiliser les cheveux aux vents, dans le froid, bravant la pluie le poing levé pour un droit (au moins constitutionnel je l’espère) au-parking-adapté-des-valeureux commerçants-de-Biarritz-fierté-de-notre-belle-cité…

        Par contre …les hôpitaux au bord de l’explosion, les EHPAD dans lesquels nos vieux croupissent et le personnel sue sang et eau, les écoles auxquelles ont retire les moyens de prodiguer des savoirs de qualité, la police et les autres fonctions régaliennes qui la aussi implosent, la culture dépouillée de tout moyens…… rien ?

        Vous avez vraiment les bonnes priorités ! Et vous avez raison ne payez pas d’impôts, ne payaient rien, gardez tout pour vous (avec les économies réalisées vous pourrez construire un mur à la trump pour vous protégez du monde qui change).

      • quel bloubiboulga sans queue ni tête ….
        Je répondais à votre assertion, fausse, que les commerçants non-résidants ne payaient pas d’impôts sur BTZ, or ils en paient. Vous partez sur un débat sur l’impôt en invoquant Trump ( le nouveau point Godwin ) et son mur. Tout y passe, les hôpitaux, les écoles, tout le cantique … Excusez de recentrer le débat, mais on est loin de Trump et on s’en fout, on parle du stationnement à BTZ. On ne parle pas de l’incapacité de l’Etat à gérer toutes les choses dont il se mêle inutilement pour délaisser l’essentiel, malgré la quantité phénoménale de prélèvements, on parle d’un sujet local et précis.
        Les commerçants ne demandent pas de gratuité, ni de privilèges contrairement à ce que vous sous-entendez à longueur de commentaires, ils veulent juste pouvoir travailler aussi normalement que possible. Vos parents payaient leur parking ? aujourd’hui aussi les commerçants paient, aujourd’hui aussi ils prennent leurs petites pattes pour marcher. Néanmoins vos parents devaient-ils fermer boutique pour prendre leurs petites pattes pour aller déplacer leur voiture toutes les 3 heures ? et au tarif d’aujourd’hui ?

        Quant à vos tirades sur la voiture « doudou pour adulte en manque de sens de la vie » elle est simplement navrante. j’ai travaillé à Londres, donc sans voiture, j’ai aussi habité à la campagne, sur mon lieu de travail, utilisant très peu la voiture et j’en étais ravi, comme tous les gens qui peuvent s’en passer. Aujourd’hui la voiture me sert à travailler, et je n’ai pas le choix …. j’aurais donc perdu le sens de la vie !? nous serions donc quelques millions à devoir prendre la voiture par obligation, subir les contraintes de la circulation d’aujourd’hui, assumer le coût d’entretien élevé des véhicules actuels, subir le racket des services de l’Etat ( sûrement pour payer les hôpitaux et les écoles bien sûr ), par plaisir et parce que nous considérons notre voiture comme un doudou ?

      • Nous avons le droit de ne pas être d’accord Lipolibéral.

        je maintiens que le tout bagnole dans les centres villes FR (centres en partie désertés car il n’y est pas plaisant de circuler piéton entre vélos, scooters, motos, voitures, camions, bus…) + le-chacun-pour-sa-pomme-je fais-ce-que-je-veux-c’est-ma liberté-si-je-veux-garer-ma-voiture-ou-je-veux-quand-je-veux-et-gratos-c’est-mon-droit… = un vivre ensemble digne de la jungle + une inefficience crasse.

        Je vous cite « nous serions donc quelques millions à devoir prendre la voiture par obligation, subir les contraintes de la circulation d’aujourd’hui, assumer le coût d’entretien élevé des véhicules actuels, subir le racket des services de l’Etat  » ……

        Mais qui vous y oblige à prendre votre bagnole ? Personne ne vous force à vivre hors d’une ville ni non plus à y exercer une profession commerçante si les conditions d’exercice sont épouvantables ? Assumez les contraintes de vos choix ! Adaptez-vous, vous êtes lipoLIBERAL non ?

        Cet épisode assez navrant illustre bien le piètre niveau auquel se meut la France (et Biarritz) qui préfèrent palabrer sur des questions de parking au lieu de s’occuper des vrais dossiers qui feraient avancer le pays ou la ville.

        Quant à mes parents ils payaient en effet le plein tarif car ils utilisaient leur temps de cerveau disponible pour faire du commerce et non pour palabrer sur des non-sujets de la sorte.

        Sur ce bonsoir chez vous

  3. Cette liste des « VIP du parking », comme la dénomme joliment Paul Bismuth, semble en fin de compte servir d’ersatz à l’ancienne pratique qui consistait à orner le tableau de bord de son véhicule d’une carte de visite lorsque l’on savait pouvoir bénéficier de la mansuétude des agents verbalisateurs.

  4. Savez-vous que le fait d’être abonné dans un parking souterrain ne vous donne pas de places attribuées ? Si vous arrivez et qu’il n’y a pas de place, malgré votre abonnement, ben vous avez le droit d’aller voir ailleurs…

      • Quel humour subtil! ais-je écris cela ?
        Commencez par définir « normal » et je vous donnerai alors mon opinion.
        mais je vous retourne la question: est-ce normal d’avoir des voitures partout (objet doudou pour adulte en manque de sens de la vie) ?
        je pense que non mais vous êtes libre de penser le contraire
        une belle journée à vous sous la pluie de Biarritz

  5. Pingback: Stationnement : « Ne venez pas à Biarritz » dit le Maire – The blond biarrote

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s