La Semaine réinvente la recette du pâté d’alouette

L’hebdomadaire local a un sens très particulier de l’information équilibrée…

Le numéro du 26 janvier avec Macron en couverture.

Inventé par un habile commerçant, le pâté d’alouette allie à égalité deux saveurs fort subtiles avec une alouette pour un cheval… Sauf qu’à l’arrivée, une viande se retrouve légèrement plus abondante que l’autre. Le marmiton qui dirige La Semaine du Pays basque, est incontestablement un as de la tambouille journalistique, comme en témoigne son parcours sinusoïdal. Oh, qu’il est alléchant son dossier sur « Macron vu par le Pays basque, Élus, militants, entrepreneurs, citoyens, qu’en disent-ils ? ». Malheureusement, en feuilletant les quatre pages du dossier, on comprend vite que La Semaine vient de réinventer le pâté d’alouette. Une page consacrée à Loïc Corrégé, le référent départemental d’En Marche. Et encore une demie page accordée à Florence Lasserre-David, la députée qui va bien se garder de dire du mal de Macron. Pendant ce temps, Levréro pour Les Républicains et Capdevielle pour les Socialistes se contentent d’un quart de page. Surtout, ne pas offenser les puissants en place !

Même curieuse dissymétrie en page 5 où cinq des six intervenants se pâment pour le nouveau monarque, tandis qu’en bout de table, en bas à droite, le Cégétiste de service est le seul à se permettre quelques critiques.

C’était notre rubrique, la petite alouette de la CGT et le gros cheval patronal.

10 réflexions sur “La Semaine réinvente la recette du pâté d’alouette

  1. si la semaine était critique envers le pouvoir en place ça se saurait c est bien pour ça que je ne l achète plus depuis des années !!!

  2. Certes, il y a une dissymétrie…
    Dont on peut éventuellement déduire que la SPB est un joumal d’opinion, « non défavorable au président de la République »…Et alors?
    Je comprends parfaitement le ressenti du journaliste épris d’objectivité et d’équilibre. Mais alors le propos pourrait être complété, en regrettant par exemple que le FN, la FI, EELV n’aient pas été traités à parité.…
    On pourrait aussi commenter le choix, la légitimité, la représentativité des personnes s’exprimant au nom des différents courants de pensée. Peut-être n’a-t-il pas été si facile que cela d’en trouver qui estiment que cela présentait un intérêt, quand ce ne serait que la nano-gloire de pouvoir dire dans cette feuille locale, très locale, le propos convenu que leurs « chefs » attendent d’eux.
    Loic Corrégé était légitime en raison de ses fonctions de « patron » de LREM 64.
    Colette Capdevielle l’était d’évidence pour le PS.
    Mme Lasserre-David, une des plus mauvaises députées de la nouvelle génération comme on l’a vu rapidement, s’ajoutant à Corrégé, effectivement, ça fait vraiment trop.
    Levréro n’est rien du tout, si ce n’est un filloniste jusqu’auboutiste (après avoir soutenu Le Maire) qui, au contraire du peu qui lui restait de fierté et de convictions, s’est infligé pour l’infime fascination des lumières de la rampe la honte et l’idignité de se mettre dans les pas et l’ombre de la petite Arosteguy – pour laquelle il n’avait pas de mots assez durs juste avant -, justement battue à plate couture, un duo carpe et lapin qui n’a jamais appelé à voter contre le FN au second tour présidentiel.
    Alors bon, la SPB est vaguement macronienne, dont acte.
    Mediabask et même Sud-Ouest sont-ils toujours parfaitement équilibrés, et d’ailleurs est-ce ce que leur lectorat attend d’eux?
    Réflexions qui ne retirent rie au plaisir constant de lire Bisque Bisque Basque – même si on n’est pas « de gôche » – ni aux grandes qualités d’honnêteté intellectuelle et morale de son auteur!…

  3. Alors que le patron de LVMH a doublé sont rythme de croissance en 2017, le tirage hebdomadaire moyen de la SPB peine à atteindre 1 568 exemplaires (81 539 : 52), ce qui fait que partant d’un lectorat restreint et d’une aide étatique individuelle de 4 208 euros annuels, cette publication est tout naturellement portée à ne faire preuve d’aucune témérité éditoriale et préfère intégrer, non pas nécessairement la macronie, mais bien plus banalement le courant dominant du moment.
    Ceci est une désolante constatation qui vaut malheureusement pour de très nombreux titres de la presse généraliste de ce pays et va à l’encontre du débat pluraliste qui est le seul garant d’une continuité de notre démocratie.

    • Très juste SIrius mais….le chat se mord la queue : si il ne propose pas d’offre qualitative qui génère de nouveaux lecteurs (regardez l’exemple de Médiapart) alors il doit continuer à aller à la soupe aux subventions et ne mord la main du puissant qui le nourrit.

      la seule option est la qualité : ce blog en est la preuve vivante. Son succès n’est à mettre qu’au seul compte de son auteur !

  4. Assurément Paul, le présent blog en est l’indéniable preuve, et Médiapart partage son succès qualitatif avec cet autre bel exemple qu’est le Diplo.

  5. Pas d’accord avec vous. Si vous lisez vraiment les articles de cette page 5, vous verrez que le président de la FNAIM et l’entrepreneur de Biarritz sont loin de se « pâmer pour le nouveau monarque ».  Allez les anciens, une vitamine dans la tisane, des lunettes de vue et  une ampoule plus puissante dans la lampe.

  6. se pâmer
    verbe pronominal
    1.
    vieilli
    Perdre connaissance.
    synonymes : défaillir, s’évanouir
    2.
    Être sous le coup d’une sensation, d’une émotion très agréable.
    Se pâmer d’admiration.

    Nous n’avons pas la même définition de se pâmer, car sur les 6, seul le MEDEF semble « apprécier ». De là à se pâmer… Merci à Monsieur l’ophtalmologue d’avoir LU l’article ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s