Ces adjoints qui décident les yeux bandés

Ce document le prouve : la majorité a été tenue dans une ignorance totale de la politique de stationnement imaginée par Veunac, Lafite et Claverie.

« On reste, car on a des dossiers à mener à bien », affirment en chœur les adjoints non-démissionnaires. La réalité est peut-être légèrement différente.

C’est un document particulièrement édifiant qui n’aurait jamais dû tomber entre les mains de « Bisque, Bisque, Basque ! ». Alors que la grogne s’amplifie dans la ville à propos de l’insensée politique de stationnement mise en place par Veunac, plusieurs adjoints, qui avaient voté comme un seul homme la convention signée entre Biarritz et Streeteo lors du conseil municipal du 20 décembre dernier, commencent à se dire que leur carrière politique sent le roussi et se tournent vers Muriel Guesdon, du service juridique de la Ville de Biarritz, pour avoir les détails sur les sommes reversées à la Ville après chaque contravention, joliment appelée désormais Forfait Post Stationnement (FPS).

En effet, une somme de 1,5 million d’euros a été engagée, somme qui n’a d’ailleurs jamais été évoquée lors du conseil municipal du 20 décembre, et c’est bien la moindre des choses que les élus puissent calculer par eux-mêmes le nombre de « prunes » qu’il va falloir balancer pour « rentabiliser » l’opération. (Bisque, Bisque, Basque ! persiste et signe : dans le projet initial, les jolis cœurs qui nous dirigent avaient envisagé en toute simplicité 80 000 procès-verbaux par an !)

La réponse de Muriel Guesdon claque comme un coup de fouet. On ne peut communiquer « les éléments qui reflètent la stratégie commerciale d’une entreprise, opérant dans un secteur d’activité et dont la divulgation est susceptible de porter atteinte au secret commercial ».

Une affirmation, juridiquement douteuse, car il y a un fossé énorme entre rendre publique une stratégie commerciale et donner en privé des éléments de réflexion à des élus pour qu’ils prennent une décision en toute connaissance de cause.

Désormais les choses sont claires pour les Biarrots : les godillots élus de la majorité votent ce qu’on leur demande les yeux bandés, sans accéder aux détails des contrats passés. Et tout le reste est du cinéma.

L’alibi commode des dossiers à terminer

Et il est plus que temps de fustiger l’hypocrisie de ces adjoints qui, en privé, n’ont pas assez de mots pour railler l’incompétence, le goût du secret et les hésitations permanentes de Veunac. Les mêmes, en public, affirment ensuite sans ciller qu’ils ont des dossiers à mener à bien, qu’ils continueront « par devoir » jusqu’en 2020 et que la majorité après les départs de Chazouillères et Amigorena est « unie comme jamais ».  Soyons clair : les adjoints n’ont que les dossiers qu’on leur confie, c’est-à-dire les secondaires, Veunac ayant la manie de garder sous le coude sans en parler à personne ceux qui l’intéressent.

« Il faut augmenter le taux de respect », affirme Michel Veunac pour justifier sa politique de stationnement. Mais comment espérer, avec un maire qui ne sait se garer qu’à cheval sur deux places, que la Ville puisse aller droit un jour?

Ainsi l’adjointe à l’urbanisme, Nathalie Motsch, n’a jamais eu le moindre contrôle au départ sur les écuries de Bigueyrie ou sur la transformation de l’ancien garage Honda. Et l’on pourrait multiplier les exemples à l’infini, comme cet improbable comité de pilotage de la politique de stationnement dont aucun adjoint, à l’exception de Claverie, ne connaissait l’existence.

Mais visiblement, cet état de fait ne pose pas beaucoup de problèmes à la plupart d’entre eux, si l’on se fie aux déclarations de Guillaume Barucq, totalement désarmant dans sa façon de faire de la politique. Il finira ce qu’il a entrepris, mais envisage en toute simplicité de faire liste séparée en 2020. Une incohérence qu’il est le seul à ne pas percevoir, mais dont les Biarrots, au moment de glisser un bulletin dans l’urne, se souviendront. Si Barucq reste jusqu’au bout du mandat, c’est qu’il est en accord avec la politique du maire actuel. Comment dans ce cas-là, peut-il imaginer faire cavalier seul et s’opposer électoralement à Veunac en 2020 ? Du grand guignol !

Des chiens autour d’une gamelle trop petite

La réalité est évidemment bien plus prosaïque, comme en témoigne l’éviction de François Amigorena, votée à l’unanimité, alors que certains adjoints avaient annoncé à Bisque, Bisque, Basque ! leur intention de démissionner eux aussi. Ont-ils reproché à Michel Veunac d’avoir une fois de plus décidé seul dans le dossier du stationnement, alors qu’il avait pris l’engagement contraire après le piteux épisode des écuries de Parme ? Se sont-ils étonnés des sommes versées à Streeteo, alors qu’on aurait pu faire beaucoup mieux pour beaucoup moins cher ? Ont-ils reconnu que l’adjoint au numérique méritait d’être écouté pour son parler vrai ? Sûrement pas !

Tous paisibles à l’heure de la distribution de la gamelle…

La seule chose qui a préoccupé tous ces adjoints si soucieux de l’intérêt des Biarrots, c’était de savoir si Michel Veunac allait remplacer Amigorena et Chazouillères. Et quand Super Mimi, a évoqué l’idée que l’on pouvait nommer au Commerce Frédéric Domège, le plus Veunaco-compatible des opposants, la meute a aboyé en chœur. Politiquement, c’était astucieux, mais les indemnités abandonnées par Chazouillères et Amigorena représentent à peu près 2200 euros par mois, et tout le monde réclame sa part de gâteau, puisque la somme va être repartagée entre tous.

Les commerçants qui appréciaient beaucoup Édouard Chazouillères n’auront plus d’interlocuteur attitré jusqu’en 2020, mais qui s’en soucie ? Il est aussi envisagé que Guy Lafite, l’homme qui ne maîtrise pas un compte Twitter et qui se fait piquer comme un bleu ses abonnés, pose sur ses belles bouclettes la casquette de responsable du numérique. Défense de rire.

Voilà où en est Biarritz. Voilà les grand esprits altruistes et généreux qui nous dirigent actuellement. Voilà ceux qui s’imaginent un grand destin politique à venir…

…Avec quel plaisir on va les balayer en même temps que Veunac en 2020.

Amigorena : « Je m’en veux d’avoir voté pour »

Interrogé par Bisque, Bisque, Basque ! François Amigorena reconnaît sans peine ce que dénonce ce blog : « Qu’il y ait des dispositions pour préserver la politique commerciale des sociétés, en tant que chef d’entreprise je suis le premier à m’en féliciter. Mais il ne faudrait pas utiliser ces dispositions juridiques contre la transparence qui s’impose lorsqu’il est question d’argent public. D’autant moins quand on cache, y compris aux adjoints élus et en responsabilités, les conditions commerciales négociées avec une société (Vinci pour que les choses soient bien claires pour tout le monde) qui par ailleurs semble truster toute la ville sous une marque ou une autre (Indigo, Streeteo…).

Sur une amende de 30€, connaître le pourcentage qui va revenir à Streeteo et ce qui va rester pour la Ville me semble être un minimum pour garantir qu’en plus de se voir verbaliser les Biarrots ne vont pas devoir financer le fonctionnement de Streeteo avec leurs impôts.

Évidemment, j’ai voté ce texte lorsqu’il a été présenté au Conseil, dans la précipitation et sans les informations suffisantes. Je suis le premier à m’en vouloir mais c’est aussi pour cela que je suis aujourd’hui si impliqué dans ce dossier. Quand on fait des erreurs, il faut les reconnaitre et rapidement savoir les corriger. »

Note de la rédaction : Saluons le courage intellectuel du futur ex-adjoint qui ne fuit pas ses responsabilités et reconnaît avoir manqué de vigilance. À sa décharge, comme à celle de tous les présents, lors de ce conseil municipal du 20 décembre, une présentation totalement trompeuse et édulcorée de la nouvelle politique de stationnement à Biarritz. Le tout, vote compris, expédié en 8 minutes !

Mardi : « Stationnement : retour sur un enfumage total »

12 réflexions sur “Ces adjoints qui décident les yeux bandés

  1. Ces gens (adjoints de paille) savent-ils que des comptes leur seront un jour demandés ? Au mieux niveau électoral, au pire niveau justice ?
    Ceux qui actuellement restent sont fautifs et coupables. Dans deux ans, ils seront dans la charrette de ce bon à rien de Veunac. Surtout que d’ici là, il aura certainement multiplié les preuves de son incompétence.
    La carrière de Barrucq et consort sera donc brève. Fuyez pauvres fous !

  2. La totale opacité du fonctionnement de la mairie n’est rendu possible QUE par le manque de courage politique et civique, que par la passivité et la complaisance scandaleuses des élus actuels (qui viennent « courageusement » vomir en « off » chez toi Jean-Yves sur les pompes de Veunac …puis s’empressent après de le soutenir…).

    C’est consternant pour les Biarrots dont la ville n’a aucun projet cohérent, moderne, ambitieux mais….tous ces clampin(ne)s ont été élus par qui déjà ?

    Et qui dit que dans deux ans, les Biarrots ne vont pas les reconduire pour un 2ème mandat ?

    Il y a à mon humble avis un vrai risque poru 2020 : une abstention record qui risque fort d’être LA donnée qui fera l’élection (une majorité de Biarrots pouvant se détourner de du vote selon l’air du « tous pourris »)

    Jean-Yves je ne vois qu’un solution : que tu sois candidat !

    • Cher Paul Bismuth,
      Contrairement à Michel Veunac, j’ai trop conscience de mes limites pour m’aventurer en politique. Trop de génuflexions, de compromis, de décisions contre sa conscience à prendre à mon goût.
      Ce matin encore, en croisant Guillaume Barucq, à qui j’ai résumé la teneur de cet article, l’échange, vif mais amical, s’est conclu par un « Pourquoi, vous ne vous présentez pas? »
      La nature m’a donné une certaine aisance à jouer les snipers. Et ma liberté n’est pas à vendre.
      Je ne vois donc vraiment pas pourquoi je ne poursuivrais pas dans cette voie qui me convient tellement. Seul dans mon parti où c’est déjà le merdier :-)))
      Une vraie démocratie citoyenne, ce sont d’un côté des élus qui sont transparents et soucieux de l’intérêt général et de l’autre des citoyens qui commentent sans crainte ni souci de leurs petits intérêts privés.
      Oui, je sais, il y a encore du boulot sur Biarritz!

      • Je voulais juste te taquiner la moustache mais je peux parfaitement comprendre ta position Jean-Yves.

        Fais gaffe toutefois avec ton propos « moralisateur » à demander la transparence, la défense de l’intérêt général …. Tu vas finir traité de pasteur protestant par LipoLibéral !

        Le bon côté est que les « moralisateurs » que nous sommes (si tous les moralisateurs du monde pouvaient se donner la main) nous pourrons alors ouvrir notre chapelle ;o) Et si nous finissons quatre, nous pourrons alors jouer à la belote (Basque off corse) !

        Bonne journée à vous toutes et tous

  3. Un reflet de notre société ou les dirigeants méprisent tellement ceux dont ils ont la « charge » qu’ils s’octroient un droit de pouvoir absolu ! Merci pour les informations sur ce monde opaque.

  4. C’est un plaisir de lire (et parfois d’échanger) les arguments de gens pour lesquels l’intelligence et l’esprit d’ouverture l’emportent sur les prurits idéologiques ou les intérêts particuliers … Une réserve cependant sur le manque de clarté concernant l’identité de certains intervenants (qui se cachent derrière des pseudonymes au demeurant plein d’humour…) d’autant que par ailleurs ils sont, à juste titre, très critiques lorsqu’ils commentent les décisions , ou les errements, de notre opaque pouvoir municipal . Pour les modestes lecteurs de ce site il ne me parait pas indiscret ou obscène de vouloir connaitre l’identité de celui qui parle et éventuellement d’où il parle …. Bien sûr il ne s’agit là que de ma conception personnelle de la transparence et de la responsabilité civique et je m’en voudrais de vouloir l’imposer à ceux qui ne la partageraient pas …

    • Cher Monsieur Labarrère,

      c’est bizarre mais… je me sens visé un chouia ;o))))) Je comprends (partiellement) votre position sur la transparence mais, à mon humble avis, attention à ne pas tout confondre. Sur cette question, ma position est la suivante:

      1- La transparence pour une personnalité publique en 2018

      Il est aujourd’hui évident que les citoyens FR sont en demande d’exemplarité de la part de ceux qui disent vouloir les représenter (c’est d’autant plus normal puisque ces derniers les soumettent à des « traitements » auxquels eux se soustraient allégrement, provoquant ainsi (à juste titre) un sentiment d’injustice et de doubles standards).

      Les attentes des citoyen(ne)s ont évoluées (que cela nous plaise ou pas peu importe): de fait nous vivons dans un monde globalisé (= anglo-saxonnisation de la société), avec l’Anglais (nouvelle Lingua Franca) et son modèle culturel s’imposant à nous un peu plus chaque jour (par ex. via la TV, internet, les films etc); Les anglo-saxons (de tradition Protestante) sont plus exigeants face à leur personnages publics que nous le sommes dans nos pays de tradition Catholique.

      Je considère personnellement que l’Intérêt Public et les (biens) Communs (avec majuscules ) impliquent que ceux qui se présentent (volontairement, librement) à des fonctions/charges publiques, soient irréprochables et doivent pouvoir être scrutés par le Public afin d’assurer qu’ils soient irréprochables (souvenez vous les Balkany, Cahuzac, Tapie etc…).

      Bisque Bisque Basque ne fait rien d’autre que cela, et par son succès démontre qu’il répond à une vraie demande du Public en 2018 (bravo encore une fois Jean-Yves pour ton travail….de retraité ;o).

      Les passe-droits (par ex pour Biarritz la fameuse liste des « 120 VIP du parking ») sont injustifiables (en quoi le Maire ou ses adjoints devraient-ils être exonérés de payer leur parking comme tout le monde ?!?!? C’est du grand n’importe quoi !). L’intérêt du groupe (une ville est un groupe) doit (dans une certaine limite qui est à déterminer par et pour le groupe) prévaloir sur les seuls intérêts personnels (sinon c’est la jungle, la loi du plus fort, et cela se finit toujours mal).

      Je considère que la critique des personnalités publiques doit être totale hormis diffamation et fake news s’entend (tout en préférant bien sur que cette critique soit si possible argumentée). Je considère toutefois que même en l’absence de raisonnement, n’importe quelle figure publique doit pouvoir être critiquée, car c’est cela la liberté d’opinion et d’expression (encore une fois sans fake news ni diffamation qui doivent être systématiquement opposés et combattus avec fermeté).

      2 – La transparence pour un citoyen lambda

      Sur ce plan je suis nettement plus réservé sur la notion de transparence qui peut rapidement s’apparenter à une intrusion inacceptable dans la sphère privée. Je considère que si vous n’avez pas de mandat Public vous n’avez pas à être transparent (sauf à vivre dans une société totalitaire ou tout le monde veut tout savoir sur tout le monde, ce qui revient de facto à rendre possible un contrôle par ses pairs et à ainsi annihiler toute notion de vie privée).

      Perso je suis un simple citoyen FR résidant à l’étranger depuis 25 ans par choix, disposant d’une résidence à BTZ. Je paye des impôts locaux à BTZ ce qui me donne le droit d’avoir une opinion sur la gestion de la ville (même si je n’en payais pas j’en aurais une faites moi confiance ;o)

      Je n’occupe (ni ne brigue) aucun mandat électif / public en FR. Je n’insulte personne, je présente simplement ici ma position et mes convictions honnêtement et je respecte ceux qui ne pensent pas comme moi pour autant qu’ils m’opposent un raisonnement sur le fond et non des invectives deux balles.

      Au nom de quoi devrais-je partager mon identité sur ce blog, alors que je n’ai de surcroit aucun moyen de savoir si le nom que les gens présentent correspond bien à leur véritable état civil.

      Publier sous mon identité changerait-il quelque chose à la valeur de mes propos (que vous êtes libre de ne pas apprécier, voir de contredire) ?

      J’emploie un pseudo car je souhaite préserver ma sphère privée (imaginez un instant si par ex. LipoLibéral connaissait mon identité et qu’il puisse me localiser…)

      Un soir prochain peut-être, Jean-Yves organisera une soirée « Paul Bismuth » et alors le masque tombera.. D’ici là bonne soirée à toutes et à tous

  5. Monsieur
    Je vous ai fait un commentaire il y a plusieurs jours …. je n’y ai eu aucune réponse mais en plus de cela vous l’avez effacé comme ça au moins on est tranquille ….
    en revanche comme vous continuez à utiliser ma publication avec mon nom très nettement affiché sans mon autorisation je vous trouve quand même bien gonflé !!!

    • Monsieur,
      La censure n’est pas du tout le genre de la maison. Ne comprenant strictement rien au commentaire que vous m’avez adressé, ne comprenant pas ce que vous voulez dire en parlant d’avoir « utilisé votre publication », je vous ai immédiatement adressé un mail avec mon numéro de téléphone pour tenter de comprendre. J’attends toujours.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s