Borotra et Veunac fessés par la Chambre Régionale des Comptes

Irrégularités, malfaçons, dissimulation de pièces, les magistrats viennent de rédiger un rapport de 114 pages accablant pour « l’inventeur » de la Cité de l’Océan comme pour son successeur.

La Cité de l’Océan, l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire, selon les magistrats chargés de surveiller les Finances publiques.

Une volée de bois vert comme il est rare d’en lire ! Les magistrats de la Chambre régionale des Comptes, plutôt adeptes de la périphrase ou de la tournure ampoulée, n’ont pas vraiment fait dans la nuance au moment de remettre leurs conclusions. Dans les 114 pages de ce rapport consacré à la Cité de l’Océan, tout y passe, de l’inanité du projet, aux malfaçons et aux mensonges répétés sur la billetterie. Sud Ouest (14/3) a fort bien raconté l’affaire, mais le détail de ce qui a été écrit par les magistrats mérite d’être révélé.

Dès la page 3, le ton est donné et les chimères de papy Borotra sont épinglées, puisque la Chambre Régionale des Comptes (CRC) évoque « un modèle économique ambitieux mais irréaliste »

En termes feutrés, la CRC dénonce le fonctionnement cautionné par Borotra et ses adjoints de l’époque, Brisson, Veunac et Lafite d’une société à la gestion « marquée par de nombreuses irrégularités ».

Et ce n’est pas le plan de relance de Michel Veunac et son fameux : « Je vais vous faire aimer la Cité de l’Océan ! » qui changera grand-chose à la situation catastrophique de la Cité naufragée.

Au contraire, la mairie a visiblement joué l’obstruction et a traîné des palmes pour transmettre les procès-verbaux du conseil d’administration de la Cité de l’Océan.

Borotra avait eu au moment du vote de la Cité de l’Océan, des propos très méprisants pour ceux qui s’opposaient à l’édification de son joujou. Dix ans plus tard la CRC donne raison à ces derniers.

Et depuis 2014, comme le souligne l’opposition actuelle, le nombre réel de visiteurs est très en dessous de ce qui est annoncé. 57 000 entrées pour la Cité de l’Océan, ce n’est vraiment pas glorieux.

Alors, pour compenser, on a distribué à tour de bras des entrées gratuites, comme l’a souligné à de nombreuses reprises Jean-Benoît Saint-Cricq.

« Irréalisme » semble décidément être le mot préféré des magistrats de la CRC dans ce rapport.

Rien n’a été fait dans les règles de l’art et la scénographie n’a pas plus été au niveau que le reste.

Et pour couronner le tout, de nombreuses irrégularités ont été commises dans ce dossier où aucune des règles concernant les marchés publics n’ont été respectées. Quant à la gouvernance « de type moniste » (autrement dit, le maire décide et le conseil d’administration approuve), elle est en droite ligne avec tout ce qui se pratique à Biarritz.

Quand on est responsable de l’argent public, on défend les contribuables en s’élevant contre les malfaçons. La scénographie n’a absolument pas tenu ses promesses. Mais, comme la société était dépourvue d’assurance professionnelle (sic !), aucun recours contentieux n’a été effectué. On croit rêver.

Didier Borotra a été le « père » du projet, mais les trois adjoints Brisson, Veunac et Lafite n’ont rien fait pour l’empêcher. Pour ce désastre que les contribuables biarrots n’ont pas fini de payer, ils doivent être sanctionnés en 2020 s’ils ont l’impudence de vouloir prétendre se présenter à nouveau devant les électeurs. La conclusion du rapport de la Chambre Régionale des Comptes est limpide : le premier imbécile venu n’aurait pas fait pire qu’eux dans ce dossier.

Après le fiasco des écuries de la Bigueyrie, Michel Veunac avait annoncé, lors du conseil municipal du 20 décembre, qu’il allait demander aux magistrats de la Chambre Régionale des Comptes d’enquêter. Nul doute que ces derniers vont s’empresser de revenir pour saluer les performances du gestionnaire hors pair Veunac.

26 réflexions sur “Borotra et Veunac fessés par la Chambre Régionale des Comptes

  1. Borotra un nom qui va encore circuler d’ici quelques mois avec la sortie d’un livre dédié au Rugby à 13. L’histoire ancienne ressurgit parfois du passé mais avec des écrits probants…sacré Jean !

  2. Mais quoi faire maintenant pour se débarrasser de tous ces incompétents, voleurs, menteurs, tricheurs…?
    Attendre 2020? Je suis écœurée…

  3. merci Jean-Yves pour cet excellent travail.

    à mon avis à ce stade de fiasco une seule solution : doubler la mise !!!

    Construire une Cité de l’Océan 2 !!! laquelle servira de produit d’appel pour la première….

    et si cela ne suffit on en construit une 3ème!!!

    Ça finira bien par marcher non ?!?!

    NAVRANT tout cela est juste rendu possible par l’élection aux fonctions municipales d’individus inaptes.

    et malheureusent cela risque de continuer en 2020…

  4. A quel moment la justice correctionnelle, notre justice française, se saisira-t-elle de ce dossier pour traduire pénalement le rapport de la Chambre Régionale des Comptes concernant le comportement peu scrupuleux de ces édiles et comprendre les illégalités, s’il y en a, de leurs présumés complices ?

  5. Je suis content qu’un tel rapport soit rendu public !
    Et moins d’une semaine après mon commentaire alarmiste sur la Technopole de la Mer qui « sera » implantée en face de la Cité de l’Océan, j’espère qu’il y aura une prise de conscience, non pas du Maire (qui ne doit pas être capable de se remettre en question), mais de tous ceux qui sont « obligés » de le suivre (à la Mairie, à l’Agglo, à la Région, etc) !
    Son projet est rempli des mêmes magouilles qui ont fonctionné (jusqu’aujourd’hui !) avec la Cité de l’Océan, et les mêmes conclusions tomberont dans 10 ans.
    Il faut stopper l’hémorragie avant qu’il ne soit trop tard…

  6. moi perso habitant anglet je suis furieuse que mes impôts servent a colmater ce gouffre que représente la cité de l océan tout ça pour que certains biarrots puissent frimer!!!

  7. Tout d abord rendons hommage à Jean-Benoit Saint-Cricq qui avait raison sur ce dossier ….il est d ailleurs moins fonctionnaire que les hommes politiques biarrots cite dans votre article!
    Disons le clairement , les gens comme lui qui doivent gérer leur cabinet d avocat,et payer leurs collaborateurs connaissent davantage la valeur de l argent….
    Quand a la technopole de la mer , espérons que nos businessman de la mairie vont s abstenir….
    À quand une association de défense des contribuables biarrots ?
    En tout cas c est un plaisir de vous lire même si je ne partage pas toutes vos idées,continuez!

  8. Les magistrats de la CDRC ne ratent jamais l’occasion d’enfoncer un clou, mais à ce point, c’est un véritable cercueil sur mesure pour les menteurs et tricheurs patentés qui ont cautionnés ce projet délirant.
    Le rapport rappelle – très opportunément :
    Rapport d’observations définitives ▪ SEM Biarritz Océan
    CRC Nouvelle-Aquitaine 14/99
    S’agissant, toutefois, des prévisions de fréquentation précitées, il convient d’ores-et-déjà de faire état de la réponse d’Atout France aux extraits du rapport d’observations provisoires de la chambre régionale des comptes qui lui ont été communiqués. Atout France fait ainsi valoir :
    – qu’une étude de faisabilité économique initiale réalisée par le GIP Odit France en juin et juillet 2008, sur la base d’un projet transmis par la commune dont la scénographie n’était pas encore définitivement arrêtée, avait retenu un « scénario moyen de fréquentation en vitesse de croisière de 292 500 clients annuels et 350 000 entrées7 » ;
    – que ce premier rapport aurait été jugé « insuffisamment volontariste et ambitieux » par la commune de Biarritz, qui aurait entre-temps précisé ses intentions en matière scénographique ;
    – que c’est dans ce nouveau contexte qu’Odit France aurait alors revu à la hausse ses prévisions de fréquentation, portées à 555 000 entrées en hypothèse haute, sous réserve toutefois de respecter les exigences suivantes, conditionnant l’attractivité et de la réussite du nouvel équipement : une équipe d’exploitation dotée d’un véritable savoir-faire marketing, un partenariat noué avec la filière « glisse », l’ouverture au marché espagnol et le renouvellement régulier du contenu du nouvel équipement, outre la nécessité de positionner prioritairement ce dernier sur le créneau du divertissement familial de préférence à une approche excessivement culturelle et pédagogique.
    Atout France semble donc considérer que ses prévisions de fréquentation les plus optimistes ne sauraient lui être opposées dès lors qu’elles étaient conditionnées par des choix en matière de positionnement stratégique qui ne lui semblent pas avoir été suivis par la SEM lors de l’ouverture des équipements.

    Ou comment Didier Borotra – qui savait bien que la fréquentation estimée par Odit France ne lui permettait absolument pas de financer son projet obsessionnel – est revenu à la charge auprès de l’agence Odit France pour faire réévaluer les chiffres…………..de façon complètement artificielle.
    Faut-il rappeler que tous les dispositifs scénographiques de la création – et même les plus performants d’entre eux – n’ont jamais pallié un déficit flagrant de stationnement, des difficultés d’accès notoires, surtout en période estivale et simplement une saisonnalité de la fréquentation qui est telle que le Musée ( et à fortiori la Cité de l’Océan ) ne travaille réellement que 3 à 4 mois par an.
    Qui peut être assez fou pour méconnaître le fait que les charges d’exploitation des établissements d’une telle nature sont, par essence, des charges fixes.
    A 4.500 K€ de charges par an, soit 12.330 €uros par jour ( redevance comprise ), il faut faire en moyenne plus de 1000 visiteurs par jour……..365 jours par an.
    Il fallait être aveugle, demeuré ou coupablement complaisant pour cautionner un tel pillage organisé des finances de la collectivité.
    Et le PPP, tout comme la jonction des thématiques et de l’exploitation de ce qui devait être la Cité du Surf et le Musée de la Mer ne fut qu’un enfumage de plus.
    Pour m’être battu pendant près de 10 ans afin que le Musée de la Mer soit tout à la fois moderne, équilibré, et financièrement autonome, j’enrage d’un tel sabordage délibéré au seul motif d’une lubie coupable.

    • tb commentaire Mr Dachary,

      mais quand vous dites « Il fallait être aveugle, demeuré ou coupablement complaisant pour cautionner un tel pillage organisé des finances de la collectivité. »……

      c’est marrant il me vient une étrange idée en tête….quoi d’autre pourrait expliquer une telle folie…. voyons……cherchons un peu ….. non…… pas à Biarritz …..

    • Marchés publics,souvenirs,souvenirs….???

      Malédiction sur l’aquarium – Libération
      http://www.liberation.fr/grand-angle/2004/06/15/malediction-sur-l-aquarium_483121
      15 juin 2004 – Jean Dachary dirige un petit cabinet spécialisé en aquariologie baptisé Socrate (1). Il a notamment conçu le musée de la Mer de Biarritz. Un authentique passionné, devenu fouteur de merde au gré des circonstances. C’est lui qui est à l’origine de cette invraisemblable pagaille. En 1986, la Ville lui confie …

      • La question que se posent les journalistes US en premier est :

        Follow the money….

        Une autre façon de le formuler pourrait être : Cui Bono

  9. De 1992 à 1996, la fréquentation moyenne du Musée s’établissait à 260.000 visiteurs. Et il remboursait intégralement par son seul produit d’exploitation les emprunts contractés pour sa rénovation. Il ne coûtait pas un centime aux Biarrots. On aura donc gagné 20.000 visiteurs par an en dépensant 60 M€……et il leur coûte désormais et pour de nombreuses années encore plus de 500.000 €uros par an ( à minima ), sans disposer d’aucune ressource interne pour son amélioration et sa remise à niveau.

  10. Bonjour,
    Chapeau à J-Y VIOLLIER pour cet article(pour les autres aussi sans brosse à reluire et pas forcément d’accord sur tout…) et pour ceux qui ont lu ce rapport (je l’ai fait)qui sort de l’ordinaire c’est un vrai travail de journaliste d’investigation.Depuis des années entre les rapports des CRdes C,les codes des marchés et contrats publics (comme le fameux marché de Bil Ta Garbi avec le dialogue compétitif),le fameux avenant de la ville de Bayonne pour les travaux sur les quais (annulé par ailleurs grâce à l’opposition)qui modifiait l’économie de marché nous en apprenons tous les jours.
    Sauf qu’un rapport de cette nature aussi fourni et en plus à « charge »sur un seul sujet concernant une collectivité territoriale (et les collectivités partenaires) est très rare et devrait interpeller le PRÉFET des PA responsable du contrôle de légalité des actes et des procédures.
    Il n’en reste pas moins que le grand argentier de la ville qui en connait un rayon sur le sujet doit faire travailler …ou bouillir ces cellules grises.
    Et l’opposition dans tout çà???il est toujours possible de s’adresser comme le PRÉFET au TA …mais cela est tellement rare….

    ]CP Nomination G.Lafite
    http://www.hollandlaw.nl/Publication/…/0308…Lafite/…/0308_CP_nomination_G_Lafite.pdf
    Ancien élève de l’ENA, Guy Lafite, 58 ans, a été successivement Conseiller de Chambre. Régionale des Comptes de 1987 à 1991, Secrétaire Général Adjoint de la ville de Marseille et. Secrétaire Général de la Communauté Marseille Provence Métropole de 1991 à 1995. Directeur Grand Sud-ouest de Dexia Crédit Local …

    REGARDS DE TERRITORIAUX ISSUS DU SECTEUR PRIVE – Kedge Business …
    fr.viadeo.com/fr/groups/detaildiscussion/?containerId=0021q8tmrye64nbo…
    11 avr. 2007 – 1 message – ‎1 auteur
    (2) Enarque, Guy Lafite a été employé à la chambre des comptes, comme DGA à Marseille, chez Dexia et comme SGA de Paris, avant de devenir directeur des collectivités et institutionnels locaux à la Caisse nationale des caisses d’épargne. (3) Polytechnicien, Vincent Champain a travaillé dans la …

    Le contrôle de légalité | Collectivités locales
    https://www.collectivites-locales.gouv.fr/controle-legalite-1
    23 janv. 2018 – Pour devenir exécutoires, outre leur publication ou leur notification aux intéressés, certains des actes des collectivités territoriales doivent être transmis au préfet, représentant de l’Etat dans le département ou la région (ou au sous-préfet de l’arrondissement). Celui-ci, chargé du contrôle de légalité, vérifie …

  11. Re,

    Le blog Droit administratif | Les importants changements du droit de la …
    blogdroitadministratif.net/…/les-importants-changements-du-droit-de-la-commande-p…
    19 avr. 2016 – Il existait auparavant une dichotomie entre la catégorie étroite des marchés publics au sens du droit interne, formée par les contrats soumis au code des … (notamment sociétés d’économie mixte, sociétés publiques locales) ou encore des organismes de logements sociaux (société anonyme d’habitation à …

    ……

  12. Re,
    Ordonnance marchés publics : une réforme en profondeur – décryptage
    http://www.lagazettedescommunes.com/…/ordonnance-marches-publics-une-reforme-en-pr...
    27 juil. 2015 – Cette fois, c’est fait ! L’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015, qui fixe les fondations de la nouvelle réglementation des marchés publics, vient d’être publiée au Journal officiel du …

    Décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics
    http://www.marche-public.fr/…publics/CMP-2016-decret-marches-publics-EINM1600207D...
    25 mars 2016 – CMP 2016. Le décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics a été publié. Ce décret est pris en application de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 relative aux marchés publics. Il transpose les dispositions de la Directive 2014/24/UE du 26 février 2014 sur la passation des …

    A suivre…..

  13. UNE QUESTION es ce que les égouts du sous sol de la piscine vont etre vérifié à ma connaissance ils serait en gré émaillé en partie complétement HS voyons si les tetes pensantes ont prévu quelque chose????????

  14. L’aspect le plus blâmable dans cette affaire de Cité de l’Océan, c’est non seulement que nos élus ont fait ériger cet inutile et coûteux complexe en tablant sur d’illusoires espoirs quant à sa fréquentation future, mais ont été de surcroît contraints de recourir à un partenariat public-privé pour parvenir à le financer, alors que même pour construire prisons et tribunaux le ministère de la Justice considère ce type de recours comme étant « trop onéreux ».

  15. Quelques chiffres qui laissent songeurs sur les résultats de rapport d’activité de l’année 2017
    Vinci concessions :
    – Chiffre d’affaires : 6.9 milliards d’euros
    – ROPA (résultat opérationnel sur activité) : 3.3 milliards d’euros, soit 48% du C.A.
    Eiffage concessions :
    – Chiffre d’affaires : 2.7 milliards d’euros
    – ROC (résultat opérationnel courant) : 1.3 milliards d’euros, soit 48% du C.A.
    Bref, les concessions ça rapporte vraiment, au cas où certains auraient encore des doutes.
    Pourquoi ? Parce que les avocats d’entreprise, bien payés au passage, savent bien rédiger les contrats que les maires eux ne savent pas réellement analyser, soit par manque de compétence interne ou pire par inadvertance. Un cadeau discret du style un voyage gratos dans les îles l’été prochain avec madame aide toujours à fermer les yeux quand il faut …

    • Bonjour,

      Veolia, Vinci, Bouygues, Eiffage… Le réveil des juges contre la …
      https://www.challenges.fr/…/veolia-vinci-bouygues-eiffage-le-reveil-des-juges-contre-la-…
      23 juin 2017 – La France est nulle en matière de lutte anti-corruption? L’OCDE et l’ONG Transparency s’en plaignent chaque année. Mais les affaires présumées de favoritisme dans l’attribution de marchés publics de la Société des eaux de Marseille (Veolia), la Nouvelle route du littoral de La Réunion (Bouygues et …

  16. Visualiser la corruption en France : cartographie des condamnations …
    https://www.visualiserlacorruption.fr/acts/0c08c04a
    18 avr. 2017 – Description : Un ancien fonctionnaire de la mairie de Nouméa, a été condamné par le tribunal correctionnel de Nouméa, à 5 ans de prison avec sursis, à une amende de 15 millions de Francs Pacifiques(125.700€), à l’ exclusion dans les marchés publics durant 5 ans, et à l’interdiction de gérer une …

  17. Bonjour,

    Administratif – Contrat et marché | Dalloz Actualité
    http://www.dalloz-actualite.fr/actualites/administratif/contrat-et-marche
    … de service public ne peut pas être modifiée substantiellement par avenant. le 14 Mars 2018. Les conditions de modification d’un contrat de délégation de service public (DSP) par avenant viennent d’être précisées par le Conseil d’État. CE 9 mars 2018, Compagnie des parcs et passeurs du Mont-Saint-Michel, n° 409972 …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s